Cinquantenaire du Défap

Le Défap, porte ouverte sur le monde

En cinquante ans d’existence, le Défap, né de la Société des Missions Évangéliques de Paris, a su écrire sa propre histoire. Sa création s’inscrit dans un contexte de grands bouleversements internationaux, qui se traduisent par de profondes évolutions dans le milieu des Églises. La mission ne se limite plus à évangéliser au loin : il s’agit de faire vivre le lien entre communautés au près comme au loin.
La mission n’est donc plus unidirectionnelle, mais se vit dans un ensemble. Et elle concerne tous les aspects de la vie. Déjà, à l’époque de la SMEP, l’une des premières actions des missionnaires arrivant dans leur champ de mission était souvent de fonder une école. Désormais, cette vision est étendue, ce que reflètent des slogans de structures proches du Défap : «Tout l’Évangile à tout l’Homme» (Cevaa) ; ou encore la thématique du «Développement holistique» chère au Secaar, communauté d’Églises et d’ONG dont le Défap est membre fondateur. La figure du volontaire international a pris la suite de celle du missionnaire ; et dans le cadre de ces relations entre Églises en mission ensemble, il s’implique dans des projets d’enseignement, de santé ou de développement communautaire.
De même, le Défap agit désormais au sein d’un écosystème : la Cevaa (regroupant nombre des Églises avec lesquelles le Service Protestant de Mission est en lien) ; des organisations d’Églises (FPF, Ceeefe), des associations liées au milieu ecclésial (Secaar, CLCF, FEP) ou de solidarité internationale (ASAH, coordination SUD, CLONG Volontariat)…
La mission a besoin d’hommes et de femmes pour la vivre au quotidien. Les envoyés en sont l’une des illustrations les plus visibles : ils donnent des visages et des voix à des relations d’Églises, à des projets liés par une foi commune. Mais la mission se vit aussi dans les paroisses, et à travers la vie du Service protestant de mission lui-même, dont l’équipe contribue chaque jour à maintenir le lien entre les Églises de France et leurs Églises sœurs.

Le monde change, la mission aussi

Depuis sa fondation il y a cinquante ans, le Défap a su s’adapter aux bouleversements du monde, aux changements de paradigmes en matière de relations avec les Églises sœurs, d’aide au développement ou de formation théologique.
Si la diversité est inhérente au protestantisme, le paysage des paroisses françaises connaît depuis une trentaine d’années des mutations profondes. Il est désormais plus mélangé, plus coloré ; l’interculturel s’y présente à la fois comme une richesse et un défi.
Derrière les questions sur la mission aujourd’hui se profilent toutes les interrogations liées à une mondialisation qui tantôt rapproche, et tantôt désunit. Si au XIXème siècle, il s’agissait d’apporter l’Évangile au-delà des mers et d’implanter des Églises, aujourd’hui, le principal défi est de maintenir des relations entre Églises devenues autonomes. On pourrait vivre sans : le Sud pourrait vivre sans le Nord, le Nord pourrait vivre sans le Sud. Tout l’enjeu étant de continuer à cheminer ensemble, à s’interpeller mutuellement.
L’interculturel, en ces temps de mondialisation, nul n’y échappe ; et pas plus les paroisses protestantes que le citoyen ou le consommateur lambda. La porosité des frontières aujourd’hui ne concerne pas les seuls biens et services marchands ; elle se traduit non seulement par des implantations d’Églises de migrants, mais aussi par l’arrivée de nouveaux paroissiens dans des Églises installées de longue date, entraînant souvent une porosité des frontières entre cultures au sein d’une même paroisse. Conséquence : le protestantisme français aujourd’hui présente une diversité culturelle inédite, ce qui est vécu avec plus ou moins de bonheur… et plus ou moins de difficultés, parfois pratiques, mais aussi théologiques.

Dis-moi la mission !

ACCUEILLIR

RENCONTRER

ENSEIGNER

ÉCOUTER

Pour chaque verbe, une forme d’engagement : tout au long de l’année 2021, suivez-nous dans ce parcours à travers les divers aspects de la mission !

TRADUIRE

PARTAGER

S’ENTRAIDER

SE SOIGNER

COMMUNIER

Les actualités du cinquantenaire