Communier

Quels témoignages et pourquoi ?

Durant toute cette année de Cinquantenaire, nous vous partagerons des témoignages divers et variés. Pour «Dis-moi la mission» nous avons choisi de plonger avec vous dans nos archives. Ces écrits d’acteurs de la mission, d’hier à aujourd’hui, contribueront, nous l’espérons, à nourrir et éclairer votre réflexion autour de chacun des «verbes de la mission».

La mission a évolué, elle n’est plus unilatérale heureusement ! Pourtant, la plupart des témoignages que vous découvrirez ici seront ceux d’envoyés partis de France pour l’étranger : ceux-ci écrivaient, plus ou moins régulièrement, des lettres de nouvelles, dont beaucoup ont été conservées.

Nous aurions aimé vous proposer des écrits de «partout vers partout» à l’image des échanges vécus avec le Défap. Mais les témoignages des stagiaires, étudiants, professeurs, pasteurs, hommes et femmes accueillis en France, envoyés eux-aussi dans le cadre de leur Église, ou encore de paroisses ou groupes de jeunes ayant vécu des échanges sont nettement plus rares.

Durant dix mois, vous pourrez découvrir la diversité de ces expériences et des réflexions qu’elles ont suscitées.

Restez connectés sur notre site internet et nos réseaux sociaux pour découvrir d’autres formes de témoignages !

Témoignage d’il y a environ 50 ans :

Témoignage d’Édith, issu du journal Mission, d’octobre 1991, n° 16, p.21
Seize jeunes, dont Édith, du Consistoire de la Vallée de la Dordogne sont allés durant vingt-cinq jours à la rencontre de jeunes de trois synodes de la FJKM (Église de Jésus-Christ à Madagascar) du secteur de Moramanga. L’année suivante les jeunes Malgaches devaient venir en Dordogne.

Témoignage de Tshipeta, issu du journal Mission, d’octobre 1991, n° 16, p. 24.
Tshipeta était un envoyé du Zaïre – aujourd’hui République démocratique du Congo – en Côte d’Ivoire. Il partage ses réflexions sur la communion dans l’Église locale et dans l’Église universelle.


Témoignage d’aujourd’hui :

Témoignage d’Amès, issu du journal des envoyés de 2019
Amès était assistant d’éducation et de français en service civique à l’école Kallaline de Tunis.


Témoignage d’aujourd’hui :

Témoignage de Delphine et Timothée, issu du journal des envoyés de 2019
Delphine était enseignante de français dans les établissements scolaires de l’Église réformée malgache (FJKM). Timothée était envoyé par la Fédération baptiste de France, en partenariat avec le Défap, pour être professeur de théologie à l’Institut supérieur de théologie évangélique. Ils étaient à Madagascar avec leurs deux enfants.

Version téléchargeable :

 

« Communier – Témoignage » : le texte complet en pdf