Méditation du jeudi 28 février 2019. Nous prions pour notre envoyée au Timor oriental.

© Maxpixel

Jésus leur parla encore avec des images : « Un aveugle ne peut pas conduire un autre aveugle, n’est-ce pas ? Sinon, ils tomberont tous les deux dans un trou. Aucun élève n’est supérieur à son maître ; mais tout élève complètement instruit sera comme son maître. Pourquoi regardes-tu le brin de paille qui est dans l’oeil de ton frère, alors que tu ne remarques pas la poutre qui est dans ton oeil ? Comment peux-tu dire à ton frère : «Mon frère, laisse-moi enlever cette paille qui est dans ton oeil», toi qui ne vois même pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, enlève d’abord la poutre de ton oeil et alors tu verras assez clair pour enlever la paille de l’oeil de ton frère. »

« Un bon arbre ne produit pas de mauvais fruits, ni un arbre malade de bons fruits. Chaque arbre se reconnaît à ses fruits : on ne cueille pas des figues sur des buissons d’épines et l’on ne récolte pas du raisin sur des ronces. L’homme bon tire du bien du bon trésor que contient son coeur ; l’homme mauvais tire du mal de son mauvais trésor. Car la bouche de chacun exprime ce dont son coeur est plein. » Luc 6,39-45

 

 © Maxpixel

En ce début de son ministère Jésus se fait connaître comme maître spirituel, mais à sa façon, qui n’a rien d’ésotérique. En même temps qu’il a appelé et réuni autour de lui des disciples, il se retrouve souvent au milieu de la foule, il guérit des malades et des possédés, il enseigne les commandements, il utilise des paraboles et des images pour bien se faire comprendre, et également des dictons chargés de bon sens et de sagesse universelle. Ainsi de l’aveugle qui ne peut conduire un autre aveugle, du bon arbre à bons fruits et du mauvais arbre à mauvais fruits, de l’homme bon au bon trésor et de l’homme mauvais au mauvais trésor. On peut entendre en tout cela une édification morale de base, certes toujours utile et nécessaire, mais pas vraiment originale.

En revanche on retiendra avec attention les propos suivants:

« Un élève n’est pas supérieur à son maître mais un élève complètement instruit est égal à son maître. » Ainsi Jésus promet à tous ceux qui le suivent et reçoivent vraiment son enseignement, pas simplement de les garder dans son troupeau, mais d’en faire des bergers comme lui. Les disciples deviendront des apôtres, des envoyés. Si l’on y songe bien cette égalité est époustouflante : les pécheurs que nous sommes, avec nos limites et nos petitesses, sont appelés à devenir comme le maître. Évidemment il peut y avoir risque d’orgueil et tentation de domination sur les autres. Comme le jugement sur autrui en est l’arme favorite, Jésus nous prévient avec cette fameuse parabole de la paille et de la poutre: gardez une juste conscience de vous-mêmes pour avoir une juste conscience des autres. Si vous vous perdez dans le jugement des uns et des autres, si vous chargez de fiel votre bouche, la communauté sera détruite.

Alors ne l’oublions pas: le maître nous appelle à devenir ses amis, ses envoyés! Réjouissons-nous de cette merveilleuse dignité qui nous est proposée à tous !

 

 

Nous prions pour notre envoyée au Timor oriental.

Je ne crois pas
Que je puisse confesser ma foi
Sans la vivre

Je ne crois pas
Que je puisse dignement
Parler de Dieu
Sans entrer en dialogue
Avec Lui.

Je ne crois pas
Que l’homme puisse
Enfermer Dieu
Dans une confession de foi.

Je crois
Que finalement
Dieu me dira qui je suis

Je crois que Jésus
Est le visage humain de Dieu

Je crois
Que l’Esprit de Dieu
Est plus réel
Que la mort qui nous entoure.

Je crois
Que le futur de Dieu
Avec nous
Est plus important
Que notre passé
Avec
Ou sans
LUI.


Pasteur Jan Krans, Ndoungué (Cameroun)
dans : Expressions de foi de l’Église universelle