Le projet de formation de jeunes en situation de handicap moteur © EPED

L’Église Protestante Évangélique de Djibouti se réjouit depuis ces dix dernières années, des avancées au niveau de son partenariat avec le Service Protestant de Mission-Défap qui l’accompagne depuis plus de 50 ans maintenant. Plusieurs projets ont été développés avec le soutien, en ressources financières et humaines, pour la mise en œuvre des projets d’éducations destinés aux jeunes en échec scolaire venant des quartiers défavorisés et ceux à besoin spéciaux.

Le Défap emploie depuis septembre 2017 un pasteur directeur et subventionne le salaire de l’administrateur coordinateur des projets éducatifs de l’EPED depuis 2005. Il est aussi garant des financements demandés par l’EPED auprès de tous ces bailleurs de fonds et en assure le suivi à travers des échanges d’informations comptables régulières, de suivi et de validations de tous les rapports narratifs et financiers élaborés à cet effet. Il réalise au moins deux visites d’accompagnement chaque année à Djibouti.

Cet accompagnement permanent, permet à l’EPED de s’engager dans l’amélioration des conditions de vie des populations par des moyens appropriés à sa mission. C’est ainsi que plusieurs activités de formations ont été déroulées en plusieurs phases :

La formation de jeunes en situation de handicap

Pour aller plus loin :

Entre 2015 et 2017, le Centre de Formation de l’EPED avait accueilli dans le cadre d’un projet éducatif cofinancé par l’Union Européenne, le Défap et l’EPED, une trentaine de jeunes en situation de handicap moteur pour une formation professionnelle au métier d’assistant gestionnaire de réseau informatique et aux notions d’entreprenariat.

Ce projet avait pour objectif d’améliorer l’employabilité et la réinsertion professionnelle des personnes en situation d’handicap moteur en revalorisant leur niveau de scolarité et les rendant capables de contribuer au développement de la société en pleine expansion. Cette action visait également à modifier le regard des employeurs potentiels sur les personnes en situation de handicap en général et sur leur employabilité en particulier.

Le résultat de ce projet a été très satisfaisant parce que trois mois seulement après sa mise en œuvre, 6 bénéficiaires sur 33 finissant la formation avaient déjà trouvé un l’emploi contribuant ainsi aux efforts de réhabilitation des personnes vivant avec un handicap sur leurs droits. Ce droit sera renforcé par la loi d’orientation nationale votée par l’assemblée nationale obligeant maintenant les entreprises de la place à prévoir désormais au moins 2 % des personnes vivant avec un handicap parmi leur effectif lors des embauches.

La rénovation des bâtiments

Suivi du projet de rénovation des bâtiments © EPED

Entre 2010 et 2017 le Défap a accompagné un grand projet de rénovation des bâtiments sous forme d’un chantier école. À l’issue de ce projet, le Centre de Formation de l’EPED est aujourd’hui doté de sept grandes salles de classe rénovées, trois bureaux, un appartement de fonction où loge l’administrateur, un presbytère et un temple pouvant accueillir jusqu’à 120 personnes. Ce projet de rénovation avec une approche innovante le «chantier école», fut un moment privilégié pour former plus de 50 jeunes Djiboutiens aux métiers de maçonnerie, d’électricité, de plomberie et de soudure.

En novembre 2017, le temple qui était la dernière phase de ces grands travaux de rénovation a été inauguré et quelques activités autour du 500ème anniversaire de la réforme protestant prônée par Luther ont marqué ce moment important de la vie de l’Église à Djibouti.

Le projet «panneaux solaires»

Panneaux solaires sur un des bâtiments de l’EPED © EPED

Depuis décembre 2017 avec le soutien financier de l’organisation «Pain pour le monde», le Centre de formation accueille courageusement 36 jeunes Djiboutiens dont 40% de jeunes filles pour une formation aux métiers d’entretien, de pose et maintenance des panneaux solaires photovoltaïques et aux notions d’entreprenariat sur une période de 18 mois.

Avec la nouvelle politique de développement de l’État dénommé «vision 2035», l’État de Djibouti souhaite réaliser une transition dans le secteur énergétique pour passer totalement à l’énergie renouvelable. Pour cette raison, à l’initiative de l’Ambassade d’Allemagne à Djibouti, de la Chambre de Commerce de Djibouti, et des chambres de commerce allemandes, le Centre de formation de l’EPED, a participé du 08 au 11 mars 2018, à l’atelier «renewable energies for Africa» dont l’objectif était de mettre en relation les entreprises en recherche de techniciens qualifiés et pour sensibiliser les Djiboutiens à la question de l’énergie verte. Cet atelier fut une occasion pour notre Centre de formation de partager sa nouvelle expérience sur la production d’électricité par les énergies renouvelables connectées au réseau public et de témoigner de son implication au développement de la République de Djibouti à travers son service diaconal.

Et pour la suite…

Signature du contrat avec l’ambassade du Japon © EPED

Dans un avenir proche, le Centre de formation de l’EPED accueillera des réfugiés hommes et femmes pour des formations professionnelles en électricité, maçonnerie, coupe couture, énergies renouvelables et formation de techniciens de surfaces en partenariat avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU.

Ce projet consiste à former des refugiés pour qu’ils aient des compétences requises pour travailler à Djibouti ou dans leur pays d’origine. Ce projet est aussi une façon pour notre centre de participer aux efforts de prise en charge des questions liées aux réfugiés.

Pour faciliter la mise en œuvre de ce projet avec les Nations Unies, l’EPED vient de signer un contrat avec l’ambassade de Japon pour la réhabilitation d’une nouvelle salle informatique et d’une salle d’accueil avec mezzanine, ouvrage que nous n’avons pas pu réaliser lors de la grande rénovation de 2010 à 2017. Il s’agit d’un financement à hauteur de 73.000 dollars américains donné sous forme de micro projet. Nous aimerions ici saluer le soutien du Défap lors de la phase rédactionnelle de ce projet et l’apport du couple Jean François FABA dans la facilitation et l’aboutissement heureux de ce projet lors de leur séjour à Djibouti entre mars et mai 2017.

En perspective, l’EPED avec l’aide du Défap souhaite ré-ouvrir son école maternelle fermée en 2011 pour des raisons de travaux de rénovation de ses bâtiments, et cette fois-ci avec une option de continuer jusqu’au cycle élémentaire (école primaire).

Pierre Tschim, administrateur de l’EPED