Le bâtiment du Défap, vu depuis le jardin

Quel meilleur moyen de découvrir Paris que de flâner dans ses rues ? En évitant les transports en commun bondés, les boulevards embouteillés… Depuis leur invention en 1947, les sentiers de grande randonnée n’ont cessé de se développer en France, offrant aux piétons aventureux de multiples possibilités de s’initier à l’intimité d’un terroir, mais aussi de redécouvrir des zones urbaines avec un regard neuf : le dernier GR en date, le GR 2013, traverse ainsi la totalité de la métropole marseillaise… Avec ses multiples quartiers isolés des grands boulevards, ses parcs et jardins, sa richesse historique et architecturale, Paris se prête particulièrement au tourisme pédestre ; les possibilités de randonnées sont légion, depuis les itinéraires officiels recensés sur Google Maps et dans la liste des GR, jusqu’aux guides touristiques en bonne et due forme, en passant par les sites spécialisés, ceux de passionnés ou les parcours proposés par les auberges de jeunesse

Avec son parcours «Paris protestant», le Musée virtuel du Protestantisme propose de regarder la capitale avec des yeux neufs, à travers une partie de son patrimoine dont l’histoire reste parfois méconnue. L’occasion de se souvenir que Saint-Germain des Prés joua un rôle important dans la naissance du protestantisme avec le théologien et humaniste Jacques Lefèvre d’Étaples, qui traduisit le Nouveau Testament en français et rédigea des commentaires des épîtres de Paul qui devaient faire de lui un précurseur des grands réformateurs ; ou encore, que c’est dans le Quartier latin que Jean Calvin a habité durant ses études…

L’histoire d’une maison et celle de la Mission

Pour aller plus loin :

Dans ce parcours «Paris protestant», la Maison des Missions, au 102 boulevard Arago, figure en bonne place, dès la deuxième étape, juste après le «Paris de Calvin». Avec une présentation très détaillée, à la fois de l’histoire du bâtiment, construit en 1886 et qui a connu plusieurs extensions en 1909 et 1950, mais aussi de l’aventure de la Société des Missions Évangéliques de Paris (SMEP), l’ancêtre de l’actuel Défap. L’occasion de découvrir ce qui se vit aujourd’hui dans le prolongement de l’histoire des Missions – et pourquoi pas, de faire un mini-séjour au Défap (voir encadré ci-dessous) ?

Auteur de cette initiative, le Musée virtuel du Protestantisme a été créé en 2003 par la Fondation pasteur Eugène Bersier, avec le concours de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français. Ila pour buts affichés de :

  • Faire connaître les spécificités des chrétiens protestants.
  • Illustrer les moments significatifs de l’histoire du protestantisme.
  • Conserver les images, textes, tableaux, dessins, objets, témoins de l’histoire des protestants.

Le musée se veut avant tout pédagogique, instructif, esthétique, pour expliquer comment s’est développée la communauté protestante en France depuis le XVIe siècle.Actuellement, ses collections comprennent un millier de notices, 2 800 images et 700 références bibliographiques. Il s’enrichit progressivement, notamment de vidéos et d’extraits sonores.

Rencontrez la maison, découvrez la mission

Visiter la maison du service protestant de mission ? Et pourquoi pas ! C’est l’occasion d’un périple culturel qui met en lumière l’histoire des missionnaires protestants et permet d’éveiller la curiosité des jeunes visiteurs.
Pour préparer la visite, certains lanceront des discussions sur le sens des mots « mission » et « vocation » ou sur les raisons d’un départ en mission. A travers cette visite, vous pourrez ainsi suivre l’histoire des missions …et celles des missionnaires.
Histoires d’autrefois, cartes du monde, portraits, chapelle, salon rouge, bibliothèque, bureaux, salle de cours, musée… la visite est riche et toujours orientée autour des missionnaires, des lieux de mission et des objets rapportés par les envoyés.
Cliquez sur l’image ci-contre pour avoir toutes les informations sur les week-ends et mini-séjours «découverte» proposés par le Défap sur le thème «Voir ou revoir Paris».