Le programme EAPPI (Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et Israël) a été initié par le Conseil Œcuménique des Eglises (COE), dont les Eglises membres représentent 550 millions de chrétiens dans le monde, en réponse à un appel de responsables chrétiens locaux. Lorsque la violence s’est répandue à travers Israël et les territoires occupés, après le déclenchement de la seconde Intifada (El Aqsa) en 2000, les responsables des Eglises de Jérusalem ont lancé un appel à soutenir leurs efforts pour une paix juste. La gestion des envois d’accompagnateurs a été reprise en 2012 par le Défap à la demande de la Fédération protestante de France.

Le programme EAPPI

Marie-Lyne Smadja © Women Wage Peace

Le 4 novembre 1995, Yitzhak Rabin était tué de deux balles dans le dos, tirées à bout portant par un Israélien juif étudiant en droit et opposé aux accords d’Oslo. Ces accords, que Rabin avait signés deux ans plus tôt en tant que Premier ministre israélien, avaient suscité alors un immense espoir de paix au Proche-Orient en permettant la création de l’Autorité palestinienne et en cédant pour la première fois un contrôle partiel de certaines zones de la bande de Gaza et de la Cisjordanie aux Palestiniens. Si le processus de paix israélo-palestinien s’est trouvé freiné par cette mort, Yitzhak Rabin n’en reste pas moins un symbole en Israël.

Cette année, à Paris, pour commémorer les 22 ans de sa disparition, un hommage particulier lui sera rendu le 8 novembre à la mairie du 20ème arrondissement en présence notamment de Bernard Zilberg, président de la “Maison Itshak Rabin”, et d’Aliza Bin Noun, ambassadeur d’Israël à Paris. Avec, en outre, des invitées qui témoignent de la poursuite des efforts de paix au sein de la société civile, menés aussi bien par des Israélien(ne)s que par des Palestinien(ne)s : Amal Rihan et Marie-Lyne Smadja, du mouvement “Women Wage Peace” (“Les femmes font la paix”), avec Huda Abuarquob, qui fait partie de la coordination d’ONG “Alliance pour la Paix au Moyen Orient” (APMO). Elles participeront à une rencontre qui sera animée par Eric Halimi, rédacteur en chef de RFM.

“Nous voulons la paix et ensemble, nous pouvons l’obtenir”

Pour aller plus loin :
“Les femmes pour la paix” : le site de l’ONG 

Cette rencontre intervient alors que le le mouvement “Les Femmes font la paix”, né dans le sillage de l’opération militaire israélienne à Gaza de l’été 2014, qui revendique 24.000 partisans en Israël et 33.000 partisans à l’étranger, a organisé fin septembre-début octobre une marche pour la paix de deux semaines qui a réuni des milliers de femmes israéliennes et palestiniennes.

Marie-Lyne Smadja assurait alors que cette marche à travers Israël et la Cisjordanie occupée avait pour but de “faire entendre la voix de ces dizaines de milliers de femmes israéliennes juives et arabes, de gauche, centre et droite et de leurs partenaires palestiniennes, qui main dans la main ont pris ensemble cette route de la paix”. Huda Abuarquob estimait pour sa part : “Cette marche n’est pas une manifestation de plus mais le moyen de dire que nous voulons la paix et qu’ensemble, nous pouvons l’obtenir”.

Cette manifestation, qui avait déjà connu un précédent en 2016, avait reçu le soutien de diverses personnalités israéliennes, parmi lesquelles des députés, de l’opposition comme de la coalition de droite, ainsi que des artistes et écrivains.

Retrouvez ci-dessous l’affiche du débat organisé à Paris :