Tisser des liens et permettre des échanges entre facultés de théologie de différents pays, c’est un des rôles du Défap. Tünde Lamboley, invitée de l’émission Courrier de Mission – le Défap diffusée sur Fréquence protestante, revient sur les raisons et les implications logistiques de ces relations.

L’enseignante Christine Prieto (docteur en théologie, bibliste) en compagnie des étudiants de l’UPC (Université Protestante au Congo) © Christine Prieto pour Défap

Faire vivre les liens entre des Églises présentes sur plusieurs continents peut prendre différents aspects. Il y a bien sûr la figure de l’envoyé, qui après avoir suivi une formation au Défap, sera accueilli au sein de l’un des partenaires du Défap pour une mission de plusieurs mois à plusieurs années. Il y a aussi les projets portés par ces Églises et soutenus par le Défap. Il y a encore les relations établies à travers la formation théologique, qu’il s’agisse d’accueil de boursiers venant faire une partie de leur cursus en France ou d’échanges d’enseignants… Dans tous les cas, ces relations, pour vivre, ont besoin de rencontres directes – ce qui est le défi principal à relever en période de confinement.

Le Défap et la formation théologique, avec Jean-François Faba et Tünde Lamboley

Courrier de Mission – le Défap
Émission du 28 octobre 2020 sur Fréquence Protestante

 

Invitée sur Fréquence Protestante, la pasteure Tünde Lamboley, chargée notamment au sein du Défap de tout le volet « Formation théologique », détaille les différents aspects de cette mission du Défap, qui met en lien de nombreuses facultés de théologie par-delà les frontières. Un travail qui va de l’accueil de doctorants à l’organisation de stages dans le cadre de la formation permanente des pasteurs, de la préparation d’un projet d’étude en lien avec la faculté au suivi individuel de l’étudiant concerné…

En 2019 le Défap a soutenu vingt-trois boursiers qui venaient de Madagascar, Tahiti, Nouvelle-Calédonie, République Démocratique du Congo, Cameroun, Congo (Brazzaville) et Bénin. Pour l’année 2021, quatorze sont attendus en France.

Le groupe des boursiers du Défap posant devant le 102 boulevard Arago, novembre 2019 © Défap