La session de formation 2022 des envoyés du Défap se tiendra du 4 au 13 juillet. Y prendront part en tout onze candidats au départ, aux profils très divers ; ainsi qu’une grande partie de l’équipe du Défap mobilisée pour ce rendez-vous.
Ouverture de la session 2021 de la formation des envoyés du Défap © Défap

« Je repartirai, c’est sûr. Et j’espère que vous partirez tous. Parce que ça change tout… » Ces quelques mots d’Aurélie, ancienne envoyée du Défap au Cameroun, et qui y est retournée depuis lors en mission courte, donnent une idée de l’impact que peut avoir l’expérience de l’engagement à l’étranger dans une vie. Vous pourrez lire son témoignage sur le site du Défap au cours des prochains jours ; ainsi que celui d’Élie, parti, lui, à Madagascar. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de parcours de vie qui ont bifurqué, pris d’autres voies : on ne revient jamais d’une mission dans la même disposition d’esprit que lorsqu’on est parti. Il y a des rencontres et des expériences qui vous font voir le monde sous un autre jour et reconsidérer vos priorités de vie : « les échanges, ça vous change ».

Ouverture de la session 2018 de la formation des envoyés du Défap © Défap

 
Mais si les échanges peuvent avoir de telles répercussions, encore faut-il y être bien préparé. C’est d’ailleurs une obligation légale, notamment au vu des enjeux de sécurité, et les associations concernées par l’envoi de volontaires réfléchissent régulièrement ensemble aux bonnes pratiques en la matière (un point sur lequel a particulièrement travaillé le CLONG-Volontariat, collectif dont fait partie le Défap : vous pourrez avoir un aperçu de son travail au cours des prochains jours sur le site du Défap). Voilà pourquoi, au Défap, cette étape de la formation des futurs envoyés est cruciale. Elle se déroule traditionnellement sur les deux premières semaines de juillet, et mobilise l’ensemble de l’équipe du Défap, appuyée par divers intervenants extérieurs, pour donner aux candidats au départ tous les outils nécessaires. Et pour les sensibiliser aux difficultés qu’ils ne manqueront pas de rencontrer. Il y a, bien sûr, l’aspect administratif et la course d’obstacles des documents à obtenir ; les problématiques de sécurité ; tout ce que l’on peut découvrir sur place, sur le plan social ou économique, et qui peut vous bousculer ; les relations qui peuvent être difficiles, par-delà les barrières de la langue et de la culture… Sans oublier le choc du retour, lorsqu’il faut reprendre contact avec un environnement qui a continué à évoluer selon ses propres règles, et qui n’est pas forcément prêt à recevoir, et encore moins à comprendre, le témoignage d’un volontaire ayant vécu une expérience qui a changé sa vie…

« Il y a ceux qui partent, et ceux qui restent »

En cette année 2022, la formation des envoyés du Défap se tient du 4 au 13 juillet. Une dizaine de jours de sessions intensives que tous les candidats au départ vont passer au 102 boulevard Arago, en alternant entre des journées de formation et des moments d’échange : ainsi, trois soirées au cours de cette dizaine de jours leur permettront de rencontrer toute l’équipe du Défap. Ils sont onze en tout, avec des expériences très différentes de l’engagement à l’étranger et des profils très divers. Les âges vont de 21 à 58 ans ; certains partent avec le statut de service civique, d’autres en tant que VSI (Volontaires de Solidarité Internationale) ; leurs missions vont les emmener en Afrique du Sud, en Côte d’Ivoire, en Égypte, au Liban, à Madagascar, en Tunisie…


Envoyés du Défap partis en 2015

Cette étape de la formation marque, pour eux, l’aboutissement d’une procédure de trois à six mois au cours de laquelle ils ont rencontré les membres de la CEP (Commission Échange de Personnes) pour faire le point sur leur projet, évaluer leurs compétences professionnelles, leurs aptitudes personnelles. Et pour les membres de l’équipe du Défap aussi, c’est un moment clé de l’année. Une période au cours de laquelle les candidats au départ auront l’occasion de se découvrir les uns les autres, avant d’être dispersés dans divers pays au gré de leur mission. Une période, aussi, au cours de laquelle ils pourront apprendre à connaître mieux l’équipe du Défap, mettre des noms et des visages sur des fonctions. Cette dizaine de jours est enfin l’ultime période de maturation des motivations des uns et des autres. Ce n’est pas un hasard si les derniers entretiens ont lieu au cours de ces quelques jours. Et cette période passée ensemble sera aussi un sas avant de partir pour une expérience destinée à changer radicalement leur perception du monde, et à influer durablement sur leur vie.

« Vous avez décidé de partir, soulignait il y a quelques années une membre de l’équipe du Défap intervenant au cours d’une de ces sessions de formation ; ce n’est pas le choix de tout le monde. Certains en rêvent et ne le font pas, d’autres ne l’envisagent même pas… Il y a ceux qui partent, et ceux qui restent : comme s’il y avait en nous un appel, que certains entendent et d’autres pas. » Un appel qui, outre son aspect individuel, s’inscrit nécessairement dans une histoire collective, qui lui donne son sens…

Et comme chaque année, cette session de formation des envoyés 2022 se clôturera par un culte d’envoi, célébré dans la chapelle du Défap, et ouvert à tous.