Écouter

Célébration :

Nous vous proposons un culte avec une liturgie centrée sur le thème de l’écoute, et des pistes de prédication à partir de deux textes :

  • Exode 3,7-15 Dieu entend les cris de son peuple
  • Marc 7,31-37 Jésus guérit un homme sourd-muet

 

Accueil – Salutation

Au commencement de la prière se trouve le silence.
Si nous voulons prier, il nous faut d’abord apprendre à écouter car, dans le silence du cœur, Dieu parle. Et pour être en mesure de vivre ce silence et d’entendre Dieu, il nous faut un cœur limpide car il est seul capable de voir Dieu, d’entendre Dieu, d’écouter Dieu.
Alors seulement, de la plénitude de nos cœurs, nous pouvons parler à Dieu. Et Il écoute.
(Mère Térésa)

Frères et sœurs, faisons silence, accueillons ce silence que Dieu nous offre afin qu’y ruisselle sa
Parole d’amour et de grâce. Amen.

Cantique : 14-03 Magnifique est le Seigneur 1,4

 

Invocation

Seigneur tu t’es approché de nous. Tu nous as invités à t’écouter et à te parler. Nous te remercions pour ce temps que tu nous offres.
Rassemblés en Ton Nom, autour du Christ Jésus ton fils et notre frère,
Nous accueillons le souffle de ta présence afin d’apprendre, encore et encore, Qu’en Toi et avec Lui nous pouvons trouver communion les uns avec les autres Et redécouvrir le sens et l’orientation que tu veux donner à nos vies. Amen.

 

Prière de louange

Louons le seigneur avec les paroles du Psaume 138.

Seigneur, je te dis merci de tout mon cœur, je te chante devant les dieux.
Je me mets à genoux devant ton temple saint, je te dis merci pour ton amour et ta fidélité. Oui, tu as tenu tes promesses au-delà de ce que nous attendions de toi.
Quand je t’ai appelé, tu m’as répondu, tu m’as rempli de courage et de force.
Seigneur, tous les rois de la terre te diront merci, car ils entendront les paroles de ta bouche.
Ils chanteront tes actions en disant : « La gloire du SEIGNEUR est grande !
Le Seigneur est là-haut, mais il voit les gens simples, et les orgueilleux, il les reconnaît de loin. » Si je suis très malheureux, tu me rends la vie malgré mes ennemis en colère.
Tu étends ta main et tu me sauves par ta puissance.
Le Seigneur finira ce qu’il a commencé pour moi.
Seigneur, ton amour est pour toujours, n’abandonne pas ceux que tes mains ont formés !

Cantique : 12-07, 1,2,3 : Tournez les yeux vers le Seigneur

 

Prière de repentance

Tournons-nous vers le Seigneur :

Seigneur, tu t’es révélé à nous comme Dieu de Parole et d’écoute ; tu nous as enseigné un chemin de vie et tu as écouté nos chants, nos prières et nos plaintes. Tu nous as invités à pratiquer les uns vis-à-vis des autres l’amour qui rend heureux, et l’écoute fraternelle qui fait grandir la confiance. Mais Seigneur, nous avons beaucoup de mal à faire silence. Nous ne parvenons pas à consacrer l’attention nécessaire à l’écoute.

Vis-à-vis de toi sans cesse nous nous comportons comme si nous savions à l’avance ce que tu veux nous dire. Vis-à-vis du prochain sans cesse nous court-circuitons les paroles qui risquent de nous déranger ou de nous effrayer. Vis-à-vis du monde nous nous contentons de rumeurs qui ne nous atteignent que superficiellement.

Seigneur il n’y a pas d’amour sans écoute, pas d’intelligence sans attention et discernement. Comme au Roi Salomon donne-nous la sagesse et un cœur qui écoute ! Rends-nous attentifs et bienveillants vis-à-vis des autres. Aide-nous tous à nous encourager mutuellement, à partager nos récits, nos mémoires, nos témoignages de foi et parfois de doute.

Donne-nous l’inspiration et la bienveillance nécessaires pour nous comprendre et nous en- tendre les uns avec les autres, quelles que soient nos différences culturelles, sociales et poli- tiques. Car avec Jésus tu nous appelles à devenir ensemble artisans de paix. AMEN !

Cantique : 43-06 1 : Mon Dieu mon Père écoute-moi.

 

Annonce du pardon

Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’incline humblement, prie, et cherche ma face, s’il se détourne de ses mauvaises voies, -je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays.

Mes yeux seront ouverts désormais, et mes oreilles seront attentives à la prière faite en ce lieu. Maintenant, je choisis et je sanctifie cette maison pour que mon nom y réside à jamais, et j’aurai toujours là mes yeux et mon cœur. 2 Chroniques 7, 14-16

Cantique : 43-06, 2

 

Invitation au chemin de Dieu

Pardonnés et libérés nous pouvons recevoir cet appel de Dieu à l’écoute, qui est au cœur de la prière juive de chaque jour :
« Écoute, Israël, le SEIGNEUR notre Dieu est le seul SEIGNEUR.
Tu dois aimer le SEIGNEUR ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être et de toute ta force. Les commandements que je te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur. Tu les enseigneras à tes enfants. Tu en parleras quand tu seras assis chez toi, quand tu marcheras sur la route, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Pour ne pas les oublier, tu les attacheras sur ton bras et sur ton front. Tu les écriras sur les montants de la porte de ta maison et sur les portes de tes villes. »

Cantique : 43-06, 3 et 4

 

Prière d’illumination

Seigneur, ouvre mon esprit à l’intelligence de ta Parole
Et que mon cœur demeure brûlant tandis que tu me parles. Comme la pluie féconde la terre et fait germer la semence, Que ta Parole, Seigneur, accomplisse, au cœur de ma vie, Sa mission : ta volonté.
Qu’elle féconde ma vie et lui permette de porter des fruits.
Oui que ta Parole soit la vérité de mon existence, la lampe de mes pas. Amen.

 

Lectures bibliques

Exode 3, 7-15

Et l’Éternel dit : «J’ai vu, j’ai vu l’affliction de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu les cris qu’il pousse devant ses oppresseurs, car je connais ses souffrances. Or je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et pour le faire monter de ce pays vers un pays bon et spacieux, vers un pays ruisselant de lait et de miel, vers le lieu où habitent les Cananéens, et les Héthiens, et les Amoréens, et les Phéréziens, et les Héviens, et les Jébusiens. Et maintenant, voici, les cris des fils d’Israël sont venus jusqu’à moi, et j’ai vu aussi l’oppression dont les Égyptiens les oppriment. Et maintenant, va, et je t’enverrai vers le Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les fils d’Israël.»
Alors Moïse dit à Dieu : «Qui suis-je, moi, pour que j’aille vers le Pharaon et pour que je fasse sortir d’Égypte les fils d’Israël ?»
Et Dieu dit : «[C’est] parce que je serai avec toi ! Et voici pour toi le signe que c’est moi qui t’ai envoyé : quand tu auras fait sortir d’Égypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne.» Puis Moïse dit à Dieu : «Voici, quand j’irai vers les fils d’Israël et que je leur dirai : «Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous», et qu’ils me diront : «Quel est son nom ?», que leur dirai-je ?» Et Dieu dit à Moïse : «JE SUIS CELUI QUE JE SUIS.» Et il dit : «Tu diras ainsi aux fils d’Israël : «JE SUIS m’a envoyé vers vous.» »
Et Dieu dit encore à Moïse : «Tu diras ainsi aux fils d’Israël : «L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous. C’est là mon nom éternellement, et c’est là mon mémorial de génération en génération.»

Marc 7,31-37

Jésus quitta le territoire de Tyr. Passant par Sidon, il prit la direction du lac de Galilée, à travers le territoire de la Décapole. On lui amena un sourd-muet, et on le pria de poser la main sur lui. Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, prenant de la salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : «Effata !», c’est-à- dire : «Ouvre-toi !»
Ses oreilles s’ouvrirent ; aussitôt sa langue se délia, et il parlait correctement.
Alors Jésus leur recommanda de n’en rien dire à personne ; mais plus il le leur recommandait, plus ils le proclamaient. Très vivement frappés, ils disaient : «Tout ce qu’il fait est admirable : il fait entendre les sourds et parler les muets.»

Cantique : 46-05 1,2,3 Mon Sauveur je voudrais être une fleur de tes parvis

 

Prédication

Pistes pour la prédication Exode 3,7-15 et Marc 7,31-37

Les deux textes que nous avons choisis pour aujourd’hui tournent autour du thème de l’écoute Dieu écoute et entend. Dieu appelle les humains à écouter et entendre. Souvent il se désespère car, « bien qu’ayant des oreilles ils n’entendent pas, des yeux et ils ne voient pas ! ». Et Jésus, dans ce récit d’évangile accomplit une guérison très symbolique, puisqu’il guérit un homme sourd et muet. Cette thématique de l’écoute est fondamentale pour la condition humaine, et à notre époque de communication démultipliée, elle peut nous inspirer des réflexions et des attentions nouvelles pour soigner nos relations les uns avec les autres.

Dieu écoute, Dieu entend

Dieu, Père de Jésus-Christ, qui a créé le monde, est un Dieu aimant qui accueille, qui enseigne, qui nous envoie les uns vers les autres. Mais c’est peut-être, plus que tout, un Dieu qui écoute ou dont on espère l’écoute, comme en témoigne tout le livre des psaumes.

En ce début du livre de l’Exode, alors que Moïse est devenu adulte, qu’il a découvert son identité hébraïque et le malheur de son peuple, il est écrit qu’à son tour Dieu voit et entend la souffrance de ce peuple. Et il décide de descendre pour le sauver. De ces paroles nous apprenons que Dieu n’est pas une idole muette et impassible, mais qu’au contraire c’est un Dieu sensible, pris aux entrailles par la souffrance du monde. C’est un Dieu qui écoute et qui entend, qui s’émeut et qui répond, qui s’approche et qui agit.

Il entend et comprend aussi l’angoisse de Moïse, son sentiment de faiblesse, et donc il le rassure, s’engage à l’accompagner, le soutenir. L’écoute est au cœur de tout cela. Et comment se présente-t-il ? « Je suis qui je serai « Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ».

Depuis le commencement Dieu écoute le monde car c’est sa création. Il écoute chacun d’entre nous car nous sommes ses créatures, ses enfants. Et ceci d’âge en âge jusqu’à l’accomplisse- ment des temps. C’est un Dieu Vivant, qui ne cesse de nous surprendre, par son écoute même.

Jésus aussi écoute

Pendant tout son ministère, Jésus ne cesse de se déplacer. Il rencontre des gens, il s’invite chez, eux, il leur donne un enseignement, il les guérit, les remet debout. En tout cela l’écoute est centrale. Jésus écoute Dieu qui l’écoute aussi, Jésus demande que ses disciples écoutent son enseignement. Et lui-même écoute les personnes qu’il rencontre.
Cette écoute de Jésus, elle ne se fait pas seulement par les oreilles, mais aussi par les yeux, et tous les autres sens. Jésus est sensible à tous ceux qu’il rencontre comme il est sensible à Dieu son Père. C’est une sensibilité émotive et active. Cela signifie que sa perception d’autrui le remue profondément, le fait bouger, alors il répond, il agit pour le bien.

Ainsi dans notre récit, il écoute la prière des amis de l’homme sourd et muet. On peut supposer qu’il entend aussi, plus mystérieusement, sa prière à lui, même s’il ne peut pas parler. Car pour Jésus un être humain ne peut en aucun cas être considéré comme un simple objet d’apitoiement et d’expérimentation.

Dès qu’il a l’homme sourd et muet en face de lui Jésus lui parle. Non avec des mots dans un premier temps mais avec des gestes : il lui met le doigt dans les oreilles et de la salive sur la langue. Puis, alors que l’homme n’a pas encore la capacité d’entendre, il lui dit « Ephata ! » «Ouvre-toi. » Alors l’homme peut entendre et parler.

Notre besoin d’écoute est immense

Si ces récits bibliques nous touchent tant, c’est que dès l’enfance, nous ressentons un besoin profond d’être écouté, entendu, compris. Quelqu’un écrivait : « C’est à l’aune de l’écoute bienveillante des adultes qui les entourent que les enfants développent leur confiance dans la parole. Et la réponse qui les nourrit véritablement n’est pas celle qui comble tous leurs désirs, mais celle qui leur assure une présence fiable à leurs côtés. »

Mais que se passe-t-il quand les adultes sont défaillants dans ce rôle ? Pour certains, c’est Dieu lui-même qui l’a assuré. Le Dieu qui écoute, console, rassure, encourage. Le Dieu que l’on prie dans le secret de son cœur ou de sa chambre, ou bien au milieu de l’assemblée.

Cependant il faut dire deux choses :

  • Dieu ne peut rien sans nous et il nous a confié ce ministère d’écoute. A la suite de Jésus, c’est un service fondamental du chrétien et de l’Église au service du prochain et du monde. On ne doit surtout pas prétexter que l’évangile est la Bonne Nouvelle à annoncer pour minimiser l’écoute et maximiser la proclamation. L’une et l’autre sont essentielles et elles se nourrissent mutuellement.
  • Même adultes nous sommes toujours des enfants en quête d’écoute. Nous avons besoin d’être écoutés, mais également d’écouter, car l’enseignement du Christ n’est pas une matière morte à digérer une fois pour toute. C’est un enseignement vivant. Souvent nous croyons avoir suffisamment accumulé de connaissances et d’expériences pour ne pas avoir besoin d’en entendre davantage. Si nous nous prenons tellement au sérieux, nous nous privons de la simplicité de l’amour de Dieu et du Christ, qui ne demandent qu’à nous écouter et nous parler.

Pour une écoute universelle cœur à cœur

Parmi les envoyés du Défap, nombreux sont ceux qui témoignent de la force des rencontres qu’ils ont vécues sur leurs lieux de mission. Ils ont expérimenté ce qu’écouter veut dire lors- qu’on est loin de chez soi, dans un nouveau contexte. Écouter, regarder, s’imprégner du monde différent qui vous entoure, avec ses bruits, ses odeurs, sa langue, ses rituels, ses codes…

Et qu’ont-ils entendu ? Finalement, beaucoup témoignent que ces expériences de déplacement leur ont permis de découvrir et d’écouter leur voix profonde. Certains ont découvert Dieu alors qu’ils étaient indifférents avant de partir. D’autres ont découvert leur vocation professionnelle. Mais surtout, à la rencontre et à l’écoute des autres, ce n’est pas tant la ou les différences qui importaient le plus, mais c’est la ressemblance entre les humains. L’esprit d’écoute nous ouvre aux deux niveaux : celui des différences entre les êtres, les cultures, les contextes, mais aussi celui de la ressemblance profonde entre les êtres humains. Tous nous naissons, nous vivons, nous aimons, nous souffrons, nous espérons, nous connaissons la soif et la joie spirituelles, même si tout cela, nous l’exprimons de manière différente, dans des langues multiples, et même des sensibilités diverses.

Ceci, qui est vrai dans les relations entre personnes de cultures et de pays différents, l’est aussi, d’une autre manière, dans chacune de nos communautés et chacun de nos groupes. Car là où nous croyons nous ressembler nous sommes plus différents que nous le pensons, et il faut faire attention à ce qu’une ressemblance de surface nous prive d’aller chercher notre ressemblance profonde d’enfants de Dieu.

Dieu nous donne son esprit d’écoute pour nous inviter à nous parler les uns aux autres, comme «des amis parlent à leurs amis.»

Pour approfondir cette réflexion sur l’écoute voici les extraits d’un texte du Père André Gromolard, qui est prêtre et écrivain.

Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un…
C’est lui dire, non pas avec des mots, mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là…

Écouter, c’est commencer par se taire…
Écouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance tel qu’il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour dire ce qu’il doit être. C’est être ouvert à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne.

Écouter, c’est vraiment laisser tomber tout ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l’autre.
C’est comme une promenade avec un ami : marcher à son pas, proche mais sans gêner, se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir avec lui, pour rien, pour lui.

Écouter, ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques. Être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Écouter, c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse.

Confession de foi

Nous croyons en Dieu, source de toute vie et créateur de l’univers.
Nous croyons en Dieu, Seigneur des patriarches et des matriarches, de Moïse, des rois et des prophètes, Dieu qui s’est fait connaître aux nations en Jésus de Nazareth, venu et reconnu comme Christ – Messie !
Nous croyons en Dieu, qui à travers les siècles se souvient de sa création et la soutient mystérieusement.
Nous croyons en Dieu, se révélant depuis le commencement et jusqu’à la fin des temps comme Dieu de parole et d’écoute, de justice et de compassion.
Nous croyons en Dieu, Seigneur fidèle qui a écouté Abraham et lui a répondu, et parlé avec Moïse comme un ami parle à son ami.
D’âge en âge il maintient son alliance avec ses créatures et toute sa création.
Nous croyons en Dieu, Père attentif, et en Jésus-Christ, frère réceptif, qui cherchent à nous inspirer des attitudes justes et bienveillantes les uns vis-à-vis des autres, afin qu’ensemble nous soyons de véritables artisans de paix et d’avenir dans ce monde et pour ce monde. Amen !

Cantique : 52-19 1,2,3,8 Il est une foi ancienne

 

Offrande

Seigneur nous t’ouvrons notre cœur, nous mettons à ta disposition notre vie, nous te présentons nos offrandes d’argent, afin de mettre tout cela au service de ta mission dans le monde. Amen.

Prière d’intercession

Seigneur, de la même manière sur la montagne de la Transfiguration, tu as dit aux disciples :
«Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le» ! Nous désirons t’écouter nous dire de l’écouter. C’est le plus grand et le premier commandement. Que nous l’ayons constamment à l’esprit !
L’écouter avant toute prière, toute parole, toute résolution.
Prendre le temps de cette écoute. Écouter deux fois plus que parler !
L’écouter nous dire que tu es Amour et Miséricorde, que nous devons t’aimer de tout notre cœur.
L’écouter nous appeler à faire sa volonté bonne et parfaite, qu’il a réalisée jusqu’au bout. L’écouter dans l’Ancien et le Nouveau Testament, lui qui nous a fait entrer dans l’Alliance. L’écouter dans les sept Paroles qu’il a criées sur la croix, où il vit toutes les Béatitudes, toute
Parole de Dieu.
L’écouter dans sa manière d’être en relation, plein d’attention envers chacun, afin que nous aussi nous vivions son commandement nouveau.
L’écouter nous dire : « La paix soit avec vous », lui le Ressuscité qui nous redit ces paroles quand nous sommes réunis en son nom.
L’écouter dans le partage du pain et du vin, quand il nous introduit dans la maison du Père.
L’écouter ensemble dans la diversité de nos personnalités, de nos cultures, de nos Églises, afin que nous soyons unis en lui.
L’écouter dans notre cœur, où vit l’Esprit saint.
L’écouter comme Marie, avec le cœur, dans une profonde méditation.
L’écouter avec et dans l’Église aujourd’hui, partout et à travers les siècles, où tu déposes des charismes et réalises des miracles de lumière.

Notre Père

 

Exhortation

Au commencement de la prière se trouve le silence. Au commencement de tout amour une parole, une écoute, une attention, une bénédiction échangée, une consolation et une espérance offerte au monde.

 

Bénédiction

Frères et sœurs le Seigneur vous bénit et vous garde ; il vous entend et il vous parle, il tourne vers vous son visage de grâce et vous donne sa paix et sa lumière. Amen !

Cantique : 31-32 1,2,3 Ils ont marché au pas des siècles

 

Version téléchargeable :

 

« Écouter – Célébration » : le texte complet en pdf