Enseigner

Méditer

« Allez chez tous les peuples pour que les gens deviennent mes disciples. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. Enseignez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Matthieu 28, 19-20

Prenez un temps personnel pour méditer sur cette photo et ce verset.

Puis, en quelques mots, exprimez ce que vous inspire cette photo en lien avec le verbe enseigner.

Quelle résonance ce verset trouve-t-il en vous ?

Sous toutes les latitudes et à toutes les époques, les générations aînées enseignent à celles qui les suivent…

Entendre les langues de la Terre

En hébreu lelamed ( דֵמַלְל ) signifie enseigner, et le limoud est l’étude, qui est centrale dans la vie juive.

En grec διδάσκo (didasko) veut dire enseigner, tenir un discours. Ce mot a donné en français « didactique », mais aussi didascalie, qui correspond aux indications scéniques que l’on trouve dans les pièces de théâtre.

En latin doceo a donné docteur.

En espagnol enseñar veut également dire montrer, ce qui donne un accent très concret à l’enseignement.

Et dans d’autres langues ?

Il s’agit de langues maternelles ou usuelles de membres de l’équipe et de personnes en relation avec le Défap. Vous pouvez vous adresser à la bibliothèque pour plus d’information : bibliotheque@defap.fr.

Et pour vous, que signifie enseigner ?

Voici quelques exemples de verbes qui résonnent avec le verbe enseigner, dans le même sens ou à l’opposé. En voyez-vous d’autres ? Que vous inspirent ces exemples ?

Et dans la Bible ?

À l’opposé d’une idole, qui exige adoration aveugle et soumission, le Dieu biblique désire que ses enfants soient clairvoyants. Il guide son peuple, lui montre le chemin, lui donne un enseignement, répète, lui communique ses commandements, l’éduque au choix et à la responsabilité, l’admoneste, le menace quand c’est nécessaire, lui donne quand même un espoir, et se réjouit de l’intelligence du simple qui a compris le sens profond de son projet divin.

Toutes les Écritures témoignent de cette pédagogie de Dieu, qu’il s’agisse des récits, des prophéties, des paroles de sagesse… Et Jésus, dans les Évangiles, accomplit cette même mission d’enseignement, par la parole et par les actes, en racontant des histoires et en guérissant les malades. Envoyés par Jésus, ses disciples reçoivent mission d’enseignement. Cela n’est-il pas, encore et toujours, la vocation première de tout chrétien, de toute Église ?

Nous lisons le début du Ps 78 :

« Mon peuple, écoute mon enseignement, tends l’oreille à mes paroles !
Je vais utiliser des comparaisons et tirer du passé un enseignement caché.
Nous avons entendu parler des événements d’autrefois, nous les connaissons.
Nos parents nous les ont racontés : nous ne les cacherons pas à nos enfants.
Nous raconterons aux générations qui viennent les actions glorieuses du SEIGNEUR,
Sa puissance et les choses magnifiques qu’il a faites.
Il a donné des commandements au peuple de Jacob, il a établi une loi en Israël.
Il a ordonné à nos ancêtres de faire connaître ces choses à leurs enfants.
Ainsi les générations qui viennent, les enfants qui vont naître, connaîtront cette histoire et ils
la raconteront à leurs enfants.
Et les enfants de leurs enfants pourront mettre leur confiance en Dieu. » 

Questions

En écho à ce psaume, vous souvenez-vous de ce que vous avez reçu de vos aînés et comment ?

Parents ou grands-parents, professeurs, pasteurs, catéchètes… ?

Faites-vous la même chose vis-à-vis des enfants d’aujourd’hui ? Ou pensez-vous que les choses ont changé ? Si c’est le cas, pouvez-vous dire en quoi et pourquoi ?

Pour transmettre, la répétition vous semble-t-elle nécessaire ? Contreproductive ? Et l’innovation ?

Quelles méthodes aimez-vous utiliser ? Raconter des histoires, dessiner, organiser des saynètes ? Autres ?

Quel lien voyez-vous entre un enseignement religieux et/ou spirituel, et un enseignement profane ?

Quelqu’un a dit : « Je me souviens de mon institutrice de CM2 ; c’était une merveilleuse pédagogue ; elle m’a donné le goût d’apprendre et la curiosité pour des matières très différentes. Et surtout elle m’a assuré et prouvé que j’étais capable, que je devais prendre confiance en moi. Elle aimait ses élèves. Sans elle je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui. Mais il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser vraiment ce que je lui devais. Merci à elle !»

 

Version téléchargeable :

 

« Enseigner – Réflexion » : le texte complet en pdf