Par ses tensions et sa complexité, la situation haïtienne peut susciter le découragement. Or c’est précisément dans des périodes comme celle que connaît le pays actuellement que se fait le plus ressentir le besoin de partenariats solides ; précisément quand l’insécurité pousse bailleurs de fonds et organismes internationaux à se mettre en retrait… Les relations entre protestants de France et d’Haïti sont établies de longue date et la Plateforme Haïti, pilotée par le Défap sous l’égide de la Fédération Protestante de France, en est une des illustrations les plus visibles. Alors, pour voir Haïti autrement, à travers sa créativité, sa pugnacité, sa soif de vie, toutes ces richesses que les troubles ne peuvent pas éteindre, rien de tel que de se plonger dans un grand bain de littérature haïtienne. Et pour cela, rendez-vous les 30 novembre et 1er décembre à la mairie du 15ème arrondissement de Paris, pour la 6ème édition du salon du livre haïtien. Avec comme invité d’honneur l’écrivain Dany Laferrière, personnalité emblématique de la littérature haïtienne, membre de l’Académie française.

Non, tout ne va pas mal en Haïti. Il n’y a pas que la situation sociale et politique chaotique, les catastrophes naturelles (séismes ou tempêtes), la pauvreté et les difficultés quotidiennes de toute la population. Il y a aussi une énergie et une créativité qui ne se démentent jamais, une volonté de vivre et d’exister, et beaucoup de choses à dire, à nous dire… Cet article se veut un peu un contrepoint à celui, récemment publié sur le site du Défap, qui présentait les évolutions récentes de la situation sociale et politique en Haïti. Sans nier les grandes difficultés dans lesquelles est plongé Haïti aujourd’hui, et qui vont jusqu’à bloquer des projets en cours et retarder des rencontres entre partenaires, il vous incite à découvrir Haïti autrement… à travers les livres.

Et pour cela, rien de tel que de s’y plonger… en se rendant les samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre à la mairie du 15ème arrondissement de Paris, pour participer au prochain salon du livre haïtien. Cette 6ème édition, organisée par l’association Haïti futur en partenariat avec les éditions Zellige et la librairie Le Divan, présentera un large choix d’ouvrages reflétant la vitalité de la création littéraire haïtienne et francophone des Amériques sous le thème : «Haïti, des Amériques à l’Afrique».

Rencontres, tables-rondes, dédicaces et vente d’artisanat haïtien

La programmation fera la part belle à des rencontres, des tables-rondes et des séances de dédicaces, prévues durant tout le week-end. Avec comme invité d’honneur l’écrivain Dany Laferrière, personnalité emblématique de la littérature haïtienne, membre de l’Académie française, où il est l’une des deux seules personnalités à avoir ainsi été distinguées sans avoir jamais eu la nationalité française (avec Julien Green). Et avec aussi l’écrivaine, dramaturge, essayiste et poétesse haïtienne Evelyne Trouillot, dont le premier roman Rosalie l’infâme vient d’être réédité par Le Temps des Cerises. Ou encore le journaliste Hérold Jean-François, directeur de la station Radio Ibo et auteur de plusieurs essais de sociologie politique particulièrement éclairants sur l’histoire récente d’Haïti. De nombreux autres auteurs viendront dédicacer leurs ouvrages : Pascal Adrien, Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, Maggy Belin Biais, Mario Blaise, Yves Chemla, Jorchemy Jean-Baptiste, Alain Liautaud…

Image de l’édition 2018 du salon du livre haïtien : séance de dédicaces de Gary Victor, invité d’honneur © DR

Rencontres et tables rondes seront animées par Eric Fottorino, cofondateur de l’hebdomadaire Le 1, romancier et essayiste, qui fut directeur du quotidien Le Monde de 2007 à 2011 ; Philomé Robert, journaliste et présentateur sur la chaîne de télévision France 24 ; Yves Chemla, critique littéraire et docteur de l’université de la Sorbonne, auteur de Littérature haïtienne 1980-2015 ; Florence Alexis, ingénieure culturelle, archiviste et curateure, fille de l’écrivain et résistant Jacques Stéphen Alexis, et Brice Ahounou, passeur d’images, anthropologue et journaliste franco-béninois, spécialiste d’Haïti.

À noter aussi l’expo-vente d’art et d’artisanat haïtien qui est devenue un rendez-vous incontournable pour les amateurs de culture haïtienne. Vous pourrez ainsi découvrir une formidable variété de produits mettant en valeur la créativité et le savoir-faire haïtien: fers sculptés, tableaux, vêtements, bijoux et produits issus du commerce équitable… Rendez-vous dès le 30 novembre à la mairie du 15ème arrondissement de Paris, 31 rue Péclet (Métro Vaugirard, bus 39, 70 80 et 88). Entrée libre.

Le Défap et la Plateforme Haïti
Des liens privilégiés existent de longue date entre la Fédération protestante de France (FPF) et la Fédération protestante d’Haïti (FPH). Le passage de quatre tempêtes dévastatrices sur le territoire haïtien en 2008 (Fay, Gustav, Hanna et Ike) s’était traduit par la création de la Plateforme Haïti, regroupant divers acteurs du monde protestant sous l’égide de la FPF. En 2010, au moment du tremblement de terre qui devait faire plus de 230.000 morts, les réseaux protestants étaient donc bien en place, et la solidarité avait trouvé rapidement des canaux pour s’exprimer. Le président actuel de la Plateforme Haïti est le pasteur Rodrigue Valentin, de l’Église du Nazaréen, et sa coordination administrative est assurée par le Défap. La Plateforme rassemble les acteurs suivants :