Méditation du jeudi 24 octobre 2019. Nous prions pour nos envoyés à Madagascar.

© Maxpixel

Jésus dit la parabole suivante à l’intention de ceux qui se croyaient justes aux yeux de Dieu et méprisaient les autres :
« Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l’un était Pharisien, l’autre collecteur d’impôts. Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même :
« O Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont voleurs, mauvais et adultères ; je te remercie de ce que je ne suis pas comme ce collecteur d’impôts. Je jeûne deux jours par semaine et je te donne le dixième de tous mes revenus. »
Le collecteur d’impôts, lui, se tenait à distance et n’osait pas même lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine et disait :
« O Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur. »
Je vous le dis, ajouta Jésus, cet homme était en règle avec Dieu quand il retourna chez lui, mais pas le Pharisien. En effet, quiconque s’élève sera abaissé, mais celui qui s’abaisse sera élevé. »

Luc 18,9-14

© Maxpixel

Attitude bien humaine que celle de ce pharisien faisant le compte de ses mérites devant Dieu et, surtout, éprouvant le besoin de rabaisser autrui pour s’élever lui-même. Nous-mêmes utilisons bien souvent cette arme pour tenter de nous prouver que nous sommes des gens bien. On connaît le célèbre dicton : « Quand je me regarde je me désole, quand je me compare je me console. » Ce à quoi Jésus a bien répondu avec la parabole de la paille que nous voyons dans l’œil de notre voisin en ignorant la poutre qui est dans le nôtre.

A l’inverse le collecteur d’impôts, qui pour de nombreuses raisons n’a pas bonne presse auprès de ses concitoyens, vit une vraie crise de conscience devant Dieu. Il se montre tel quel, et appelle à l’aide un Dieu paternel et miséricordieux. Et là nous sommes au cœur de ce que le christianisme a de meilleur : l’humilité qui ouvre à la grâce, la faiblesse qui devient force, la promesse qu’aucune situation n’est irrémédiable, car l’amour de Dieu est plus fort que tout.

Mais avons-nous le cœur assez simple pour accepter ce trésor et en témoigner autour de nous ?

 

Nous prions pour nos envoyés à Madagascar.

Viens mon Dieu
Viens dans notre obscurité
Dans notre nuit noire
Dans notre cœur en recherche
Dans nos pensées et nos doutes

Viens mon Dieu !
Viens avec une lumière multicolore
Avec la foudre et le tonnerre
Avec joie et enthousiasme.

Viens mon Dieu !
Viens à travers la porte verrouillée
A travers le cœur fermé
A travers l’étroit passage de mes pensées

Viens mon Dieu !
Viens et fortifie ma foi
Brise mes idées conventionnelles
Casse la rigidité de ma vie
Abats les murs de mes préjugés
Déploie mes possibilités et mes talents.

Viens mon Dieu !
Viens et donne-moi la vie
Une vie nouvelle
La vie éternelle !

Au cœur de la vie, prières pour les jeunes