Bien que peu relayée dans les médias français, la situation au Gabon reste très tendue.

Les élections présidentielles qui se sont déroulées le 27 août 2016 ont pris rapidement une mauvaise tournure. On soupçonne de nombreuses fraudes et l’on compte déjà plusieurs morts au lendemain de l’annonce des résultats, le 30 août .
Moment fort dans la vie démocratique d’un pays, l’expression du peuple pèse peu face aux avantages financiers qu’offre la  présidence de ce “pays riche au peuple pauvre “ comme on l’entend dire sur la toile. Un sentiment d’injustice exacerbé par l’absence de transparence.
Un appel à l’apaisement a été lancé par la France, dicté diront certains, par les intérêts économiques qui lient depuis toujours les deux pays.

Le Défap tient à témoigner de son soutien pour ces hommes et ces femmes, qui sur place, subissent la négation de leurs droits. Il réaffirme son engagement auprès de ceux et celles qui oeuvrent pour une justice sociale et une paix durable. Il adresse ce message à l’Eglise Evangélique du Gabon avec laquelle il est en relation dans le cadre de la Cevaa.

Nous sommes d’esprit et de cœur avec tous les Gabonais.