Le CLONG-Volontariat est un collectif qui rassemble une douzaine d’associations (dont le Défap) concernées par l’envoi de volontaires hors Union européenne. Tous ses membres sont directement confrontés aux questions de préparation au départ. D’où la rédaction de ce guide de bonnes pratiques, fruit de réflexions communes. Son objectif : promouvoir une préparation au départ de qualité pour les VSI, afin de renforcer la place du volontariat de compétence dans la solidarité internationale.

Page de garde du livret publié par le CLONG © CLONG

La présentation du guide a eu lieu le 2 juin dernier au Défap. L’événement a vu la participation du ministère des Affaires étrangères, du Fonjep (le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire), de l’AFD (l’Agence française de développement), et de diverses associations impliquées dans des activités de solidarité internationale : en tout, une trentaine de représentants qui avaient répondu à l’invitation du CLONG-Volontariat, le Comité de Liaison des ONG de Volontariat. Il a aussi donné l’occasion à deux anciennes VSI (Volontaires de solidarité internationale) de témoigner de leur expérience, de ce qu’elle leur avait apporté et de la manière dont leur vision du monde en avait été impactée. L’une d’elles était Éline Ouvry, ancienne envoyée en Égypte du Défap et de l’Action Chrétienne en Orient.

Cette question de la formation au départ est essentielle, non seulement parce qu’elle répond à des obligations légales, mais aussi et surtout parce qu’elle est le garant de la bonne adaptation des volontaires à leur futur lieu de mission : une fois sur place, il s’agira pour eux de s’adapter aux enjeux d’un autre pays, d’une autre société, d’autres manières de vivre où le confort peut être des plus rudimentaires – une expérience qui les obligera à sortir de tous leurs cadres. Au Défap, cette étape cruciale se présente sous la forme d’une dizaine de jours au cours desquels les candidats au départ assistent tous ensemble à une série de sessions denses organisées autour des questions pratiques, techniques, administratives de leur mission ; ils sont sensibilisés aux questions de sécurité, mais participent également à des modules centrés sur les questions liées à la rencontre de l’autre : interculturalité, interreligieux, gestion des conflits… Pour d’autres organismes, cette formation pourra prendre des formes différentes. Mais avec des objectifs similaires : « s’assurer que les volontaires sont prêts à partir, qu’ils ont saisi les attentes de la structure partenaire et disposent des clés de compréhension de leur nouvel environnement ».

Pour une solidarité internationale à visage humain

Plus qu’un mode d’emploi détaillant une marche à suivre, ce guide donne donc des principes, des grandes lignes qu’il revient à chaque organisme d’adapter en fonction de ses besoins. Il est structuré pour répondre aux grandes questions qui se posent lorsqu’il s’agit de préparer des volontaires au départ. Combien de temps doit durer une telle préparation ? Quels formats privilégier ? Quel rythme ? Comment construire une équipe d’intervenants ? Comment construire un module de préparation au départ ? C’est le résultat d’un travail collectif de partage et de relecture des expériences et des pratiques des membres du CLONG. Avec un objectif, clairement affiché : favoriser « la promotion d’une préparation au départ de qualité pour les Volontaires de Solidarité Internationale, contribuant ainsi à renforcer la place du volontariat de compétence dans la solidarité internationale ».

Le CLONG existe depuis 1979. Le Défap en est membre aux côtés d’autres associations concernées par le volontariat de solidarité internationale comme ATD Quart Monde, la DCC (la Délégation catholique pour la coopération), la Fidesco (organisation catholique de solidarité internationale, dont le nom vient de FIDES – CO : foi et coopération), le Gref (Groupement des éducateurs sans frontières), la Fédération Handicap International… Le CLONG est un collectif qui vise à la fois à promouvoir et valoriser l’engagement volontaire, parvenir à des avancées juridiques et statutaires pour le Volontariat de Solidarité Internationale, et permettre les échanges et les réflexions pour l’amélioration des pratiques de volontariat. Il plaide pour une solidarité internationale à visage humain, portée par l’engagement désintéressé et l’ouverture au monde, au sein de laquelle les volontaires internationaux ont une place cruciale. Pour celles et ceux qui la vivent, souligne ainsi le texte introductif de ce guide, l’expérience du volontariat « permet de transformer des valeurs et principes en actions concrètes, afin de répondre aux défis mondiaux et contribuer ainsi à l’atteinte des Objectifs de développement durable – ODD, adoptés par l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2015 ».

Dans sa volonté d’encourager et de permettre la structuration des bonnes pratiques, le CLONG a déjà publié divers guides couvrant de nombreux sujets qui intéressent directement les organismes de solidarité internationale : la gestion administrative des volontaires, la question du retour, celle des retraites, les métiers de la solidarité internationale, les autres formes de volontariat, ou encore la question du tourisme solidaire… Ce tout nouveau « Guide des bonnes pratiques » sur la préparation au départ sera bientôt disponible au téléchargement sur le site du CLONG.

Comité de liaison des ONG de Volontariat
Créé en 1979, le CLONG-Volontariat est une association de loi 1901. Le collectif est indépendant et rassemble 12 associations concernées par l’envoi de volontaires en mission de coopération au développement ou d’urgence humanitaire dans les pays en développement hors Union européenne. Il s’agit des acteurs suivants :