Relire les Actes des apôtres : méditation du jeudi 8 avril 2021. Nous prions pour nos envoyés en Tunisie.

© Pixabay.com

Nous sommes dans la dernière partie du Livre des Actes des apôtres. Paul comparaît devant le Sanhédrin, mais en tant que juif il parvient à jouer des rivalités et des polémiques entre les différents courants, notamment les sadducéens et les pharisiens. C’est ainsi qu’il évoque l’espérance de la résurrection, chère aux pharisiens, et qu’il gagne leur soutien contre les sadducéens, qui n’y croient pas, comme nous l’a déjà appris l’évangile. Les deux camps s’affrontent. Paul doit être exfiltré et ramené à la citadelle.

La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul et lui dit : Courage ! Tu as été mon témoin à Jérusalem, il faut que tu le sois aussi à Rome. Actes 23,11

« Il faut que … » Cette nécessité confirme l’apôtre Paul dans sa mission. Elle peut faire écho à celle qui concernait Jésus : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup…qu’il soit mis à mort et qu’il ressuscite le troisième jour. » Luc 9,22. Cette nécessité est troublante, car elle pourrait figurer un destin qui s’impose, alors qu’elle exprime une vocation qui libère. Dans ce récit où tout parle d’enfermement, du côté romain comme du côté juif, une route de liberté s’ouvre, afin que le projet de Dieu pour l’humanité se poursuive. Jusqu’au bout, Paul recevra le courage de suivre la voix/voie du Seigneur.

Le lendemain matin, au petit jour, les Juifs formèrent un complot. Ils firent le serment de ne rien manger ni boire avant d’avoir tué Paul. Plus de quarante hommes participaient à cette conjuration. Ils allèrent trouver les chefs des prêtres et les responsables du peuple et leur déclarèrent : Nous nous sommes engagés par un serment solennel à ne rien manger ni boire tant que nous n’aurons pas tué Paul. A vous d’agir maintenant avec l’appui du Grand-Conseil : intervenez auprès du commandant et proposez-lui de faire comparaître Paul devant vous sous prétexte que vous voulez instruire son cas de plus près. De notre côté, nous avons pris nos dispositions pour le supprimer avant qu’il arrive ici. Actes 23,12-15

Il est fréquent, hélas, que la logique des hommes, lorsqu’elle est inspirée par la haine, conduise au complot meurtrier. On pourrait transposer à toute époque, dans tous les milieux et sous tous les cieux la trame du complot raconté dans ce chapitre. Le complot, c’est un peu l’intelligence du mal. A double titre, car s’il existe de véritables complots, il existe également de faux complots inventés par des comploteurs pour discréditer leurs adversaires. Les juifs ont souvent subi de telles accusations dans l’histoire, et dans notre actualité commentée par les réseaux sociaux, les théories du complot fleurissent.

Heureusement, dans le livre des Actes, le dessein de Dieu l’emporte, et un scenario de sauvetage permet de déjouer le complot ; grâce à son neveu, Paul parviendra vivant jusqu’à Césarée, où il sera prisonnier sous la protection du gouverneur Felix.

 

Questions pour nous :

  • Avons-nous déjà fait l’expérience d’être porté (e), sauvé (e) par et pour une mission qui nous transcende ?
  • Quels outils avons-nous pour lutter contre les complots, réels ou inventés ?

 

 

Prions :

«Mon Dieu donne-moi un peu de ta force pour cheminer avec confiance et établir une relation de paix et de sérénité avec mes proches…»

 

Nous devons chaque jour nous lever avec optimisme. Ne nous laissons pas paralyser par telle ou telle situation qui nous empêche de penser et d’avancer. Dieu agira au moment où nous nous y attendons le moins. Ne nous laissons pas paralyser par nos défaillances et continuons à avoir confiance en lui.

Retrouvons aujourd’hui ce courage et cette paix. N’oublions jamais que Jésus est toujours là, présent auprès de nous. Il chemine à nos côtés, ayons confiance.

Relevons la tête et luttons de toute nos forces, en nous servant de celles que Dieu nous a offertes. Prions-le, implorons-le, appelons-le, ne restons pas impassibles à attendre de voir si les choses vont passer ou se calmer.

Ayons foi en Dieu et nous serons alors comblés ! Sourions, car avec Jésus à nos côtés, ce sont de belles choses, des jours merveilleux, des rêves à réaliser et des découvertes qui nous attendent.

Laissons Dieu être cette lumière qui éclaire notre route, apaise tous nos tourments et oriente notre vie vers des chemins victorieux. N’ayons pas peur ! Renouvelons notre esprit conquérant et laissons-nous emplir par le pouvoir salvateur, la grâce et la passion de Dieu.

 

«Seigneur, merci d’être attentif à tout ce dont j’ai besoin et à tout ce qui m’arrive. Je sais que tu m’aimes et que tu veux le meilleur pour moi.
Je sens que ton amour immense m’accompagne et me fait grandir. C’est pourquoi aujourd’hui je te remercie pour tout ce que tu fais dans ma vie.
Je veux commencer chaque journée avec courage en étant convaincu que ton pouvoir et ta miséricorde viennent sur moi, et recevoir avec joie et gratitude cette bénédiction.
J’ai pleinement confiance en ta grande bonté et sais que tu ne m’abandonnes jamais.
Aujourd’hui, je veux et peux dire avec confiance : « Je n’abandonnerai pas car le Seigneur est avec moi, bien que je ne le voie pas et parfois même ne le sente pas. »
Je sais que tu es avec moi pour m’aider à faire face à toutes les situations. Même si je dois affronter de nombreux tourments, tu es capable de m’apporter la paix. Oui j’ai confiance en toi car l’amour que tu me portes est plus fort que tout.
Donne-moi un peu de ta force pour que je puisse cheminer avec confiance et établir une relation de paix et de sérénité avec mes proches.
Je me réfugie derrière tes paroles bénies et salvatrices : « Comme la tendresse du père pour ses fils, la tendresse du Seigneur pour qui le craint ! » (Psaume 102, 13).»