Accueillir/être accueilli

Méditer

« Continuez à vous aimer les uns les autres comme des frères et des sœurs. N’oubliez pas de pratiquer l’hospitalité. En effet, en la pratiquant, certains ont accueilli des anges sans le savoir. » Hébreux 13,1-2

Prenez un temps personnel pour méditer sur cette photo et ce verset.
Puis, en deux mots, exprimez ce que vous inspire cette photo en lien avec le verbe accueillir ?
Quelle résonance ce verset trouve-t-il en vous ?

Entendre les langues de la terre *

Qui reconnaît ces différentes langues ? Où les parle-t-on ? Et quels mots le grec (φιλοξενώ = philoxeno) et le latin (accipere) ont-ils donné en français ?

* Vous pouvez vous adresser à la bibliothèque pour demander d’où viennent ces traductions : bibliotheque@defap.fr

Explorer

Voici quelques exemples de synonymes ou antonymes du verbe accueillir, en voyez-vous d’autres ? Que vous inspirent ces exemples ?

Et dans la Bible ?

Quelle histoire biblique vous vient à l’esprit en lien avec le mot accueillir ?

De l’Ancien au Nouveau Testament, le thème de l’accueil est essentiel, car il est le corollaire de la confiance en Dieu et de la foi. Celles et ceux qui accueillent la Parole de Dieu deviennent accueillants pour le proche et l’étranger, et la réciproque est vraie. Abraham est un modèle d’hospitalité (Genèse 18,1-10), ainsi que Rahab l’aubergiste de Jéricho (Josué 2,1-22), mais s’ajoutent les noms de tous ceux qui accueillent Jésus dans l’évangile, Marthe et Marie (Luc 10,38-42), Zachée (Luc 19,1-10)… Laquelle de ces histoires raconterons-nous à nos enfants et petits-enfants ? Pour leur dire quoi ?

Questionner

Sur le plan personnel et communautaire, vivons-nous l’accueil comme un devoir ? Comme une joie ?
Comment se disposer intérieurement à accueillir ? Et préparer l’espace ? Ménager du temps ?
Qui accueillir ? Celle ou celui qui nous est proche et nous ressemble ? Et l’inconnu, l’étranger ? Est-ce ou non le même accueil ? En quoi ?
En français le mot hôte désigne à la fois l’accueillant et l’accueilli. Qu’y a-t-il de commun aux deux expériences, et qu’y a-t-il de différent ?
Ai-je déjà fait l’expérience d’un accueil (dans l’un ou l’autre sens) qui a changé mon regard et ma relation aux autres ? Dans mon pays ? Dans un autre pays ?
Mais peut-être ai-je parfois éprouvé des difficultés à accueillir ou à solliciter l’accueil ?
Peut-être ai-je refusé d’accueillir quelqu’un ? Ou ai-je souffert d’un mauvais accueil ? Où trouver aide et consolation ?

Quelqu’un a dit : « L’accueil véritable n’est pas possible si l’on est plein de soi-même ; il faut éprouver des « manques ». Mais être accueilli est parfois encore plus difficile qu’accueillir. Dans les deux cas il faut de la simplicité, et même de l’humilité. »

Version téléchargeable :

 

« Accueillir – Réflexion » : le texte complet en pdf