Méditation du jeudi 11 décembre 2019. Évangile du 3ème dimanche de l’Avent. Nous prions pour notre envoyée en Inde.

Bougies de l’avent © Maxpixel

Jean-Baptiste, dans sa prison, entendit parler des œuvres du Christ. Alors il envoya quelques-uns de ses disciples demander à Jésus : « Es-tu le Messie qui doit venir ou devons-nous attendre quelqu’un d’autre ? » Jésus leur répondit : « Allez raconter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts reviennent à la vie et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui n’abandonnera pas la foi en moi ! »

Quand les disciples de Jean partirent, Jésus se mit à parler de Jean à la foule en disant : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? un roseau agité par le vent ? Non ? Alors qu’êtes-vous allés voir ? un homme vêtu d’habits magnifiques ? Mais ceux qui portent des habits magnifiques se trouvent dans les palais des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir ? un prophète ? Oui, vous dis-je, et même bien plus qu’un prophète. Car Jean est celui dont l’Écriture déclare : « Je vais envoyer mon messager devant toi, dit Dieu, pour t’ouvrir le chemin. » Je vous le déclare, c’est la vérité : parmi les humains, il n’a jamais existé personne de plus grand que Jean-Baptiste ; pourtant, celui qui est le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui.

Matthieu 11,2-11

Nicolas Poussin (1594–1665) : Saint Jean baptisant le peuple (musée du Louvre) © Wikimedia Commons

On peut s’étonner du questionnement de Jean le baptiste sur l’identité messianique de Jésus. Ne l’a-t-il pas baptisé, n’a-t-il pas entendu la voix de Dieu le nommer « son fils bien-aimé » ? Ne s’est-il pas incliné devant lui ? Cherche-t-il simplement une confirmation de ce qu’il sait et croit, ou serait-il traversé par le doute, à cause de ses propres épreuves ou pour d’autres raisons ?

En tout cas, Jésus ne délégitime ni la question de Jean, à laquelle il répond, ni sa personne, dont il chante les louanges. À quoi se reconnaît le Messie ? Pas aux auréoles qui entourent sa tête mais à l’action bienfaisante de sa présence. Il guérit la Vie, il donne la Vie, il est la Vie. Certes Jean ne s’est pas trompé dans son annonce, dans sa salutation, dans la confiance qu’il a placée en Celui qui est venu !

C’est en cela qu’il est prophète, non selon toutes les images que l’on peut se faire de la prophétie, entre l’ascétisme et l’abondance, mais parce qu’il a incarné, porté, prononcé la Parole de Vie qui vient de Dieu, la Parole qui a ouvert le chemin du Christ. Et puisqu’il est dit être le plus grand de tous, il est en même temps le plus petit, celui qui est cher entre tous au cœur de Dieu. Puisque tout dernier est appelé à devenir premier et tout premier dernier, le plus grand étant toujours le Serviteur de tous !

 

Nous prions pour notre envoyée en Inde.

Donne‑moi, Seigneur Dieu,
le vrai sens des mots,
la lumière de l’intelligence
et la foi en la vérité,
afin que ce que je crois
je sache le dire aux hommes.

Ô Seigneur,
c’est par la beauté
que tu révèles ta grandeur.

Comme il est beau ton ciel
tout clairsemé d’étoiles,
et splendides ces astres
dont l’éternelle mouvance
figure ton éternité !
Quelle est belle ta terre
aux changeantes parures !

Ô Seigneur,
c’est à travers l’homme
que tu révèles ton amour.

Seigneur, gonfle les voiles de ma foi
pour que je puisse prêcher partout le nom de Dieu.

Seigneur, délie ma langue
pour que je fasse honneur à ton saint nom.

Seigneur, éclaire mon esprit
pour que je révèle à tous ceux qui l’ignorent
ce que tu es, toi le Père du Fils unique de Dieu…

Saint Hilaire de Poitiers (Père de l’Église du IVème siècle)