S’approprier les nouveaux moyens de communication est souvent un défi pour les Églises. Avec «jecherchedieu.ch», l’Église protestante de Genève (EPG) a lancé un pari : s’adresser aussi bien aux personnes en quête de sens qu’à celles qui pratiquent déjà. Ce blog est animé par le pasteur Marc Pernot, qui avait connu un beau succès de blogueur lorsqu’il avait la charge de la paroisse de l’Oratoire du Louvre, à Paris.

Bandeau illustrant le blog animé par Marc Pernot © DR

 

Le titre du nouveau blog de l’Église protestante de Genève (EPG) annonce d’emblée la couleur : «Je cherche Dieu». Lancé en novembre dernier, il est animé par Marc Pernot, pasteur de l’EPUdF, déjà «blogueur» à succès pour l’Oratoire du Louvre à Paris, ainsi que par ses collègues suisses Laurence Mottier (art religieux) et Anne-Christine Menu-Lecourt (éco-spiritualité), avec le soutien de la Faculté de théologie de l’Université de Genève (philosophie et théologie). Ce nouvel outil, qui renforce indirectement la présence de l’Église de Genève sur le web, est une forme de «pastorale» qui se répand, au niveau européen et, on peut le dire dans le monde entier, répondant à un besoin de spiritualité transversale. Dans une perspective qui semble consolider l’idée d’une «Église sur mesure», elle répond aux besoins de l’individu, dans une dimension personnelle plutôt que communautaire.

En fait, les utilisateurs de jecherchedieu.ch, qui s’adresse aux 30 à 60 ans, peuvent être à la fois «des gens qui fréquentent déjà un peu l’église mais n’ont pas assez de temps pour s’y rendre plus souvent», explique Marc Pernot, ou des gens qui n’assistent pas du tout à des cultes et qui sont peut-être insensibles à tout discours religieux, mais qui cependant «cherchent Dieu».

Questions pratiques et «boîte à outils» de base

Pour aller plus loin :

C’est donc un instrument qui intègre la pratique religieuse d’un membre de l’Église, mais aussi un lieu de partage du message évangélique (le pasteur ne veut pas parler d’évangélisation): «Nous voulons donner aux gens l’occasion de commencer à se familiariser avec la réalité de l’Église et de lire la Bible par leurs propres moyens», explique-t-il, ajoutant :«Beaucoup de gens peuvent être intéressés par une recherche personnelle, une recherche de sens : cet outil leur offre une aide. C’est un service que nous leur rendons, nous le faisons pour pour les aider, pas pour évangéliser. Nous avons un trésor, l’Évangile, et nous serions heureux que d’autres aient le plaisir de le découvrir.»

Le blog est divisé en plusieurs sections («Questions-Réponses», «Théologie», «Lire la Bible», «Prier méditer», «Pratiquer», «Témoignages»…), au premier rang desquelles apparaît la partie regroupant les questionnements directement inspirés par des internautes, et les réponses faites par Marc Pernot. On y trouve déjà plus de 200 interventions, dont certaines venues d’enfants et d’adolescents. Outre des considérations générales sur les différences entre les différentes religions et confessions, ou sur la manière de concilier certaines normes bibliques avec la vie quotidienne, beaucoup sont très personnelles («Je suis critiquée d’être mère au foyer. C’est dur. Est-ce que Dieu aussi serait contre ?», «Si une femme divorce et se remarie : elle est adultère ?», «Je suis épuisée d’avoir essayé pendant 3 ans d’aider une amie : que faire ? que fait Dieu ?»…).

«Que faire ? que fait Dieu ?»

Certaines d’entre elles, sur les religions et sur les questions éthiques, sont également présentes dans la section «Pratiquer un peu (à sa façon)», qui apparaît comme une sorte de «boîte à outils» de base, avec des glossaires, des idées, des indications pratiques (où puis-je acheter une Bible? comment prier?).

Une série de témoignages (de membres d’Église, de pasteurs) et de ressources multimédias proposées par les paroisses de l’Église protestante de Genève, téléchargeables et disponibles à l’écoute, complètent l’ensemble. Avec une attention particulière portée à l’interactivité : outre la possibilité d’envoyer des questions de manière anonyme, «les lecteurs, souligne Marc Pernot, peuvent également commenter une prédication, partager leur opinion sur une publication ou une réflexion. Bien entendu, rien n’oblige à être d’accord avec ma réponse.»