«Heureux ceux qui procurent la paix». Ce verset extrait de Matthieu 5, verset 9, qui accompagnait le thème de l’AG de Douala («Le chrétien et l’intolérance religieuse»), sert aussi d’introduction au message final qui a été adopté le lundi 22 octobre 2018, pour être adressé aux diverses Églises membres de la Communauté. Un verset qui «résonne comme une invitation à prendre au sérieux notre mission d’être artisans de paix dans le monde».

La photo de famille de la dixième Assemblée Générale de la Cevaa, octobre 2018 © Cevaa

 

Message final de la 10ème Assemblée Générale de la Cevaa

 

Mesdames et Messieurs,
Chères sœurs et chers frères en Christ,

 

Nous, délégué-es de la Cevaa, réuni-es en Assemblée Générale du 15 au 23 octobre 2018 à Douala, Cameroun, vous adressons nos fraternelles salutations en Christ. « Heureux ceux qui procurent la paix » (Matthieu 5,9) résonne comme une invitation à prendre au sérieux notre mission d’être artisans de la paix dans le monde ; la Cevaa étant une grande famille d’Églises qui prend en considération le fait que c’est ensemble que nous pouvons mieux répondre à l’appel de Jésus-Christ. L’Assemblée Générale composée de plus de 60 membres s’est focalisée lors de ses dixièmes assises sur la thématique Le chrétien et l’intolérance religieuse. Se mettre du côté de celles et ceux qui sont stigmatisés dans les sociétés européennes, faire face à des intolérances intra-chrétiennes et au radicalisme chrétien, renforcer la volonté de chercher une cohabitation pacifique avec les croyants d’autres traditions religieuses, visiter l’intolérance qui habite chaque délégué-e à sa façon, cela nous a préoccupé-es dans des discussions et regards croisés. Par le détour d’intervenants qualifiés pour insuffler des méthodes et des mécanismes face à l’intolérance, par l’étude de textes bibliques ouvrant des espaces de partage et d’interrogations, par l’écoute mutuelle des situations complexes de plusieurs Églises, nous avons ouvert un chapitre de réflexion et d’action important.

Le Secrétaire Général, dans son rapport d’activité, a constaté que presque toutes les Églises membres de la Cevaa ont, durant les deux dernières années, eu un projet ou une visite dans le cadre de la Communauté. Trois aspects ont été soulignés avec un soin particulier :

  • La Jeunesse, toujours en mouvement, a réussi à faire adopter une nouvelle stratégie Jeunesse qui cadre son activité et ouvre de nouvelles possibilités.
  • Le Projet Solidarité Santé a présenté son rapport final après trois ans de travail pour renforcer dix hôpitaux d’Églises. Une délégation de l’Église évangélique vaudoise d’Italie, qui a financé le projet à travers sa structure « Otto Per Mille » (OPM), a rejoint l’Assemblée pour souligner la qualité du travail effectué. La chargée de mission pour la Santé, la Dr. Mathilde Guidimti, a reçu le mandat de faire un rapport pour poursuivre sa mission. Une plaquette d’information est à disposition.
  • L’Action Commune décidée au Sénégal en 2014 a été mise en œuvre dans nos Églises et à travers un certain nombre de séminaires régionaux. Alors qu’elle est arrivée au terme d’un intense travail autour du thème, les délégué-es ont décidé de la poursuivre encore deux ans.
Pour aller plus loin :

L’Assemblée a reçu avec joie l’adhésion complète de l’Église Protestante de la Réunion. Des boursiers continuent leurs études, une dizaine de personnes sont engagées dans la Communauté pour servir une autre Église en tant qu’envoyé-e. Des séminaires de formation biblique et d’animation (AEBA) ont été dispensés dans plusieurs régions fidèlement à l’appel de la Cevaa : la p/Parole au peuple. Ces formations dispensées aux femmes étaient aussi des occasions de rencontres au-delà des frontières d’Églises. Le secteur des projets a distribué un « Guide pratique pour l’élaboration des projets Cevaa » que les directions des Églises et les délégué-es ont reçu ; il devra être rendu disponible pour tout organisme propre aux Églises qui développera l’idée de soumettre un projet. Des copies supplémentaires sont à commander au secrétariat de la Cevaa. En outre, l’Assemblée a discuté et adopté une procédure clarifiant le processus d’élection au sein de la Communauté.

La Cevaa est aussi en lien avec différentes instances et nous avons pu saluer des invités et écouter des messages de la Conférence des Églises de toute l’Afrique (CETA), et des organisations missionnaires : DM échange et mission à Lausanne (Suisse), Défap à Paris (France), VEM à Wuppertal (Allemagne). Ils ont tous souligné la pertinence de notre thème concernant l’intolérance religieuse.

Les délégué-es ont dû traiter une thématique douloureuse : la diminution importante de certaines contributions financières. Il fallait donc et il faudra encore dans l’avenir, resserrer les secteurs d’activité et le soutien à des projets de la Communauté. En groupes régionaux et en groupes multi-régions, l’Assemblée Générale a trié dans les possibilités d’augmenter les recettes et de diminuer les dépenses. Mais à moyen terme, les Églises membres de la Cevaa devront augmenter substantiellement leur solidarité par des dons importants, et peut-être la Cevaa devra-t-elle chercher à soutenir certains projets et activités par des fonds extérieurs aux Églises. Le budget adopté pour 2019 est fortement déficitaire.

Travaux de groupes lors de la dixième Assemblée Générale de la Cevaa, octobre 2018 © Cevaa

Mais nous avons aussi pris conscience que bientôt (en 2021) la Cevaa fêtera ses 50 ans. Une joie partagée par tou-te-s les délégué-es ; de nombreux projets sont proposés. Cela confirme le désir intense de rester en communion et en interaction. En groupe de travail et avec l’appui du Conseil Exécutif de la Cevaa, quelques projets seront choisis et réalisés. Les idées gravitent autour de trois axes : repenser la vision de la Cevaa, célébrer et fêter, trouver un moyen de créer quelque chose qui reste, tel un livre de prières ou des chants.

Pendant la traditionnelle rencontre des femmes, les hommes se sont aussi réunis. Cette inhabituelle réunion a permis de découvrir que de nombreuses Églises créent des liens entre les hommes à travers différentes structures, et certaines vont probablement s’en inspirer pour oser rassembler aussi les hommes entre eux.

Le culte d’ouverture mené avec entrain et joie par l’Union des Églises baptistes du Cameroun en collaboration avec l’Église évangélique luthérienne du Cameroun, a encouragé les délégué-es à vivre cette Assemblée Générale dans la joie du Seigneur. Accueillie par des chants et de nombreuses salutations, dont celle du Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, l’Assemblée Générale s’est déroulée dans un climat de confiance mutuelle et d’ouverture les uns envers les autres. Le culte de clôture célébré à Béthel, dans le quartier d’Akwa, a porté dans la prière les défis à relever, et l’envoi pour continuer à vivre ensemble l’Évangile et l’Église en mission.

Nous confions à votre intercession différents sujets de prière qui ont été soulevés durant l’Assemblée :

  • Les Églises qui sont menacées de divisions internes ;
  • Les Églises afin qu’elles vivent l’appel du Christ à procurer la paix et non l’intolérance religieuse ;
  • Pour les nombreux pays dans lesquels vivent et se développent les Églises membres de la Cevaa, et qui connaissent des contextes politiques inquiétants ou instables ;
  • Pour les familles qui cherchent un équilibre entre cultures et Évangile, entre traditions et ouverture ;
  • Pour la vie financière de la Communauté ;
  • Pour les délégué-es qui étaient absent-es pour des raisons de santé ou autres événements.

Nous vous saluons très fraternellement et espérons continuer à tisser des liens entre les Églises membres de la Cevaa, afin de renforcer toujours plus le témoignage de la vie et de l’œuvre de Jésus-Christ.