À l’occasion de la dixième Assemblée Générale de la Cevaa, qui s’est tenue du 15 au 24 octobre à Douala, poursuite de notre survol du pays et des activités du Défap. La pasteure Florence Taubmann, qui fait partie de l’équipe des permanents du Service protestant de Mission, a ainsi participé au cours de l’été à une rencontre organisée par Madeleine Mbouté, doyenne de la faculté de théologie protestante de Ndoungué, sur le ministère pastoral féminin.

La «photo de famille» du colloque, juillet 2018 © Défap

«Ministère pastoral féminin : mimétisme ou vocation divine ?» Tel était le thème de la rencontre organisée fin juillet 2018 par Madeleine Mbouté, doyenne de la faculté de théologie protestante de Ndoungué (Cameroun). Une cinquantaine de femmes y ont participé, la plupart occupant un poste pastoral, quelques-unes étudiantes et d’autres évangélistes. Des intervenant(e)s ont nourri les discussions à partir d’exposés sur l’Ancien et le Nouveau Testament, mais aussi sur l’histoire et l’avenir du ministère féminin au Cameroun et en France.

Pour aller plus loin :

Les femmes, qui peuvent entrer dans le ministère pastoral depuis le début des années 2000 au sein de l’Eglise évangélique du Cameroun, constituent environ 10 % du corps pastoral. Répondant à un questionnaire, elles ont témoigné en général d’une forte conscience personnelle de leur rôle et d’une bonne reconnaissance de leurs paroissiens, même si leurs collègues hommes bénéficient encore d’une prééminence dans l’attribution des postes.

Lors du colloque, la parole a été bien distribuée à l’ensemble des participantes, entre la génération des aînées et celle des plus jeunes, avec un réel désir de transmission. Ont été également abordées des questions d’éthique sexuelle, non seulement autour de problèmes de harcèlement, mais du point de vue de la responsabilité des femmes dans le maintien du respect qu’on leur doit.

Ce colloque a été l’occasion d’envisager de nouvelles rencontres régulières de pasteures et théologiennes, comme il y en avait dans le passé, mais plus depuis un certain temps.

Florence Taubmann