Le pouvoir d’être utile, nouvelle campagne du Service Civique © Agence du Service Civique

Le slogan, diffusé depuis le 7 mars sur de multiples supports, vous est peut-être déjà familier : «Le pouvoir d’être utile». Tout comme les premières images de la nouvelle campagne lancée par l’Agence du Service Civique… Des visages et des engagements : «En prenant soin des autres, je soigne mon avenir» ; «En aidant les plus fragiles, je me découvre une vraie force»… Les exemples de missions sont tirés de situations réelles avec un accent mis à la fois sur leur diversité, et sur ce que reçoivent les volontaires à titre personnel en apportant aux autres. Qu’il s’agisse de s’engager dans l’intergénérationnel, l’aide aux plus démunis, le soutien scolaire, la préservation de l’environnement ou l’accès à la pratique sportive par tous… Cette grande campagne se décline sous la forme d’un film (réalisé par Benjamin Nicolas et programmé jusqu’au 11 avril à la télévision, avant un nouveau passage en septembre), de neuf affiches (photographiées par Alexi Hobbs et diffusées dans 556 gares) et de nombreux relais sur les réseaux sociaux. Elle a été lancée à la veille du huitième anniversaire d’un dispositif qui a déjà attiré plus de 270.000 volontaires de tous horizons depuis sa création, et qui bénéficie d’une reconnaissance croissante.

Le Service Civique, destiné aux 16-25 ans, permet d’effectuer une mission d’intérêt général dans une association, une collectivité ou un établissement public de six à douze mois. En 2017, 125.000 jeunes ont réalisé une mission dans une des 10.000 structures d’accueil partenaires, publiques et associatives. Selon les résultats de la 3ème édition du baromètre Ifop et de l’enquête de satisfaction menée auprès de 20 000 anciens volontaires, dévoilés le 6 mars par l’Agence du Service Civique, 94% d’entre eux le recommanderait à un(e) ami(e).

«Une école de la vie»

Pour aller plus loin :

Pour 2018, le gouvernement a alloué 448 millions d’euros au financement du Service Civique. L’objectif est d’accueillir 150.000 jeunes, a souligné Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale chargé également de la Jeunesse, saluant «une école de la vie». La reconnaissance et la valorisation par l’ensemble de la société, notamment le monde éducatif et professionnel, restent des enjeux clés pour poursuivre la montée en puissance de ce dispositif, comme l’a souligné le président de la République dans son discours à la jeunesse du 31 décembre dernier. C’est dans ce contexte que s’inscrit le Club de valorisation du Service Civique en entreprise présenté en ce mois de mars par l’Agence du Service Civique.

Chaque année, le Défap envoie en mission une quinzaine de volontaires dans le cadre du Service Civique – un nombre qui va croissant. Ils ou elles peuvent être assistant(e) d’éducation pour l’apprentissage du français dans une école tunisienne ou au Bénin, travailler auprès d’un orphelinat au Caire ou à Madagascar… Des missions qui tournent essentiellement autour de l’enseignement ou de la santé, mais peuvent aussi concerner le développement durable ; des missions qui permettent, aussi, de découvrir des pays très divers et offrent l’opportunité de travailler dans un contexte interculturel – autant d’éléments susceptibles d’être valorisés dans la suite d’un cursus ou comme première expérience professionnelle. En s’ouvrant aux autres, on se révèle à soi-même. C’est aussi ça, le pouvoir d’être utile.

 

28 avril : une journée pour répondre à toutes vos questions
Les missions que propose le Défap, étant tournées vers l’international et supposant une certaine autonomie de la part des volontaires, sont destinées prioritairement à de jeunes adultes. Vous avez entre 18 et 25 ans, et vous êtes intéressé(e) par le Service Civique ? Rendez-vous le samedi 28 avril au 102 boulevard Arago, à Paris, pour une journée d’information organisée en partenariat par le Défap – Service protestant de mission et Visa Année Diaconale. Vous en apprendrez plus sur le dispositif, les missions que nous vous proposons pour partir à l’automne 2018, et vous pourrez échanger avec l’équipe du Défap qui répondra à vos questions. Renseignements par mail ou en téléphonant au 01 42 34 55 55.