Cette visite, qui a eu lieu au début du mois de décembre, a permis de faire le point sur les projets d’accompagnement de l’Église Protestante Christ-Roi de Centrafrique – notamment l’accompagnement pastoral et le soutien à la cellule d’écoute psychologique destinée aux victimes de violences. Elle s’est aussi traduite par des rencontres, comme celle qui a eu lieu avec l’archevêque Nzapalainga, qui continue à plaider l’apaisement en dépit du retour des violences à travers le pays. Retour en images.

Un pays à reconstruire

Les troubles des années 2013-2014 ont laissé des traces profondes ; à Bangui, l’Église Protestante Christ-Roi de Centrafrique s’efforce, avec le soutien du Défap et de la Cevaa, de construire ou reconstruire des lieux pour préparer l’avenir du pays. Les premières photos sont consacrées au Centre protestant pour la Jeunesse, un grand complexe de bâtiments à Bangui qui appartient à l’EPCRC : pillé et dégradé tout particulièrement pendant la période 2013-2014, il doit être sécurisé pour pouvoir éviter tout risque de nouveaux pillages et être utilisé de nouveau : d’où les murs et la guérite… Les travaux sont presque achevés. Autre lieu où les efforts de construction progressent : Morija, où le Défap et la Cevaa ont financé notamment la construction d’une école, qui accueille 200 élèves aujourd’hui. Mais un simple trajet dans Bangui révèle l’ampleur de la tâche…

Ceux qui travaillent pour la paix

En dépit de la résurgence des troubles, et des craintes de nouveaux affrontements interconfessionnels et intercommunautaires, des hommes et des femmes affirment la nécessité pour les Centrafricains de s’unir pour reconstruire leur pays. Le Défap et la Cevaa travaillent dans le même sens en soutenant les initiatives de l’Église Protestante Christ-Roi de Centrafrique et en l’accompagnant. Les images suivantes montrent tout d’abord Bernard Croissant, pasteur français à la retraite qui a assuré la mission d’accompagnement pastoral de l’EPCRC, ainsi que son épouse, Katy Croissant ; Bertrand Vergniol, secrétaire général du Défap ; le Dr Mathilde Guidimti, qui dirige un hôpital, et Brigitte Oundagnon, qui intervient avec le Réseau des femmes croyantes et médiatrices pour la paix auprès des femmes centrafricaines traumatisées par les troubles qui ont touché le pays. On y voit encore une rencontre avec l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga ; avec les femmes de la cellule d’écoute psychologique de l’EPCRC ; des membres du conseil presbytéral de l’Église de Bangui, le directeur de l’école de Morija, le groupe des femmes de l’EPCRC, ainsi que Teddy Dila-Ngambsso, responsable Jeunesse de l’EPCRC, avec son épouse, entourés par les époux Croissant et Anne-Sophie Macor, secrétaire exécutive de la Cevaa chargée du pôle Projets – Échanges de personnes…

Ouvrir sur l’avenir

La visite commune Cevaa-Défap à Bangui a permis de faire le point sur la mission d’accompagnement pastoral : le thème a été abordé avec le conseil presbytéral de l’EPCRC. Ce séjour a aussi été marqué par une conférence donnée à la Fateb (Faculté de Théologie Évangélique de Bangui) par le secrétaire général du Défap, Bertrand Vergniol, sur le thème « Espérer contre toute espérance », qui a été un moment fort. Autre encouragement : les élèves de l’école de Morija. Ils font partie de cette nouvelle génération que l’on forme aujourd’hui et qui, demain, donnera un avenir à la RCA…