Cette initiative qui s’étend sur douze mois, a permis de contribuer à réduire les risques et désastres dans les communautés scolaires du Nord et du Nord-Est d’Haïti par la formation et l’entrainement des équipes pédagogiques et des écoliers.

Ce projet s’articule autour de trois axes : la formation, l’extension du système d’alerte par SMS et l’évaluation technique du bâtiment du bureau régional du Nord – Nord-Est.

La formation a concerné 3 formateurs départementaux, 32 formateurs communaux, 966 maitres et directeurs d’école et 26 533 écoliers.

 

La Fédération des écoles protestantes d’Haïti (FEPH)

La Fédération des écoles protestantes d’Haïti (FEPH) coordonne les écoles (premier et deuxième cycle) de ses membres (églises et missions) avec un ’organisation décentralisée qui permet de mieux suivre les réalités locales.
Avec plus de 3 000 écoles accueillant 300 000 élèves environ, elle travaille pour améliorer la qualité de l’éducation. Bien que les écoles coordonnées soient privées et confessionnelles Près de 30 % des enfants haïtiens sont ainsi scolarisés, sans distinction de sexe et de religion. Défendant et promouvant le droit de tous les enfants à une éducation de qualité et pérenne, la Fédération élabore des programmes et projets répondant aux besoins éducatifs des enfants vulnérables, orphelins et en grande difficulté financière, qui constituent son public cible. Ainsi, des enfants vulnérables sont accueillis dans des écoles protestantes, souvent vulnérables elles-mêmes.

Des Facilitateurs Locaux de Protection de l’Enfant en formation

Bureau régional de la FEPH, Cap-Haïtien, Nord. (2017, DR)

 

La formation des formateurs

La formation du projet de réduction de la vulnérabilité des écoliers dans le Nord d’Haïti (PREVENOH), d’une durée de 30 heures, traite des phénomènes naturels, des catastrophes naturelles, du cycle de gestion des risques et désastres, de la communication en situation d’urgence et du système d’alerte scolaire, des techniques d’évacuation, de premiers soins et de secours, ainsi que de l’évaluation rapide en éducation en situation d’urgence.

Aujourd’hui, plus d’une trentaine de formateurs départementaux et communaux sont opérationnels.
L’accueil des participants en internat et non en externat s’est avéré très efficace : éloignement de la famille et rupture avec le quotidien permettant une meilleure concentration, ponctualité des participants. Cette pratique pourrait être reproduite dans d’autres projets et d’autres régions.

 


Des formateurs communaux lors d’un exercice de simulation.
Ecole Fondamentale d’Application-Centre d’Appui Pédagogique (EFACAP),
Fort-Liberté, Nord’Est. ( 2017, DR)

 

Haïti : former, informer, soigner

Dans le cadre du projet de réduction de la vulnérabilité des écoliers dans le Nord d’Haïti (PREVENOH), les écoles ont reçu un certain nombre d’outils pour former, informer et soigner :

  • 60 unités de planches pédagogiques utilisables par les enseignants et 4 082 exemplaires de livrets de sensibilisation à distribuer aux élèves des téléphones portables évitant l’isolement.
  • 64 unités de kit de premiers soins contenant des pansements, de la Bétadine, des gazes, de la pommade contre la douleur, des antibiotiques, des ciseaux et des gants, un thermomètre, des comprimés (contre la douleur, la fièvre, la diarrhée, la nausée), des couvertures de secours, …

Des outils indispensables qui, conjugués à la formation, permettront de mieux gérer les crises.

 

Contre les violences à l’Ecole

Les facilitateurs locaux de protection de l’enfant ont participé à un atelier sur les alternatives aux châtiments corporels en vue de réduire les violences faites aux enfants en salle de classe sous prétexte de les discipliner. Cet atelier a débouché sur des alternatives telles que les retenues, des lignes à copier, les privations de récréation, de jeux, l’interdiction d’aller dans certaines salles, les réparations (nettoyer ce qu’on a sali) …

Toutes ces mesures disciplinaires doivent figurer dans les règlements de l’école élaborés avec la participation des élèves. Cette intervention s’inscrit aussi dans le cadre de la mise en place prochaine du programme d’Action contre les violences à l’école haïtienne (ACVEH) par le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle (MENFP) auquel la FEPH contribue techniquement.


Des formateurs communaux lors d’une session basée sur le jeu éducatif «Tè malè».
Ecole Fondamentale d’Application-Centre d’Appui Pédagogique (EFACAP),
Fort-Liberté, Nord’Est. ( 2017, DR)