Collaboratrice de longue date du Défap, Erica Brucker est décédée le 3 mai 2016 à 104 ans. Retour sur l’engagement d’une femme hors du commun.

Née à Sarre-Union, dans un milieu luthérien, Erica Brucker a fait des études de théologie à Genève, où elle décroche le diplôme de l’Institut des ministères féminins. Elle acquiert parallèlement une formation pédagogique et sociale. En 1955, elle répond à un appel de la Société des Missions Évangéliques de Paris (SMEP) et part au service des Églises évangéliques et baptistes du Cameroun, où elle va allier recherche biblique, réflexion sociologique sur le monde et prière commune.

 


Erica Brucker, DR

Elle effectuera, pour le compte de la SMEP, des tournées au Gabon en 1962, au Lesotho et à Madagascar en 1964, en Côte d’Ivoire et au Togo en 1965.
Revenue définitivement en France en 1965, c’est à partir des bureaux parisiens de la SMEP, devenus Service protestant de Mission – Défap en 1971, qu’Erica Brucker poursuit sa tâche comme responsable du service jeunesse, mais aussi par la création du service boursiers-formation. Son champ d’action s’étend à la formation de cadres envoyés par d’autres Églises d’Afrique anglophone, de Madagascar et d’Amérique latine.

 

Dès 1960, elle avait eu l’idée de créer des équipes itinérantes, à la fois œcuméniques et internationales, de techniciens : ce sont les Actions Apostoliques Communes (AAC), qui anticiperont la création de la Communanuté Évangélique d’Action Apostolique (Cevaa, dite aujourd’hui Communanuté des Églises en mission).

 

En retraite à partir de 1977 dans le 14e arrondissement, pendant près de trente ans Erica restera la cheville ouvrière d’un groupe oecuménique de recherche biblique, né dans la mouvance du Concile des jeunes de Taizé de 1978, devenu groupe « Prière pour le Monde ».