Enseigner

Célébration :

Nous vous proposons un culte avec une liturgie centrée sur le thème de l’enseignement, et des pistes de prédication à partir de deux textes :

  • Les premiers versets du Ps 78 qui parlent de transmission intergénérationnelle
  • L’envoi des disciples pour enseigner les commandements de Jésus dans toutes les nations Matthieu 28,16-20

 

Accueil – Salutation

Frères et sœurs, faisons silence, accueillons et recueillons tout ce que nous avons entendu au sujet de Dieu. Il vient nous visiter. Il nous redit son amour et sa grâce.
Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, dit Jésus, je suis au milieu d’eux.
Ensemble nous pouvons revivre les hauts faits de Dieu !
Ensemble nous pouvons nous ressourcer à sa Parole, dans la présence de Jésus-Christ. Amen.

Cantique : 51-10 1,2,3 : Laisse-nous Seigneur entrer dans ta maison

 

Invocation

Seigneur tu t’es approché de nous. Tu nous as invités à t’écouter.
Nous te remercions pour ce temps de ressourcement et d’enseignement que tu nous offres. Rassemblés en Ton Nom, autour du Christ Jésus ton fils et notre frère,
Nous accueillons le souffle de ta présence afin d’apprendre, encore et encore, Qu’en Toi et avec Lui nous pouvons trouver communion les uns avec les autres Et redécouvrir le sens et l’orientation que tu veux donner à nos vies. Amen.

 

Prière de louange

Louons le Seigneur avec ces quelques versets du Psaume 119, qui chante longuement l’enseignement de Dieu.
Ta Parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mes sentiers. (Ps 119,105)

J’aime beaucoup ta loi, je réfléchis sur elle tous les jours.
Ton commandement me rend plus sage que mes ennemis, je le fais mien pour toujours. Je suis plus savant que tous ceux qui m’enseignent, car je réfléchis longtemps à tes ordres. Je sais mieux juger que les anciens, car j’obéis à tes exigences.
J’évite de prendre le chemin du mal, pour obéir à ce que tu dis.
Je respecte fidèlement tes décisions, car c’est toi qui me les as apprises.
Dans ma bouche, tes paroles sont douces, plus douces que le miel.
Tes exigences me permettent de bien juger. Aussi je déteste tout ce qui est mensonge. Ta parole est une lampe qui éclaire mes pas, une lumière sur ma route. (Ps 119,97-105)

Cantique : 45-15, 1,2,3 : Que ne puis-je ô mon Dieu

 

Prière de repentance

Tournons-nous vers le Seigneur :
Seigneur, tu nous as tous appelés tes enfants et tu nous rends responsables les uns des autres. Quand tu as confié ta Loi à Moïse, tu l’as envoyé vers ton peuple pour lui faire connaître tes commandements.
Par la bouche de tes prophètes tu n’as pas hésité à dire encore et encore le sens de ton projet pour le monde.
En Jésus-Christ ton Fils tu as rendu ta Parole proche de nous. Et lui-même a envoyé ses disciples vers la terre entière.
Seigneur cette mission incombe à tous ceux qui confessent ton nom ; elle est lourde, et bien souvent nous nous en détournons.
Aujourd’hui la transmission entre générations nous semble si difficile que nous partons perdants, découragés.
Et au cœur de notre société laïque nous nous interdisons la diffusion de ta Parole de vie. Donne-nous la force de ton Esprit pour nous rendre confiance en nous-mêmes ; apaise nos craintes et inspire-nous les mots, les attitudes et les actes susceptibles de témoigner fidèlement de ton amour. Amen !

Cantique : 22-08 1 : Comme un souffle fragile

 

Annonce du pardon

Rappelons-nous la bonté de Dieu :
Est-ce qu’il y a un Dieu comme toi ?
Toi, tu enlèves les fautes, tu pardonnes les péchés des gens de ton peuple qui sont restés en vie. Ta colère ne dure pas toujours, mais tu nous montres ta bonté avec plaisir. De nouveau, tu auras pitié de nous, tu écraseras nos péchés et tu jetteras toutes nos fautes au fond de la mer !

Cantique : 22-08 2 : Comme un souffle fragile

 

Invitation au chemin de Dieu

Pardonnés et libérés nous pouvons accueillir cet enseignement de Jésus dans l’Évangile de Matthieu :

« Ils sont heureux, ceux qui ont un cœur de pauvre, parce que le Royaume des cieux est à eux
! Ils sont heureux, ceux qui pleurent, parce que Dieu les consolera !
Ils sont heureux, ceux qui sont doux, parce qu’ils recevront la terre comme un don de Dieu ! Ils sont heureux, ceux qui ont faim et soif d’obéir à Dieu, parce qu’ils seront satisfaits !
Ils sont heureux, ceux qui sont bons pour les autres, parce que Dieu sera bon pour eux ! Ils sont heureux, ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu !
Ils sont heureux, ceux qui font la paix autour d’eux, parce que Dieu les appellera ses fils. Ils sont heureux, ceux qu’on fait souffrir parce qu’ils obéissent à Dieu.
Oui, le Royaume des cieux est à eux ! »

Cantique : 22-08 : Comme un souffle fragile 1, 2, 3

 

Prière d’illumination

Seigneur, ouvre mon esprit à l’intelligence de ta Parole
Et que mon cœur demeure brûlant tandis que tu me parles. Comme la pluie féconde la terre et fait germer la semence, Que ta Parole, Seigneur, accomplisse, au cœur de ma vie, Sa mission : ta volonté.
Qu’elle féconde ma vie et lui permette de porter des fruits.
Oui que ta Parole soit la vérité de mon existence, la lampe de mes pas. Amen.

 

Lectures bibliques

Psaume 78,1-7

Mon peuple, écoute mon enseignement, tends l’oreille à mes paroles !
Je vais utiliser des comparaisons et tirer du passé un enseignement caché. Nous avons entendu parler des événements d’autrefois, nous les connaissons. Nos parents nous les ont racontés : nous ne les cacherons pas à nos enfants.
Nous raconterons aux générations qui viennent les actions glorieuses du SEIGNEUR, Sa puissance et les choses magnifiques qu’il a faites.
Il a donné des commandements au peuple de Jacob, il a établi une loi en Israël. Il a ordonné à nos ancêtres de faire connaître ces choses à leurs enfants.
Ainsi les générations qui viennent, les enfants qui vont naître, connaîtront cette histoire et ils la raconteront à leurs enfants.
Et les enfants de leurs enfants pourront mettre leur confiance en Dieu.

Matthieu 28,16-20

Les onze disciples se rendirent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait indiquée. Quand ils le virent, ils se prosternèrent ; certains d’entre eux, pourtant, eurent des doutes. Jésus s’approcha et leur dit : « Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc au- près des gens de tous les peuples et faites d’eux mes disciples ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et de l’Esprit saint, et enseignez-leur à pratiquer tout ce que je vous ai commandé. Et sachez-le : je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Cantique : 22-04 1,2,3 : Oh parle-moi Seigneur

 

Prédication

Pistes pour la prédication Psaume 78,1-7 et Matthieu 28,16-20 :

  • Introduction :
    À l’opposé d’une idole, qui exige adoration aveugle et soumission, le Dieu biblique initie avec ses créatures une relation d’amour éclairée par sa Parole. Il guide son peuple, lui montre le chemin, lui communique ses commandements, l’éduque au choix et à la responsabilité, le rappelle à l’ordre, le garde dans l’espérance, et se réjouit de l’intelligence du simple qui a compris le sens profond de son projet divin. Toutes les Écritures témoignent de cette pédagogie de Dieu, mais nous avons choisi pour aujourd’hui d’aborder la question de l’enseignement à travers le début du Ps 78 et l’envoi en mission des disciples de Jésus à la fin de l’évangile de Matthieu. Car l’enseignement n’est-il pas, encore et toujours, la vocation première de tout chrétien, de toute Église ?
  • 1) Un devoir transgénérationnel :
    la religion d’Israël est fondée sur la transmission d’un récit de génération en génération. Ce récit fondateur est la sortie d’Égypte et le don des Dix Paroles et de la Loi sur le Sinaï. Dans le psaume que nous venons de lire nous entendons que les pères ont reçu ce récit de leurs pères et doivent le transmettre à leurs enfants. Il est dit : « Nous ne cacherons pas à la génération d’après, mais nous leur raconterons les merveilles de Dieu. » De fait, dans le judaïsme, ce devoir de transmission est au cœur de la vie juive. La question porte moins sur la foi en Dieu que sur la transmission de sa Parole. Ceci peut nous interroger sur nos pratiques. Vivons-nous comme une urgence cette responsabilité d’enseigner et de transmettre ce que nous avons reçu à la génération suivante ? Dans mon premier ministère, j’ai rencontré des parents qui justifiaient par leur non-foi le fait de ne pas envoyer leurs enfants à l’école biblique.
  • 2) Un devoir de communication
    Avec le christianisme on sort du cadre familial de l’alliance pour l’ouvrir à tous les peuples. Jésus envoie ses disciples vers la terre entière. Et Paul, l’apôtre des nations, va incarner le passage de l’évangile des juifs aux non-juifs. L’enseignement est moins préoccupé par les générations suivantes que par les contemporains. Il faut dire qu’au début du christianisme, on croit que la fin des temps est proche et que Jésus va revenir très vite. Si on relit les paroles de Jésus quand il envoie les Douze, il s’agit d’une mission universelle d’enseignement. Les chrétiens ont donc la responsabilité de faire connaître l’Évangile urbi et orbi. Nous pouvons comprendre et assumer cela. Mais il y a un point qui nous fait problème aujourd’hui car il s’agit de faire de ceux qui entendent l’évangile des disciples de Jésus. Or deux choses s’opposent à ce qu’on prenne au pied de la lettre cette demande : 1) le souvenir des conversions plus ou moins forcées dans l’histoire, 2) les nouvelles relations qui se sont créées avec les autres religions depuis le XXème siècle. De nos jours nous essayons plutôt d’encourager le dialogue interreligieux, à base de respect et d’écoute mutuelle.
  • 3) Comment enseigner ? Comment annoncer l’évangile ?
    Rien ne vaut l’exemple pour nourrir l’inspiration et enrichir les savoir-faire. Concernant l’enseignement en général, qu’il soit religieux ou profane, nous avons tous le souvenir d’un ou d’une enseignant(e) qui nous a marqué, et en général c’est autant par la manière d’être que par la matière enseignée. Cela forme un tout. Et ce merveilleux enseignant dont nous nous souvenons est celui ou celle qui a créé un déclic, a fait naître en nous un désir d’étudier, et une confiance en nous-même. Comment susciter le désir de lire la Bible et de connaître l’Évangile ? Nous pouvons également nous inspirer du judaïsme, quand il se dit la religion de la question. Ouvrir le questionnement en éveillant la curiosité, c’est important car on reçoit beaucoup mieux un enseignement quand il répond à des questions que l’on se pose. Mais il faut donner confiance et courage car souvent, les gens pensent qu’ils vont poser une question « bête » ou qu’ils vont paraître ignorants. Répétons-le : aucune question n’est bête ou inconvenante. Enfin dernier exemple : autrefois les missionnaires, quand ils arrivaient dans leur lieu d’affectation, construisaient non seulement une église, mais également une école et un dispensaire. Car il y a des vases communicants entre instruction religieuse et instruction profane ; les deux visent à élever la personne, à lui donner de l’autonomie. Aujourd’hui les envoyés du Défap, pour une bonne part d’entre eux, ont une mission d’enseignement de la langue française ; d’autres travaillent dans des missions sanitaires. C’est à travers leurs engagements et leurs témoignages que l’évangile se partage.
  • 4) Comment faire face à la crise de la transmission actuelle ?
    Ce n’est un secret pour personne, beaucoup de nos Églises en France souffrent d’une absence de la jeunesse. Et les familles confient parfois leur désarroi et leurs difficultés devant leur responsabilité éducative, aussi bien au niveau religieux qu’au-delà. On a le sentiment que « l’éducation » se fait autant sinon plus par internet et les réseaux sociaux que dans la relation intergénérationnelle qui s’est fragilisée. On ne peut jeter la pierre aux nouvelles techniques de communication quand elles permettent une diffusion démultipliée de connaissances et de relations. D’autant que par ce moyen l’évangile atteint de très nombreuses personnes dans le monde. D’une certaine manière cela réalise le projet de Dieu d’Église invisible, allant au-delà de toutes les Églises visibles.
  • 5) Nous avons besoin de présence réelle.
    La crise du Covid a provoqué une multiplication des visio-rencontres ; elles nous ont permis d’entretenir des relations, de poursuivre des projets, de continuer l’enseignement et même de célébrer des cultes. Cela est positif et ouvre même de nouvelles perspectives pour l’avenir. Mais aujourd’hui nous désirons tous revenir au « présentiel ». Nous avons besoin de nous rencontrer en chair et en os, car la relation d’enseignement ne se fait pas seulement à travers la diffusion d’un savoir, mais aussi par la rencontre de l’autre qui me parle et que j’écoute, à qui je parle et qui m’écoute, et avec lequel je prie, je reste en silence, je romps le pain, bois le vin, et partage un repas complet en prenant tout le temps qu’il faut. Concernant notre responsabilité d’enseignement envers la génération suivante, et envers tous ceux qui nous entourent, nous pouvons nous poser la question : prenons-nous le temps de cette présence partagée, assumons-nous la responsabilité, – et donc l’autorité -, qui nous est confiée d’enseigner par la parole et par l’exemple ? En tant que chrétiens nous avons pour vocation de rendre concrète et sensible cette dernière parole de Jésus : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » Pour cela, n’est-il pas nécessaire de travailler de manière œcuménique, avec les autres chrétiens, et les autres Églises, notamment ceux d’autres pays et d’autres cultures ?

En écho à notre réflexion sur la transmission, je vous invite à partager cette prière pour les personnes chargées d’enseignement :

Seigneur, aide l’enseignant à exercer sa mission première qui est d’enseigner, sans perdre le contact vivant avec les élèves en se renouvelant par une résurrection quotidienne.
Aide-le surtout à comprendre et à aimer ceux qui lui sont confiés, cela malgré la différence d’âge et de formation, afin qu’ils s’épanouissent, chacun différemment, chacun selon sa personnalité, selon ses goûts, afin qu’ils découvrent l’amour plutôt que la haine, la fraternité plutôt que l’égoïsme, l’ascèse plutôt que la facilité, l’espérance plutôt que la tristesse.
Aide-le à devenir le messager fidèle, humble, tenace et efficace du message évangélique porteur du dépassement, des grandes aspirations, et de l’équilibre spirituel de la vie.
Amen.

Confession de foi

Nous croyons en Dieu, source de toute vie et créateur de l’univers.

Nous croyons en Dieu, Seigneur des patriarches et des matriarches, de Moïse, des rois et des prophètes, Dieu qui s’est fait connaître aux nations en Jésus de Nazareth, venu et reconnu comme Christ – Messie !

Nous croyons en Dieu, qui, à travers les siècles, se souvient de sa création et la soutient mystérieusement.

Nous croyons en Dieu, se révélant depuis le commencement et jusqu’à la fin des temps comme Dieu de justice, de compassion et de miséricorde.

Nous croyons en Dieu, Seigneur fidèle, qui transmet sa promesse et maintient son alliance de génération en génération.

Il a suscité dans le cœur de ses créatures le désir d’enseigner et de partager sa Parole, qui donne sens et vérité à l’existence humaine et à toute la création.

Nous croyons en Dieu, Père attentif, qui nous parle et nous inspire par son Esprit, nous considère tous comme ses enfants, et qui, partout dans le monde, nous invite à proclamer son amour.

Nous croyons en Dieu, qui, de siècle en siècle, nous sollicite pour humaniser le monde et y construire sa paix, au nom du Christ Jésus. Amen !

Cantique : 36-35 1,2,3,4 Sur les routes de l’Alliance

 

Offrande

Seigneur nous t’ouvrons notre cœur, nous mettons à ta disposition notre vie, nous te présentons nos offrandes d’argent, afin de mettre tout cela au service de ta mission dans le monde. Amen.

Prière d’intercession

Seigneur,

Nous te prions pour les familles, les écoles, les universités, les églises,
Tous ces lieux où s’exerce la mission d’éduquer et d’enseigner.
Nous te prions pour tous ceux qui transmettent un savoir, des connaissances, une catéchèse, une spiritualité, une éthique, et pour tous ceux qui les reçoivent.
Que leur vie en soit nourrie, enrichie,
Qu’ils y trouvent la joie en abondance.

Seigneur, nous te remettons professeurs, élèves et étudiants.
Que les premiers accompagnent les jeunes dans leur choix d’un métier. Qu’ils les aident à exercer librement leur discernement.
Que, par ton Esprit, ils soient assurés de te servir en servant leur prochain, pour peu qu’ils se souviennent de toi et de tes exigences dans le quotidien de leur vie.

Seigneur, nous te prions pour les pasteurs et tous les responsables religieux.
Qu’ils dispensent un enseignement fidèle de ta Parole ; qu’ils donnent à ceux qui les écoutent le désir et le bonheur de te connaître et de t’aimer.
Qu’ils ne craignent pas le doute et qu’ils s’abstiennent de tout fanatisme et de tout dogmatisme, car, en Jésus-Christ ton Fils, tu nous as enseigné à vivre dans la liberté des enfants de Dieu.

Seigneur guéris-nous de nos craintes et de notre timidité, imprègne-nous de ta tendresse et de ta délicatesse, afin qu’avec une douce assurance, nous puissions parler de toi, et faire rayonner ta promesse auprès de tous.

Notre Père

 

Exhortation

Frères et sœurs, la mission d’enseignement est difficile, que ce soit dans le domaine spirituel ou dans le domaine profane.
En réalité, les deux sont liés, car la vie de l’intellect doit être irriguée par la vie de l’Esprit, sans quoi elle se dessèche.
Il en va de notre responsabilité vis-à-vis de la jeune génération, que nous devons aider à grandir. N’ayons pas peur ! Dans la prière et le partage nous trouverons le courage et l’assurance nécessaires.
Car Dieu nous donnera son Esprit pour nous assister en tout ce que nous faisons. Amen !

 

Bénédiction

Frères et sœurs, le Seigneur vous bénit et vous garde, il se tourne vers vous et vous donne sa paix. Allez dans la joie, la reconnaissance, et la confiance ! Amen !

Cantique : 55-06 1,2,3,4 : L’Évangile est la semence

 

Version téléchargeable :

 

« Enseigner – Célébration » : le texte complet en pdf