Accueillir/être accueilli

Célébration :

Nous vous proposons un culte avec une liturgie centrée sur le thème de l’accueil, et des pistes de prédication à partir de deux récits :

  • L’accueil des trois anges par Abra(ha)m en Genèse 18,1-10L
  • L’accueil de Jésus par Marthe et Marie en Luc 10,38-42.

 

Accueil – Salutation

Frères et sœurs, faisons silence, écoutons palpiter dans l’air les ondes de la tendresse de Dieu. Il nous invite, il nous accueille en sa maison.
L’Église a ouvert ses portes, le Livre est déployé et la table préparée.
Le Seigneur notre Dieu vous rassemble pour dire à chacun d’entre vous :
Dès ta naissance je t’ai appelé par ton nom, je ne te laisserai pas ! Venez tous avec vos faims et vos manques, vos attentes et vos craintes !
Accueillez-vous les uns les autres car dès lors que vous devenez bénédiction les uns pour les autres, le Christ est présent au milieu de vous. Amen.

Cantique : 21-14 Les mains ouvertes devant toi Seigneur

Invocation

Seigneur nous avons entendu ton appel et ta promesse.
Nous te remercions pour ce temps de ressourcement et de confirmation que tu nous offres. Rassemblés en Ton Nom, autour du Christ Jésus ton fils et notre frère,
Nous te demandons le souffle de ta présence
Afin qu’en Toi et avec Lui nous puissions trouver communion les uns avec les autres Et redécouvrir le sens et l’orientation que tu veux donner à nos vies. Amen.

 

Prière de louange

Louons le Seigneur avec le Psaume 122

Quelle joie quand on m’a dit : « Allons à la maison du Seigneur ! »
Nous nous arrêtons devant tes portes, Jérusalem. Jérusalem, quelle ville bien construite, quel ensemble parfait ! C’est chez toi que les tribus d’Israël, les tribus du Seigneur, viennent en pèlerinage.
Elles viennent lui dire merci, selon la règle en Israël. C’est chez toi que se trouve le siège des rois d’Israël, là qu’ils s’assoient pour rendre la justice.
Demandez la paix pour Jérusalem ! « Qu’ils vivent tranquilles, ceux qui t’aiment
Que la paix soit dans tes murs, et le calme dans tes palais ! »
À cause de mes frères et de mes amis, je te souhaite la paix.
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu, je demande pour toi le bonheur.

Cantique : 21-16 : 1,2,3,5 : Avec toi Seigneur tous ensemble

 

Prière de repentance

Tournons-nous vers Dieu pour lui demander son aide

Seigneur, si tu passes par là, viens chez moi, entre donc ! Mais il vaut mieux que tu le saches :
Tu trouveras certainement ma porte fermée. J’ai toujours peur, alors je mets le verrou. Mais toi tu sais comment entrer, surtout quand ma porte est fermée.
Tu arrives à passer même quand il n’y a pas de porte. J’aime mieux te dire, Seigneur : si tu viens chez moi tu ne trouveras pas grand-chose.
Si tu veux de l’amour, il vaudrait mieux que tu en amènes.
Tu sais, mon amour à moi, il est plutôt rassis.
Il vaudrait mieux que tu en apportes du frais.
Emballe-le bien en le transportant, c’est si fragile l’amour !
Si tu avais aussi un peu d’espérance, ce serait bien d’en prendre un bouquet.
J’en ai tant besoin pour fleurir mon regard.
Et si encore tu avais un peu de foi pour moi, pas plus qu’un grain de moutarde, alors je déplacerais les montagnes. Amen.

Cantique : 53-04 : 1    Ô Seigneur dans mon cœur je t’écoute

 

Annonce du pardon

«À celui qui a soif, je donnerai de l’eau de la source de vie, et je la donnerai gratuitement », dit le Seigneur.
Vous qui avez soif d’une vie nouvelle, recevez l’assurance qu’effaçant tout ce qui est d’hier, Dieu fait en vous toutes choses nouvelles.

Cantique : 53-04 2

 

Invitation au chemin de Dieu

Dieu nous trace un chemin de vie :

Écoutons ces paroles de Jésus dans l’Évangile de Matthieu au chapitre 25 les versets 34 à 40 :

Le roi dira à ceux qui sont à sa droite : “Venez, vous que mon Père bénit. Recevez le Royaume que Dieu vous a préparé depuis la création du monde.
En effet, j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire. J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli.
J’étais nu, et vous m’avez donné des vêtements. J’étais malade, et vous m’avez visité. J’étais en prison, et vous êtes venus me voir.”
Alors ceux qui ont obéi à Dieu diront au roi : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu ? Tu avais donc faim, et nous t’avons donné à manger ? Tu avais donc soif, et nous t’avons donné à boire ?
Tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? Tu étais donc nu, et nous t’avons donné des vêtements ?
Tu étais malade ou en prison, et nous sommes venus te voir ? Quand donc ?”
Et le roi leur répondra : “Je vous le dis, c’est la vérité : chaque fois que vous avez fait cela à l’un de mes frères, à l’un des plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait.”

Cantique : 53-04 3, 4 et 5

 

Prière d’illumination

Seigneur, ouvre mon esprit à l’intelligence de ta Parole

Et que mon cœur demeure brûlant tandis que tu me parles.
Comme la pluie féconde la terre et fait germer la semence,

Que ta Parole, Seigneur, accomplisse, au cœur de ma vie,
Sa mission : ta volonté.

Qu’elle féconde ma vie et lui permette de porter des fruits.

Oui que ta Parole soit la vérité de mon existence, la lampe de mes pas. Amen.

 

Lectures bibliques

Genèse 18,1-10

Le SEIGNEUR se montre à Abraham près des grands arbres sacrés de Mamré. Abraham est assis à l’entrée de sa tente. C’est le moment le plus chaud de la journée. Tout à coup, il voit trois hommes debout, près de lui. Aussitôt, depuis l’entrée de la tente, il court à leur rencontre. Abraham s’incline jusqu’à terre devant eux. Il dit : « Je t’en prie, si tu veux m’accorder cette faveur, accepte de t’arrêter chez moi, ton serviteur. On va apporter un peu d’eau pour vous laver les pieds. Puis vous vous reposerez sous cet arbre. Je vais vous donner quelque chose à manger. Alors vous pourrez reprendre des forces avant d’aller plus loin. C’est bien pour cela que vous êtes passés près de moi, votre serviteur. » Les visiteurs répondent : « D’accord ! Fais ce que tu viens de dire. »
Alors, Abraham se dépêche d’aller trouver Sara sous la tente. Il lui dit : « Vite ! Prends vingt-cinq kilos de ta meilleure farine. Prépare la pâte et fais des galettes. » Ensuite, Abraham court vers le troupeau. Il prend un gros veau bien tendre et il le donne à un jeune serviteur. Celui-ci le prépare vite. Quand la viande est prête, Abraham la met devant les visiteurs, avec du fromage blanc et du lait frais. Ils mangent. Pendant le repas, Abraham se tient debout près d’eux, sous l’arbre. Les visiteurs demandent à Abraham : « Où est ta femme, Sara ? » Il répond : « Elle est là, sous la tente. » L’un des visiteurs dit : « L’an prochain, je reviendrai chez toi, à cette même époque, et ta femme Sara aura un fils. »
Sara est à l’entrée de la tente, derrière Abraham, et elle écoute.

Luc 10,38-42

Jésus est en route avec ses disciples. Il entre dans un village. Là, une femme qui s’appelle Marthe le reçoit dans sa maison. Elle a une sœur qui s’appelle Marie. Marie s’assoit aux pieds du Seigneur et elle écoute ce qu’il dit.
Marthe est très occupée par tout ce qu’il faut préparer. Elle vient auprès de Jésus et elle lui dit : « Seigneur, ma sœur me laisse seule pour tout préparer, cela ne te fait rien ? Dis-lui donc de m’aider ! »
Le Seigneur lui répond : « Marthe, Marthe, tu es inquiète et tu as du souci pour beaucoup de choses, mais une seule est nécessaire. Marie a choisi ce qui est vraiment bon, et personne ne lui enlèvera cela. »

Cantique : 22-07 : 1,2,3,4     Écoute entends la voix de Dieu

 

Prédication

Pistes pour la prédication sur Genèse 18,1-10 et Luc 10,38-42 :

  1.  Introduction : Les deux récits parlent d’accueil et d’hospitalité autour d’un repas. C’est un thème central dans la Bible, où nous pouvons compter un très grand nombre de repas. Dans nos Églises, nous savons combien l’accueil conditionne la vie et l’esprit de la communauté. Sommes-nous ouverts à la venue de nouvelles personnes ou vivons-nous en vase clos ? Enfin, dans la dynamique missionnaire, l’accueil est aussi un thème majeur qui pose la question des relations entre des personnes d’origines, de cultures, d’histoires diverses et variées, y compris au sein de nos communautés.
  2.  L’accueil nécessite du temps et de l’espace : Là où l’envoi suppose du déplacement, l’accueil suppose un emplacement, un espace et du temps disponibles. L’espace d’Abra(ha)m et Sara est leur tente, plantée près du chêne de Mamré, dans les environs d’Hébron. Le lieu de Marthe et Marie est leur maison, située à Béthanie. Ce sont des lieux de vie familiale qu’ils ouvrent à l’hospitalité. Mais les uns et les autres montrent par leur attitude qu’ils sont ouverts à l’accueil. Il est question de gestes et de paroles de bienvenue, de préparation de repas, puis d’échanges entre accueillants et accueillis.
  3.  Comment nous préparons-nous à accueillir ? Sur le plan personnel, chacun de nous peut s’interroger sur son désir, sa joie, ses peurs … d’accueillir. Cela dépend sans doute de notre personnalité, mais pour tous cela demande une préparation à la fois spirituelle et matérielle. Comment aménager notre lieu d’accueil, qu’il soit petit ou grand, personnel, familial ou ecclésial ? Comment le décorer pour qu’il exprime la joie d’accueillir et procure du bien-être aux personnes accueillies ? Quelle attitude, quels mots, pour les mettre à l’aise ? Nous pouvons nous interroger sur le rapport entre disponibilité et hospitalité, entre le partage de l’évangile et le partage des repas.
  4.  Qui accueille qui ?
    Dans le récit de la Genèse, il y a une ambiguïté très riche de sens. Dieu se fait voir à Abraham, qui lève les yeux et voit trois hommes. Alors il se précipite vers eux et se prosterne à leurs pieds. Pour Abraham, qui vient de vivre l’entrée en alliance avec Dieu, l’arrivée des visiteurs participe de la révélation. Et ils vont lui annoncer la naissance d’Isaac. Dans la tradition des Églises orthodoxes, on nomme cette scène la philoxénie d’Abraham (amour de l’étranger en grec), dont le contraire est la xénophobie (haine de l’étranger).
    Dans le récit de l’évangile de Luc, c’est Jésus qui est accueilli ; et les deux sœurs ne l’accueillent pas de la même manière. Marthe s’active pour lui préparer un repas, Marie se met à ses pieds pour l’écouter. Loin d’être contradictoires, ces deux attitudes sont complémentaires, même si Marthe montre du mécontentement. L’accueil concerne la vie du corps mais en même temps celle de l’esprit.
  5.  Nous avons besoin de visiteurs !
    La question de l’accueil est difficile, car nous la vivons sur un plan moral plus que spirituel. Ceci fait que nous pensons faire une bonne action quand nous accueillons, et nous nous justifions quand nous ne pouvons pas ou ne voulons pas accueillir. Or il en va de la révélation et de la présence de Dieu. C’est en demandant d’être écouté et accueilli dans nos vies que Dieu nous accueille, et que Jésus nous reçoit comme ses frères et sœurs. C’est le sens du Shema Israël, fondamental dans le judaïsme.  » Je deviens ton Dieu quand tu m’écoutes alors je te reçois comme mon peuple. ». Autrement dit, l’hôte-visiteur est porteur d’évangile et l’hôte qui reçoit en est le bénéficiaire. En français le mot hôte à les deux sens d’accueillant et d’accueilli. Tous deux sont conviés à partager le pain et le vin.
    Au cours de notre vie, nous sommes appelés à être parfois l’un et parfois l’autre. Et ce qui vaut pour chacun de nous vaut également pour les Églises. C’est pourquoi nous devrions davantage nous visiter et nous accueillir les uns les autres, aussi bien au niveau personnel qu’au niveau communautaire, à l’intérieur de nos frontières comme à l’extérieur. Nous pourrions par exemple créer des relations entre paroisses urbaines et paroisses rurales, entre Églises de sociologies différentes. Sans jamais oublier de vivre l’accueil dans les espaces extérieurs aux Églises, car c’est dans le monde que Dieu désire être accueilli.

Poser la question de l’accueil nous fait penser aux « nouveaux-venus », aussi nous vous proposons cette prière pour terminer la prédication :

Père, plonger dans les eaux du baptême, c’est plonger dans ton inattendu.
Dieu inattendu,
Dieu de l’inattendu,
Tu nous appelles à accueillir, à accompagner les nouveaux-venus, des chrétiens inattendus.
Tu nous appelles à vivre avec eux la vérité, la confiance, la disponibilité, la simplicité des commencements.
Comment ne pas te dire merci, Père, pour l’imprévu de ces démarches, pour la diversité de ces cheminements ?
Comment ne pas te dire merci de nous faire goûter, grâce aux nouveaux-venus, la saveur des premiers pas dans la foi.
De nous faire goûter l’inattendu de tous ces commencements. Amen !

 

Confession de foi

Nous confessons notre foi :

Nous croyons en Dieu, source de toute vie et créateur de l’univers.

Nous croyons en Dieu, Seigneur des patriarches et des matriarches, de Moïse, des rois et des prophètes, Dieu qui s’est fait connaître aux nations en Jésus de Nazareth, venu et reconnu comme Christ – Messie !

Nous croyons en Dieu qui à travers les siècles se souvient de sa création et la soutient mystérieusement.

Nous croyons en Dieu, se révélant depuis le commencement et jusqu’à la fin des temps comme Dieu de justice, de compassion et de miséricorde.

Nous croyons en Dieu, Seigneur de l’hospitalité, qui nous accueille en son amour, et nous invite à en faire notre maison commune.

Nous croyons en Dieu, Seigneur de toute nourriture, qui nous accueille à sa table, et nous demande de partager le pain et le vin.

Nous croyons en Dieu, Seigneur de la terre et du ciel, qui de siècle en siècle nous accueille en sa création. Il nous prie de l’aimer, de la respecter et de la soigner sans cesse, afin qu’elle soit en mesure d’accueillir les générations à venir. Amen !

Cantique : Psaume 138 : 1,2,3

 

Offrande

Seigneur nous t’ouvrons notre cœur, nous mettons à ta disposition notre vie, nous te présentons nos offrandes d’argent, afin de mettre tout cela au service de ta mission dans le monde. Amen.

Prière d’intercession

Unissons-nous dans la prière :

En pensant à tous ceux qui sont aujourd’hui sur les routes, sur les places, et qui n’ont aucun lieu pour reposer leur tête, nous partageons cette prière pour les enfants du monde :

Pour tous les enfants de par le monde,
Afin qu’ils trouvent l’amour d’un père ou d’une mère, d’un parent, d’un adulte, pour les accueillir. Nous te prions.

Pour les enfants qui souffrent de la méchanceté humaine
Qui sont blessés ou tués par la haine ou la négligence
Afin qu’ils trouvent la paix et la joie auprès de toi, notre Père, nous te prions.

Pour les enfants qui naissent handicapés dans leur corps ou dans leur esprit
Afin qu’accueillis en ton nom,
Ils trouvent la beauté du cœur auprès de toi, notre Dieu, nous te prions.

Pour les enfants qui ne sont ni désirés ni aimés
Afin qu’ils sachent que toi, Dieu notre Père
Tu les aimes comme personne ne peut les aimer sur terre, nous te prions.

Pour les enfants qui sont heureux
Afin qu’ils apprennent à te louer pour leur bonheur, nous te prions Seigneur.

Dieu notre Père, que ton amour veille sur tous les enfants du monde
Qu’il les fasse grandir en grâce et en sagesse.

Et nous-mêmes, qui sommes tes enfants
Garde-nous un esprit sans cesse renouvelé

Afin que nous nous sentions accueillis dans ton Royaume.

Notre Père

 

Exhortation

« Continuez à vous aimer les uns les autres comme des frères et des sœurs. N’oubliez pas de pratiquer l’hospitalité. En effet, en la pratiquant, certains ont accueilli des anges sans le savoir. » Hébreux 13,1-2

L’hospitalité est plus qu’un savoir-vivre, c’est un savoir-être, une ouverture du cœur et de la maison, une délicatesse de l’âme, un plaisir de la préparation et de la dégustation, une exaltation des parfums, un répit partagé, un temps béni pour comprendre la douceur et la profondeur de la bonté de Dieu.

 

Bénédiction

Le Seigneur vous bénit et vous garde, il tourne vers vous son visage et vous donne sa paix.
Allez dans la joie et la reconnaissance, avec énergie, avec confiance ! Amen !

Cantique : Psaume 138 : 1 Que tout mon cœur soit dans mon chant

 

Version téléchargeable :

 

« Accueillir – Célébration » : le texte complet en pdf