Méditation du jeudi 12 septembre 2019. Nous prions pour notre envoyé à Djibouti, sa famille et toute l’Église.

La création d’Adam – Michel-Ange, chapelle Sixtine © Wikimedia Commons

 

Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.
La terre était sans forme et vide, et l’obscurité couvrait l’océan primitif. Le souffle de Dieu se déplaçait à la surface de l’eau. Alors Dieu dit : « Que la lumière paraisse ! » et la lumière parut. Dieu constata que la lumière était une bonne chose, et il sépara la lumière de l’obscurité. Dieu nomma la lumière jour et l’obscurité nuit. Le soir vint, puis le matin ; ce fut la première journée. Genèse 1,1-5

Voici les origines du ciel et de la terre, quand ils furent créés.
Quand le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, il n’y avait encore aucun buisson sur la terre, et aucune herbe n’avait encore germé, car le Seigneur Dieu n’avait pas encore envoyé de pluie sur la terre, et il n’y avait pas d’êtres humains pour cultiver le sol. Seule une sorte de source jaillissait de la terre et arrosait la surface du sol. Le Seigneur Dieu prit de la poussière du sol et en façonna un être humain. Puis il lui insuffla dans les narines le souffle de vie, et cet être humain devint vivant. Genèse 2,4-7

© Maxpixel

 

Mystérieux commencement ! Rien que dans la Bible, deux versions de la création sont proposées. D’autres traditions culturelles ont aussi des récits d’origine. Manière de dire que l’humain aime à s’interroger, imaginer, raconter. Pourtant le secret de l’origine n’appartient qu’à Dieu seul, comme celui de notre conception dans le sein maternel ! Dans la tradition juive on fait remarquer que le récit de la Genèse ne commence pas par la première lettre de l’alphabet, aleph, mais par la deuxième, beth. Impossible de remonter à un moment M !

La Bible n’est pas un manuel scientifique, mais un acte de foi et une action de grâce. Les Ecritures nous portent à reconnaître que tout ce qui EST vient d’une volonté créatrice, d’un désir de vie et d’altérité ! Dieu n’a pas choisi de rester seul dans sa toute-puissance ; il a créé, appelé l’existence à l’existence ; il a voulu que la nuit parle à la nuit et le jour au jour, que les générations se succèdent, que la splendeur des cieux et des mers, des astres et des forêts, des animaux de toutes sortes réjouisse l’espace. Il a pensé le temps, il a créé l’humain animé de son souffle de vie, à son image et à sa ressemblance. Et cette création se poursuit dans les siècles des siècles, dans une dynamique d’Amour.

Chaque jour que nous vivons nous invite à la grâce du recommencement. Chaque réveil est une nouvelle naissance. Comme Jésus l’enseignait à Nicodème, nous sommes sans cesse appelés à naître de nouveau, à naître d’En Haut.

Savons-nous nous rendre disponibles à ce don ? Savons-nous prendre le temps du regard et de la reconnaissance face à la création ? Savons-nous goûter cette joie toujours renouvelée des créatures face à leur Créateur, des enfants face à leur Père ?

 

 

Nous prions pour notre envoyé à Djibouti, sa famille et toute l’Église, en partageant ces lignes du Pasteur Alain Houziaux.

Si vous vous sentez inutile, n’ayez crainte, les lys des champs le sont aussi, ainsi que les oiseaux du ciel, et bien des nocifs coûtent plus cher à la société que vous.
Si votre seule tâche d’aujourd’hui est de regarder l’arbre devant chez vous, soyez-en fier. Vous avez sans doute été le seul à le faire et cet arbre doit être regardé puisqu’il est là.
Si vous souhaitez votre mort, pensez à ceux qui, sachant qu’ils vont périr sous peu, voudraient prolonger leurs jours par une vie telle que la vôtre. Ils la trouvent infiniment précieuse et ils sont raison.
La vie est un cahier dont chaque jour tourne la feuille. Le matin vous écrirez au bas de la page encore blanche ce petit mot : Amen !
Et au-dessus de cette signature, laissez s’écrire les lignes de votre journée avec leurs pleins et leurs déliés.
Et votre consentement ôtera à ce jour son poison d’amertume.
Vous saurez que les heures de votre vie sont portées par Quelqu’un qui les veut pour vous. Faites-lui crédit ! Faites-lui confiance.

Alain Houziaux, Paraboles au quotidien.