Les jeunes visiteurs dans le jardin du Défap © Défap

Jeudi 26 avril : au deuxième étage du 102 boulevard Arago, dans la «salle de cours» du Défap (celle-là même où avait lieu, au temps de la Société des Missions Évangéliques de Paris, la formation des futurs envoyés), un petit groupe est réuni en demi-cercle. Il y a là neuf jeunes venus de quatre paroisses de la région Est-Montbéliard et leurs accompagnateurs. Ils sont en train d’évoquer ensemble les quatre jours qu’ils viennent de passer dans la capitale. Quatre journées largement consacrées au Défap, à son histoire, à ses activités, mais aussi à des visites dans Paris liées aux thématiques de la découverte et de l’échange, comme le musée du Quai Branly ou le Centre Georges Pompidou.

Aux yeux de Dalip Hugon, coordinateur Jeunesse pour la région Est-Montbéliard de l’Église Protestante Unie de France, l’objectif du voyage était clair : «Susciter des vocations chez les jeunes». Quel genre de vocation ? Celle de partir en mission à l’international à travers un Service Civique ou en tant que Volontaire de Solidarité Internationale, par exemple ; ou plus largement, toute forme d’engagement au service des autres à travers la Mission. Pari réussi, si l’on en juge par les réactions des jeunes visiteurs : «Ils se sont vraiment sentis accueillis au Défap, ils ont pu voir que c’est une maison qui vit, où l’on peut rencontrer des gens de divers horizons», estime Valérie Mitrani, accompagnatrice du groupe et pasteur d’Épinal, Thaon-les-Vosges et Remiremont. «Pour eux, cette visite représentait une vraie découverte. Les appréciations sont positives ; et dans le feu de l’action, il y en a même un ou deux qui ont dit : s’engager, pourquoi pas ?»

«Une réelle méconnaissance de la Mission chez les jeunes»

L’idée de ce voyage était née lors de la pastorale régionale organisée en juin 2017. Florence Taubmann, responsable du service Animation France – Jeunesse du Défap, invitée dans la région Est-Montbéliard, avait alors évoqué le projet «Voir et revoir Paris», visant à ouvrir les portes de la «maison des Missions» à des groupes issus de diverses paroisses, pour leur permettre de mieux connaître son histoire et son fonctionnement actuel. «Cette offre du Défap correspondait à un réel besoin chez nous», souligne Dalip Hugon. «Nous avions pu constater, dans nos Églises, une réelle méconnaissance de la Mission chez les jeunes». L’organisation du voyage se met dès lors sur pied : outre Dalip Hugon, les jeunes seront accompagnés par Valérie Mitrani et son mari, David Mitrani, pasteur lui aussi ; trois réunions successives permettent de construire le programme, de définir l’offre proposée aux jeunes. Public visé : celui des «post-caté» (adolescents-jeunes adultes). «Il y avait pour nous plusieurs points importants, insiste Dalip Hugon : tout d’abord, que cette visite permette une dynamique consistoriale, avec plusieurs paroisses associées au projet. Ensuite, l’aspect participatif. Chacun devait avoir un temps de service, qu’il s’agisse de servir les repas, de ranger, de s’occuper de l’aumônerie…» Et voilà comment, dans la deuxième moitié du mois d’avril, un groupe de jeunes venus de trois paroisses vosgiennes et d’une paroisse meurthe-et-mosellane débarque à Paris et vient pousser la porte du 102 boulevard Arago.

Les accompagnateurs : Dalip Hugon (à gauche) Valérie Mitrani (au centre) et David Mitrani (à droite) © Défap

Le programme s’établit autour de trois axes, que détaille ainsi Valérie Mitrani : «la découverte du Service Protestant de Mission dans ses divers aspects – notamment tout ce qui tourne autour de l’envoi et de l’accueil – et de l’histoire de la Mission ; l’animation biblique ; et une découverte de Paris en lien avec le thème de la visite». Au Défap même, les neuf jeunes et leurs trois accompagnateurs ont trois temps d’animation. Le premier, avec Florence Taubmann, est consacré à une approche biblique de la Mission. Le deuxième, avec Laura Casorio, du service Relations et Solidarités Internationales, détaille les activités du Défap en lien avec l’envoi de volontaires à l’international. Le troisième, avec Claire-Lise Lombard, prend la forme d’une visite de la bibliothèque du Défap, où une exposition est organisée, ainsi que des archives. Autant de manières de montrer d’où vient la Mission, et de quelle manière elle se vit aujourd’hui. «La Mission, résume Valérie Mitrani, ce n’est pas seulement pour les autres. S’engager, ce n’est pas quelque chose d’impossible. Nous voulions montrer aux jeunes qu’eux aussi, ça peut les concerner».

Retrouvez ci-dessous quelques images mises en ligne par les jeunes de la région Est-Montbéliard à l’occasion de leur visite :

Rencontrez la maison, découvrez la mission
Visiter la maison du service protestant de mission ? Et pourquoi pas ! C’est l’occasion d’un périple culturel qui met en lumière l’histoire des missionnaires protestants et permet d’éveiller la curiosité des jeunes visiteurs.
Pour préparer la visite, certains lanceront des discussions sur le sens des mots « mission » et « vocation » ou sur les raisons d’un départ en mission. A travers cette visite, vous pourrez ainsi suivre l’histoire des missions …et celles des missionnaires.
Histoires d’autrefois, cartes du monde, portraits, chapelle, salon rouge, bibliothèque, bureaux, salle de cours, musée… la visite est riche et toujours orientée autour des missionnaires, des lieux de mission et des objets rapportés par les envoyés.
Cliquez sur l’image ci-contre pour avoir toutes les informations sur les week-ends et mini-séjours «découverte» proposés par le Défap sur le thème «Voir ou revoir Paris».