La Nouvelle-Calédonie a été durement touchée par des pluies exceptionnelles qui ont frappé le relief du 20 au 22 novembre. Plus de 400 mm d’eau ont été enregistrés dans la nuit de lundi à mardi. Un glissement de terrain consécutif à ces fortes pluies a tué plusieurs personnes sur la commune de Houaïlou. C’est là que se trouve le groupe scolaire protestant Do Neva, fondé par Maurice Leenhardt*. L’établissement a dû fermer ses portes. Thomas Carlen, ancien envoyé du Défap en est le directeur. Il nous décrit la situation.

 

« Nous n’avons jamais vécu une telle crise. Tout le mobilier scolaire mais aussi informatique et administratif a été détruit. Les archives sont perdues. Alors que nous sommes en pleine période d’examen, les 32 élèves internes ont du être envoyés à plus de 150 km. Ils sont sains et saufs. Nous avons, à la suite de cette catastrophe, mis en place une cellule d’accompagnement psychologique.
L’urgence a d’abord été, dès lundi, de rétablir les moyens de communication avec l’extérieur ainsi que les accès au centre. Nous avons mis en sécurité les élèves et cherché, avec la paroisse, des solutions pour subvenir aux besoins de tous, à commencer par les rations alimentaires. Nous nettoyons sans relâche les bâtiments et faisons le tri du mobilier qui pourrait encore être utilisé. Notre objectif : accueillir dès lundi prochain les étudiants, à condition que les routes soient praticables bien entendu, ce qui est encore loin d’être le cas. Météo France annonce un nouvel épisode de pluie le week-end prochain.
Un conseil d’administration extraordinaire est prévu lundi prochain, pour évaluer l’ensemble des dégâts et faire le point sur l’avenir.
L’exploitation agricole, certifiée agriculture biologique, est totalement sinistrée. Nous avons perdu toute la production.
Les brevets des collèges auront lieu les 7 et 8 décembre et nous devons tout faire pour accueillir les élèves dans les meilleures conditions.
Nous avons une pensée très émue pour le personnel du centre, plusieurs d’entre eux ont perdu des proches dans les éboulements qui ont suivi l’inondation. Nous les accompagnons du mieux que nous le pouvons.
Enfin, je tiens à remercier l’ensemble des protestants français et le Défap pour le soutien qu’ils nous apportent dès aujourd’hui et dans les temps difficiles qui s’annoncent déjà. »

 

Avril 2016, les étudiants montrent leurs plantationd de bananiers aujourd’hui sous les eaux

Bertrand Vergniol s’était rendu au lycée en avril dernier. Il rappelle que ce fleuron de l’Alliance scolaire évangélique en Nouvelle Calédonie a été le premier établissement de formation destiné aux populations Kanak. Des milliers d’hommes y ont appris un métier et reçu une éducation, de celle qui fait de nous des hommes et des femmes debout.
Une fois les dégâts évalués, le directeur de l’établissement, Thomas Carlen, nous proposera un projet précis de reconstruction à soutenir. Le Défap lancera alors une campagne de dons à l’occasion des fêtes de Nöel.

*envoyé par la société des Missions de Paris en 1902 (SMEP), l’ancêtre du Défap.

 

Quelques chiffres
Le lycée agricole de Do Nova accueille une centaine d’élèves répartis sur quatre cursus : un CAP agricole section culture région chaude, un CAP services aux personnes et vente en milieu rural, un bac Pro horticole, (classe de seconde, première et terminale) et un bac Pro service au personne et territoire (classe de seconde, première et terminale).
Le collège comprend quatre classes (de la 6 ème à la troisième) et l’école primaire deux (CM1 et CM2). Ces deux bâtiments, situé sur la zone haute de Do Neva n’ont pas subi l’inondation.
Au total, c’est tout un environnement socio professionnel qui est impacté : 16 professeurs contractuels de l’état au lycée,  2 employés dans l’exploitation agricole, 1 institutrice,  10 professeurs de collège, 6 éducateurs, deux hommes d’entretiens et 3 cuisiniers, sans compter la direction.
En fin, il est à noter que 90% des élèves du lycée sont internes.