Fiche pays Martinique

La Martinique (« Matnik » en créole), est une île des Antilles françaises à la fois région d’outre-mer, département d’outre-mer et région ultrapériphérique européenne située dans les Caraïbes. Elle est française depuis 1635.

  • Période pré-coloniale– La Martinique est peuplée successivement par des peuples Amérindiens venus du sud-est de l’Amérique du Sud: les premiers arrivés sont les Arawaks (peuple vivant de la chasse, de la pêche et de la cueillette), qui sont chassés ensuite chassés par les Caraïbes ou Kalinas, peuple guerrier amérindien.
  • 1635 – Installation à Saint-Pierre des premiers colons français sous l’autorité de Pierre Belain d’Esnambuc. Un an après, Louis XIII autorise l’introduction d’esclaves dans les Antilles françaises.
  • 1648 – La Compagnie des Isles d’Amérique fait faillite et les îles sont à vendre. Jacques Dyel du Parquet achète la Martinique.
  • 1685 – Établissement du « Code noir » de Colbert qui régit la vie des esclaves en 60 articles.
  • 1720 – Gabriel de Clieu, gouverneur de la Martinique, introduit le café aux îles.
  • 1762/1814– Vagues successives d’occupation anglaise. Ses conséquences son très importantes et l’île se différencie un peu plus de la Guadeloupe.
  • 1794 – La Convention abolit l’esclavage. La Martinique, sous occupation anglaise, n’applique pas le décret.
  • 1802 – Traité d’Amiens avec les Anglaus, qui se retirent des Antilles. Napoléon Ierrétablit l’esclavage.
  • 1807 – L’Angleterre interdit la traite négrière; la France, en guerre, ne suit pas.
  • 1815 – Napoléon Ierinterdit la traite négrière lors des Cent Jours. Son successeur Louis XVIII est obligé de s’y plie, devant la pression anglaise. Toutefois, l’interdiction ne sera réellement appliquée qu’à partir de 1831.
  • 1844/1845– Premières usines sucrières; la production industrielle s’accélère.
  • 1848– Abolition de l’esclavage (célébrée le 22 mai), par un décret de Victor Schoeler.
  • 1853 – Début de l’immigration indienne.
  • 1871 – IIIe République. Représentation des colonies à l’Assemblée nationale, à la Chambre des députés, puis au Sénat. Les nombreuses réformes lancées en France (laïcité, gratuité de l’enseignement, etc…) trouvent un écho en Martinique.
  • 1902 – Éruption de la montagne Pelée: destruction de la ville de Saint-Pierre, mort d’environ 27 000 personnes. Fort-de-France cumule les fonctions de capitale administrative, commerciale, financière et culturelle.
  • 1914 – Première Guerre Mondiale et départs des premiers conscrits. La guerre permet à la Martinique d’exporter du rhum massivement jusqu’en 1922.
  • 1928/1930– Introduction de la banane dans l’économie.
  • 1946 – La Martinique devient un département français, représentée par quatre députés et deux sénateurs. Un an plus tard, Pierre Albert Trouillé est le premier préfet de l’île.
  • mars 1999– La banane martiniquaise est au centre de la bataille commerciale que se livrent les États-Unis et l’Europe.
  • 2000 – Loi d’orientation pour l’outre-mer.
  • 2003 – « Plus de responsabilité et moins d’assistanat ». La réponse pourrait-elle être la Loi de programme pour l’outre-mer? En avril 2003, le Conseil régional annonce la création d’un fonds de soutien à l’économie locale pour relancer l’investissement. Décembre 2003: référendum sur l’avenur institutionnel. Le « non » l’emporte de justesse avec 50.48% des suffrages.

Code départemental: 972

Population:

Économies locales: raffinage du pétrole, construction, rhum, ciment, produits alimentaires (banane, ananas).

Taux de chômage:

Religions:

Taux de prévalence au sida:

Indicatif Internet:

Indicatif téléphonique:

Membre d’organisations internationales:

  • Association des États de la Caraïbe (AEC).

La Martinique (« Matnik » en créole), est une île des Antilles françaises à la fois région d’outre-mer, département d’outre-mer et région ultrapériphérique européenne située dans les Caraïbes. Elle est française depuis 1635.

La Martinique est située dans l’arc des Petites Antilles, dans la mer des Caraîbes, entre la Dominique, au nord et Sainte-Lucie au sud, à environ 450 km au nord-est des côtes du Vénézuela, et environ 700 km au sud-est de la République dominicaine.

Elle devrait son nom à Christophe Colomb, premier Européen à la découvrir le 15 juin 1502. L’île est alors appelée Madanina, Madiana ou Mantinino par ses habitants, les Kalinas. Le nom a évolué selon les prononciations en Madinina, « l’île aux fleurs », Madiana, Matinite et enfin, pat influence de l’île voisine de la Dominique, le nom est devenu Martinique. D’après l’historien Sydney Daney, l’île aurait été appelée Jouanacaëra, soit « l’île aux iguanes » par les Caraïbes, peuple amérindien.

«Les nouveaux visages du protestantisme» : une ode à la diversité

A travers son dernier ouvrage publié aux éditions du Signe, Albert Huber, photographe et témoin engagé de la vie du protestantisme en France et dans le monde, trace un portrait sensible de communautés d'Alsace, d'Allemagne, du Liban, d'Inde, du Bénin, de Chine, de Madagascar... Si diverses dans leurs modes de vie et dans les expressions de leur foi, et pourtant unies par leur spiritualité. Une ode à la rencontre des cultures et à la Mission.

Lire la suite

Les archives antérieures à cette date sont en cours de traitement. Elles seront accessibles prochainement. A très bientôt !

Christian, futur envoyé du Défap

Il partira le mois prochain pour quatre ans de mission en Guadeloupe et en…