Du 5 au 7 octobre se tient au 102 boulevard Arago la «session retour» des envoyés du Défap. Un moment charnière de l’année au Défap, parallèle à la session de formation au départ qui se déroule traditionnellement début juillet : il s’agit, cette fois, non plus de savoir partir, mais de savoir revenir. Mettre des mots sur son expérience, la partager avec les autres volontaires et avec le Défap, en faire le bilan… et savoir quoi construire à partir d’elle.

Photo de groupe de la session retour d’octobre 2016 © Défap

 

Partir, c’est une chose… mais il faut savoir revenir. Ne pas négliger la problématique de la réadaptation à un contexte que l’on a laissé derrière soi pendant des mois ou des années, que l’on croit trop bien connaître… et qui peut avoir évolué pendant qu’on était au loin. À moins que l’on n’ait changé soi-même… Revenir, c’est réapprendre à vivre avec ceux qui sont restés et dont la vie s’est poursuivie, parfois dans une autre direction ; redécouvrir un mode de vie, se projeter dans l’avenir… mais sans oublier tout ce que l’on aura vécu entretemps ailleurs, avec d’autres, ni tout ce que l’on aura appris.

Vue de la session retour 2013 © Défap

C’est toute la richesse des «sessions retour» que le Défap organise régulièrement début octobre. Des rendez-vous qui rassemblent les envoyés revenus récemment de mission, après avoir passé entre plusieurs mois et plusieurs années loin de France. Pour cette session 2018, qui va se dérouler du vendredi 5 au dimanche 7 octobre, une petite quinzaine de personnes seront présentes au 102 boulevard Arago, à la fois des Services civiques et des VSI (Volontaires de Solidarité Internationale). L’objectif étant de permettre que cette expérience du volontariat ne se résume pas, pour celles et ceux qui l’ont vécue, à une parenthèse dans leur vie ; de trouver comment l’exprimer, en faire un atout. Dans tous les cas, l’expérience du volontariat est de celles que l’on n’oublie pas. Avec ses rencontres, ses difficultés, ses coups de cœur et ses coups de cafard ; et tout ce que l’on apprend, qui change le regard sur soi et sur les autres. Autant de choses qu’il est important de partager…

Qui est parti, qui est revenu ?

Pour aller plus loin :

La session retour des envoyés est donc un moment clé de la vie du Défap, parallèle aux sessions de formation qui se déroulent traditionnellement courant juillet. C’est l’une des rares périodes au cours desquelles les envoyés du Défap ont véritablement l’occasion de se retrouver en groupe et d’échanger. Si la session de formation permet à chacun de savoir où il part, comment y vivre, et de s’interroger une ultime fois sur ses propres motivations au départ, la session retour doit permettre de voir qui revient, dans quelles conditions, et pour quel(s) projet(s) de vie. Au-delà de la convivialité, c’est donc l’occasion de faire un bilan et de construire la suite. Cette session doit permettre à chacun de : s’exprimer sur l’essentiel ; être entendu par le Défap et ses pairs ; mieux se connaître et découvrir l’expérience des autres ; remettre en perspective son engagement dans la durée.

Une session retour se déroule donc traditionnellement en quatre temps :

  • Le partage d’expérience : mettre des mots, partager et être entendu sur son expérience
  • Le bilan : évaluer ce qui a été vécu
  • Le témoignage : traduire l’expérience, structurer le discours pour raconter
  • L’engagement : trouver des modalités (propres à chacun) d’enrichir sa vie de retour à partir de son expérience passée

Depuis quelques années, ces rendez-vous donnent aussi lieu à la constitution d’un «journal de la session retour», destiné aux permanents et aux instances du Défap. Avant de se retrouver, les (anciens) envoyés ont donc été à nouveau sollicités pour fournir une lettre résumant leur expérience et leurs premières impressions au retour. Une première manière, avant même de se retrouver en groupe au 102 boulevard Arago, de mettre des mots et de faire un bilan de ce qu’ils/elles ont vécu…