Aller au contenu. | Aller à la navigation

 

 

Au sommaire :

Voeux du Défap : « vivons 2017 comme une année de grâce»

Date de publication : 25/01/2017

Plus d’une cinquantaine de personnes étaient réunies le 20 janvier 2016 pour assister à la traditionnelle cérémonie des vœux du service protestant de mission. Retour sur une soirée porteuse d’espérance pour cette nouvelle année qui démarre.

« Le rôle des missions est avant tout d’apprendre pour comprendre. Les ambassades sont dans les capitales. Les églises sont là où sont les gens et elles appréhendent la réalité de leur vie », c’est avec un message fort que le secrétaire général du Défap, Bertrand Vergniol, a ouvert cette soirée des vœux. Une introduction à sa prise de parole qui s’est ensuite orientée sur le lycée protestant Do Neva et son fondateur Maurice Leenhardt. En novembre 2016, ce lycée agricole, de la commune de Houaïlou en Nouvelle Calédonie, a été contraint de fermer suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région. Depuis le début du drame, le service protestant de mission s’est impliqué dans l’aide à la reconstruction du complexe scolaire, via un appel aux dons lancé notamment sur son site, pendant la période des fêtes de fin d’année. 

 


Bertrand Vergniol ouvrant la cérémonie des vœux
( janvier 2017, DR )

 

Rodolphe Gozegba s’est ensuite exprimé devant l’assemblée attentive. Ce jeune pasteur doctorant, boursier du Défap, a rappelé son parcours : « je suis de confession évangélique mais je me considère de plus en plus comme un chrétien réformé. Je n'ai pas réformé ce en quoi je croyais. Je réforme seulement ma foi en Dieu. Au Maroc, j'ai appréhendé ma foi dans un contexte interreligieux ».
Le jeune pasteur centrafricain a alors abordé plusieurs thèmes d’actualité comme la crise centrafricaine, le dialogue interreligieux et la place des leaders religieux dans notre société. Pour lui, « les prêtres, cardinaux, pasteurs, rabbins et imams construisent la paix…au-delà de leur différences religieuses ».

 


Rodolphe Gozegba, janvier 2017, DR

 


Assemblée attentive lors de la cérémonie des vœux, DR

 

Entre chaque prise de parole, Danielle Vergniol a partagé ses créations musicales à la guitare. Des chansons aux compositions originales tantôt sur la place de l’Eglise, tantôt sur l’accueil des étrangers.

 


Danielle Vergniol interprétant ses chansons à la guitare, janvier 2017, DR


Le pasteur Joël Dautheville, président du Défap, a clos la cérémonie avec le partage de cinq vœux pour 2017. Pour cette nouvelle année, il a exprimé son souhait que le service protestant de mission « amplifie son objectif d’être la maison commune des églises qui le composent et que l'engagement reste au cœur du Défap » ; mais également « que l'église locale soit universelle et qu'elle renvoie à l'universel » et « que le Défap soutienne l'accueil et ne le délègue pas ». Enfin, le président a affirmé sa volonté qu’en 2017 le service protestant de mission conserve sa vocation à dénoncer les inégalités et les déviances politiques. « Celui qui dénonce doit aussi montrer des chemins d’espérance », a-t-il insisté.

 


Joël Dautheville clôturant la cérémonie, janvier 2017, DR


Le mot du président s’est alors conclu sur un message porteur d’espérance : « j'appelle de mes vœux que le Défap aide les églises à témoigner à temps et à contretemps de l'espérance du Christ, qui donne du sens à la vie ».

 

A la fin de la soirée, Danielle Vergniol a interprété une dernière chanson sur la définition de son Eglise, à l’occasion des 500 ans de la Réforme.

 

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : ,