Aller au contenu. | Aller à la navigation

Gwennaëlle, assistante d’éducation en Tunisie

Date de publication : 09/06/2017

Partie comme assistante d’éducation à Tunis, Gwennaëlle Taesch revient aujourd’hui sur sa mission qui touche bientôt à sa fin. Et elle dresse un bilan plutôt positif.

Canada, Islande… Gwennaëlle Taesch avait déjà voyagé avant de partir en mission. Du haut de ses 21 ans, cette jeune strasbourgeoise s’est immédiatement engagée dans la mission d’éducation que lui a proposé le Service protestant de mission.
« J’aimais voyager et le fait de travailler sur place me séduisait », nous raconte Gwennaëlle. « En plus, le service civique est intéressant, il permet d’apporter une utilité à son voyage et de s’investir auprès des autres ».

 

La mission, le Défap… Gwennaëlle en avait entendu parler à travers les retours de Luc Carlen, qui est ami avec ses parents. « J’avais déjà envoyé mon dossier quand j’ai su que Luc Carlen connaissait le Défap », précise la jeune femme. Luc Carlen est bien connu du service protestant de Mission. C’est un ancien envoyé du Défap au Cameroun, parti en mission en tant qu’infirmier à Garoua, une ville au nord du pays.

Après avoir suivi la formation du Défap destinée aux futurs envoyés, Gwennaëlle est partie vers la Tunisie en septembre 2016. Arrivée à l’école Kallaline de Tunis comme assistante d’éducation, elle a rapidement su s’intégrer dans l’équipe enseignante. « L'objectif de ma mission pour les élèves est de leur apprendre le français », précise Gwennaëlle.



Gwennaëlle posant avec des élèves de l’école Kallaline, DR

 

Sur place, la jeune envoyée a participé à différents projets pédagogiques. Dans certains, elle s’y est impliquée entièrement. « J'ai créé mon club de musique ; une pièce de théâtre et du soutien personnalisé le mercredi/jeudi soir », nous explique-t-elle. Tandis que d’autres projets se développent durant l’année scolaire. « J'ai un projet de sensibilisation à la pollution qui se met en place doucement. J'aimerais organiser une sortie avec une classe, où l'on irait à la plage et où on ramasserait tous les déchets. A côté de ça, dans le club musique, nous apprenons un chant en rapport avec la protection de la planète. »



Gwennaëlle et des collègues à la vente de livres d’occasion, 2017, DR

 

Partir en mission est une expérience de vie unique pour les envoyés. Gwennaëlle reconnaît que les mois passés à l’école Kallaline l’ont transformée. « J'ai parfois du mal à comprendre ce que je fais ici, et parfois j’y vois clairement. Mes émotions ici sont multipliées par 10. Cette expérience est unique, elle m'apprend à accepter la vie au lieu de toujours m'y opposer, elle m'apprend la patience et la maîtrise de moi. Quand je rentrerai en France, je sais que des points me manqueront tels que le partage, l'accueil et la gentillesse que j’ai trouvés en arrivant ici. »

 

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : ,