Aller au contenu. | Aller à la navigation

L’échange théologique entre Eglises de cultures différentes : une volonté qui ne se dément pas

Date de publication : 03/06/2016

Le Défap porte depuis toujours un programme de bourses théologiques. Cette spécificité est inscrite dans l’ADN de l’institution. Les échanges entre les différentes cultures théologiques favorisent le débat et permettent au réseau de développer ses compétences.
L’échange théologique entre Eglises de cultures différentes : une volonté qui ne se dément pas

Université Protestante au Congo, Kinshasa (Source : site de l'UPC)

 

Le projet des boursiers du Défap s’inscrit dans un programme plus large, celui de la formation théologique. Il poursuit plusieurs objectifs.

 

Université Protestante au Congo, Kinshasa (Source : site de l'UPC)

Université Protestante au Congo, Kinshasa (Source : site de l'UPC)

 

En premier lieu, celui d’aider chaque faculté partenaire à se doter d’un professeur référent pour chaque discipline théologique.

A Madagascar par exemple, il y avait une carence en théologie biblique. Le Défap a donc formé deux professeurs de Nouveau Testament et commence à en former un en Ancien Testament.

L’institution apporte son soutien et ses compétences « sur-mesure », selon les besoins des facultés et des universités partenaires.

 

Tisser des liens multilatéraux

 

Le second but de la formation théologique du Défap est de développer des liens entre les facultés de théologie du Nord et celles du Sud pour développer une théologie interculturelle.

Les boursiers sont un élément clé de ce dispositif. Ce seront eux les cadres des facultés de théologie de demain, dans les pays où le Défap intervient. Dans les faits, les boursiers deviennent assez souvent doyen de leur faculté ou directeur d’un département.

 

De cette façon, un réseau d’amis du Défap se développe dans les facultés du sud. Il n’existe pas de facultés et universités protestantes, dans le pays où le Défap entretient des partenariats, qui ne compte pas un ancien boursier du Défap dans ses cadres, même celles avec lesquelles Défap travaille peu, comme l’importante université de Kinshasa (UPC).

Ce réseau d’anciens boursiers du Défap permet de développer les relations avec des facultés en France.
Ces théologiens, une fois formés, connaissent à la fois la manière de faire de la théologie dans le Nord et dans le Sud. Ces ponts sont indispensables pour garantir des relations saines et réciproques.

 

Publications

 

Nous arrivons donc au troisième objectif de ces échanges, les publications. Les travaux des boursiers sont fréquemment publiés et les ouvrages, pas seulement disponibles en Afrique mais également en Europe, sont marqués par les deux cultures, deux approches de la théologie.

Ainsi s’élabore une « théologie interculturelle » entre culture occidentale et culture africaine.

 

Quelques exemples de ces boursiers


Sébastien Kalongo, professeur à Kinshasa, a travaillé avec des chercheurs du CNRS. Il vient de publier le premier tome d’un ouvrage en deux parties sur les Pentecôtismes africains. Cette thématique intéresse énormément les chercheurs français, qui ont par ailleurs expliqué qu’ils n’auraient pas pu avoir ce matériel important sans l’aide du boursier du Défap.

Nadège Ngo Lend a réalisé sa thèse de doctorat en cotutelle (France-Cameroun) et va publier ici un ouvrage consacré à la dynamique de la transculturation, élaboré à partir des archives du Défap.

Samuel Dawai est en train de travailler avec un professeur de Montpellier sur un ouvrage concernant les millénarismes africains. En Afrique, il existe de nombreux courants millénaristes aujourd’hui, notamment des sectes qui inspirent tous les courants extrémistes, musulmans et chrétiens.

Lévin Ngangura, également boursier du Défap, a publié plusieurs ouvrages en France, notamment sur les femmes de la Bible.



Les boursiers du Défap sont principalement africains, mais aussi haïtiens ou nicaraguayens. La plupart sont repérés par des professeurs français lorsqu’ils donnent des cours sur place. Chaque année, on en compte une petite dizaine.

Ce programme de formation théologique est constitutif de l’histoire du Défap.

Si l’un des objectifs principaux reste le développement du réseau de boursiers, il est aussi primordial que ces derniers tissent des relations entre eux. C’est dans ce but que le Défap organise des week-ends boursiers. Ils sont l’occasion de créer un véritable réseau.

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more