Aller au contenu. | Aller à la navigation

Intégrer les enfants sourds dans les écoles

Date de publication : 10/04/2015

A l’occasion de la rencontre entre Simon Bidihou Mouanga, directeur de l’enseignement protestant au Congo, avec le CROP, Centre de rééducation de l’ouïe et de la parole, le Défap revient sur son projet d’aide aux enfants sourds, projet financé en partie par les Eglises d’Alsace.
Intégrer les enfants sourds dans les écoles

Ecole d'Owendo, nord du Congo

Le « projet des enfants sourds » au Congo a démarré en 2012.

Le but de cette initiative est de mettre en relations organismes protestants de France et de l’étranger. Le tout est parti d’un travail d’aumônerie pour les sourds dans une Église au Congo : le projet a été poussé plus loin avec l’idée de les scolariser et d’ouvrir des classes dédiées.

 

Photo du bâtiment principal de l'école d'Owendo, au nord du Congo

 

Le CROP, partie prenante du projet, est un organisme protestant français qui travaille déjà en Afrique et depuis plus de cent ans sur l’école inclusive, c’est-à-dire l’intégration des enfants sourds dans des écoles classiques. Il n’enseigne pas la langue des signes, mais travaille sur l’oralisation (qui est possible si enseignée à un jeune âge) et la lecture sur les lèvres. C’est un long processus, car il nécessite l’implication de spécialistes pour former les enseignants concernés.

 

Le Département de l’Enseignement Protestant avec l’aide du Défap souhaite développer cette approche dans des écoles au Congo. Quatre-vingts écoles protestantes sur place travaillent ensemble et les formations des enseignants ont débuté en septembre 2013. Le processus se fera en deux temps : les enseignants formés vont accueillir des enfants sourds dans leurs écoles, dans une classe spéciale, puis, à terme, quand les enfants auront acquis les techniques, ils seront intégrés dans des classes classiques.

 

Photo d'une salle de classe de l'école d'Owendo, au nord du Congo

 

Le projet est en cours. Les formations ont repris en septembre 2014, et un point a été fait sur l’avancement du projet. Des bénévoles du CROP ont formé des enseignants à Brazzaville, à l’Institut des jeunes sourds de la ville, une école catholique.

 

L’idée, pour le moment, est de créer deux unités, une dans le nord du pays, une dans le sud, unités reproductives dans les autres écoles. Une unité comporte deux enseignants, un orthophoniste spécialisé, une cabine d’orthophonie et une classe « pilote ». Le but étant que, sur ces exemples, des classes du même type soient reproduites.

 

Photo de l'école d'Owendo, Nord du Congo

 

Il reste cependant difficile de trouver des bénévoles.
Le projet se confronte à de nombreuses difficultés, tant du côté européen que du côté africain. Du côté africain, le manque de moyen et des problèmes de structure ralentissent les choses et du côté européen, une certaine frilosité fait que les engagements des uns et des autres manquent de constance.

 

Le développement de ce projet a permis à l’aumônier qui avait mis en place un travail avec les enfants sourds, le pasteur S. Yengo, puis à M. Simon Bidihou Mouanga, de venir travailler avec les gens du CROP et de confronter ces derniers à l’interculturalité.

 

On peut rêver, à terme, d’organiser des rencontres entre enfants sourds français et congolais….

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : , ,