Aller au contenu. | Aller à la navigation

Haïti : un enjeu important pour le protestantisme dans les Caraïbes

Date de publication : 27/05/2015

Le pasteur Jean-Pierre Anzala s’est rendu en Haïti fin avril/début mai 2015 pour assister à l’Assemblée Générale de la Fédération Protestante d’Haïti mais aussi pour poser les jalons de plusieurs projets.
Haïti : un enjeu important pour le protestantisme dans les Caraïbes

Assemblée générale Haïti

 

Présentation


Jean-Pierre Anzala est pasteur de l’Eglise réformée de Guadeloupe et Martinique depuis 2011. Son mandat a été renouvelé pour un an supplémentaire, jusqu’en 2016. Il est ministre depuis huit ans de l’Église Protestante unie de France. Après un stage pastoral à Montauban, il a pris son premier poste à Brest, de 2007 à 2011. Le Défap lui a ensuite proposé son poste actuel.


Il est en outre envoyé comme aumônier régional des prisons de Guadeloupe, Guyane et Martinique.
Il vit en Guadeloupe avec sa femme, Elizabeth, et leurs trois garçons.

 

Pourquoi s’est-il rendu en Haïti ?


En tant que délégué du Défap et de la Fédération Protestante de France pour la Guadeloupe, le pasteur Anzala a été envoyé en Haïti à l’initiative du secrétaire général du Défap, Bertrand Vergniol, afin d’assister, le 1er mai 2015, à l’Assemblée générale de la Fédération Protestante de Haïti, qui devait élire un nouveau Comité exécutif.

 

Photo de l'Assemblée Générale

Assemblée générale de la Fédération Protestante de Haïti

 

Quelles ont été les conclusions de cette AG ?


« Le Secrétariat Général de la Fédération Protestante de Haiti (FPH) informe qu'un nouveau Comité exécutif est élu à sa tête. La Cérémonie d’Investiture de ce nouveau Comité, dont le Rév. Pasteur Sylvain Exantus est le président réélu, se fera le dimanche 24 Mai 2015 (…) », indique le communiqué officiel. Le président sortant, qui s’était présenté pour un troisième mandat, a donc été réélu. Le vote a cependant été serré : seules 14 voix le séparaient de son challenger, le pasteur Wallière Pierre. Cela montre à la fois une volonté de continuité mais également de changement de la part des membres de la FPH.


Le pasteur Sylvain Exantus a contribué à établir la jeune Fédération Protestante de Haïti, qui représente différentes Églises protestantes locales. Son travail n’est pas terminé : la prochaine étape est de régionaliser la Fédération, car elle est aujourd’hui très concentrée à Port-au-Prince.

 

Assemblée générale - Haïti

Assemblée générale de la Fédération Protestante de Haïti

 

Impression à propos de cette Assemblée générale


Le pasteur Jean-Pierre Anzala a séjourné à Haïti du 28 avril au 2 mai 2015. Il a ressenti cette volonté de changement au sein de la Fédération, changement que conduit désormais le président réélu mais de façon trop timide pour beaucoup, notamment en ce qui concerne la régionalisation de la FPH.


L’autre volonté d’évolution vient de la part des femmes : elles veulent se faire entendre dans une fédération qui était jusqu’à présent à 100 % masculine. En effet, pour la première fois, une femme, Mme Eugénia Romain, a été élue vice-présidente du Comité exécutif de la FPH. Dans ce mouvement évangélique, ce n’était pas évident : elle a dû prouver qu’elle était bien née sur place, car seuls les locaux peuvent être élus à des postes de responsabilité en Haïti. C’est une belle chose que cet événement, nous dit le pasteur Anzala. Il a d’ailleurs souligné, dans son intervention orale, le fait qu’au sein de sa propre Église c’est une femme est qui est présidente.


En outre, un rapport a été réalisé par l'Institut Haïtien de l'Enfance, qui souligne la diffusion du protestantisme dans le pays : évoqué lors de l'Assemblée Générale, il laisse apparaître que 53% des femmes et 45% des hommes se disent protestants.

 

Photo AG Haïti

Assemblée générale de la Fédération Protestante de Haïti

 

À propos de la situation politique et sociale

 

Le pasteur était présent en Haïti il y a trois et deux ans. Il a vu le pays en ruines après le séisme de 2010. Aujourd’hui, il note un progrès considérable en termes de reconstruction et d’entretien des infrastructures.

Cependant, c’est un pays pauvre et on le voit. Le chômage est important et les injustices sociales parfois criantes. L’une des préoccupations importantes de la FPH est justement cette justice sociale car les écarts de richesse sont très importants, il n’existe pas de classe moyenne.

 

Quels étaient les objectifs de cette visite ?


L’objectif de la visite du pasteur en Haïti était de rentrer en contact avec la Fédération mais aussi de rencontrer l’Assemblée Chrétienne Unie d'Haïti, qui est en lien avec l’Eglise Protestante de Guadeloupe. En effet, la France s’est engagée à lancer un programme d’accompagnement à l’éducation en Haïti, car c’est un très gros problème dans le pays. En effet, si la scolarité est gratuite, l’Etat ne peut prendre en charge que 12 % de la population. Les Églises interviennent donc largement en prenant en charge, comme le font  également nombre d’organismes privés, l’enseignement.

 

L’Assemblée Chrétienne Unie d'Haïti possède une école à trois niveaux et un orphelinat. L’Église du pasteur Jean-Pierre Anzala a décidé d’aider ce programme d’enseignement : un protocole d’accord a été signé entre elle et la Fédération Protestante de Haïti. L’accompagnement sera financier mais aussi matériel si possible, l’idée étant d’établir plusieurs projets. En ce qui concerne l’orphelinat, l’association diaconale en Guadeloupe a décidé d’apporter son aide. Les projets seront soumis à la FPH pour leur donner plus de chance de réussite.

 

Carte de Haïti

En rouge, Haïti (Source : Google Maps)


Le pasteur a aussi signé un accord de partenariat avec la FEPH (Fédération des Ecoles Protestantes d'Haïti) ayant pour but de favoriser l'accès des enfants haïtiens à l’éducation et d'œuvrer pour qu’elle soit de qualité. L'école mixte Yahvé Shamma de l'Assemblée Chrétienne Unie d'Haïti en sera la première bénéficiaire.

 

Enfin, une collaboration est envisagée dans toute la région Caraïbes car elle possède une langue et une culture commune : le souhait est de développer les relations inter-protestantes dans la région, et cela passe beaucoup par Haïti.


Il faut savoir que la culture catholique est forte dans cette région, raison pour laquelle il est nécessaire de s’unir pour communiquer sur le protestantisme.

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : , ,