Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Session retour 2018 : prévoir l'atterrissage

Date de publication : 07/10/2018

Retrouver un logement, un statut, renouer avec ses proches, mais sans faire pour autant de l'expérience du volontariat une simple parenthèse ; valoriser les compétences acquises et garder les liens établis au cours de la mission : tels sont les défis auxquels sont confrontés les volontaires revenant en France à l'issue de leur mission. Bien atterrir, ça se prépare ; et c'est aussi l'un des enjeux de la session retour...
Travaux de groupes : simulation d'entretien d'embauche © Défap

L'entretien d'embauche commence plutôt fraîchement. L'employeur salue le candidat d'une rapide poignée de main, puis commente : «Vous avez cinq minutes de retard. On est en France ici, il faut arriver à l'heure.» Chacun prend place autour d'une table. D'un côté, un employeur distant, mais curieux, qui interroge le candidat sur les raisons d'un si long séjour loin de France ; de l'autre, un postulant qui tente de mettre en avant tout ce qu'il a appris et l'ouverture qu'il a acquise lors de cette mission à l'étranger... Tout autour, un public attentif, mais qui intervient parfois par des éclats de rire incongrus, ou des applaudissements : nous sommes au dernier jour de la «session retour» des envoyés du Défap. Le public, l'employeur, les candidats, sont tous des participants de la session qui ont accepté de se prêter au jeu d'une mise en situation, afin de voir de manière concrète les défis qui se posent à un retour de mission. Un peu plus tôt, d'autres acteurs improvisés s'étaient glissés dans la peau d'une famille accueillant un volontaire de retour. Avec un envoyé s'efforçant de partager la richesse de son expérience, et la manière dont elle a changé sa vision du monde, face à un père à l'attitude pressante : «Mais tu ne peux pas résoudre tout seul les misères du monde, on a investi sur toi... Tu dois trouver un boulot ; ton diplôme, c'est pour décorer la maison ?»

Derrière les rires entourant ces mini-pièces de théâtre, il y a des situations vécues, et des interrogations bien réelles. Le début de cette matinée du 7 octobre est consacré au retour et à la réinsertion après la fin d'une mission. Il faut savoir préparer l'atterrissage, avec tout ce qu'il comporte de défis matériels (trouver un nouveau logement, reprendre des études ou trouver un travail), administratifs, voire relationnels. Car pour les amis et les proches restés en France, la vie a continué ; ils ne sont pas nécessairement prêts à accueillir des récits qui les bousculent...

«Ton diplôme, c'est pour décorer la maison ?»

Pour aller plus loin :

Outre ces mises en situation, qui favorisent les prises de conscience et permettent à tous de mieux se préparer, trouver les mots, en fonction de cas de figure qu'ils seront sans doute amenés à connaître, il y a aussi des conseils pratiques. Des livrets sont distribués aux participants : «Le guide du retour, tout savoir», une brochure publiée par le CLONG-Volontariat, organisme dont fait partie le Défap et qui regroupe 14 associations concernées par le volontariat de solidarité internationale afin de permettre un échange d'expériences. Ce livret propose notamment des fiches pratiques pour aider les envoyés à mettre des mots sur les qualités personnelles et les compétences qu'ils ont développées au cours de leur mission. Il propose aussi un glossaire permettant de traduire le vocabulaire du volontariat dans le langage de l'entreprise, un tableau comparatif des convergences et divergences entre employeurs et anciens VSI...

Laura Casorio, responsable des envoyés, incite enfin les participants à s'interroger sur le contexte de leur mission : de leur point de vue, à quel projet individuel correspondait-elle ? Dans quel projet collectif s'inscrivait-elle ? Derrière chaque envoyé, il y a toujours des institutions : l'État qui encadre sur le plan légal et apporte des financements au dispositif, l'Église qui accueille, l'école, le dispensaire ou tout autre lieu de travail où se déroulera la mission, le Défap qui facilite les relations et en assure la gestion administrative... Quelles étaient les attentes et les objectifs du projet de départ, quels ont été les éléments majeurs pendant la mission ? Ces objectifs de départ, ont-ils été atteints, tant sur le plan collectif que du point de vue des attentes des volontaires ?

Dans tous les cas, rendre compte d'une expérience dense et riche, la valoriser pour la suite de son parcours, est un défi pour chaque envoyé. Et c'est un des enjeux de ces sessions retours du Défap...

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more