Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Quel nouveau nom pour nous ? Pour quelle mission ?

Date de publication : 08/01/2018

Méditation du jeudi 11 janvier 2018. Nous prions pour notre envoyée au Burundi.

Le lendemain, Jean était de nouveau là, avec deux de ses disciples. Quand il vit Jésus passer, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu ! »

Les deux disciples de Jean entendirent ces paroles, et ils suivirent Jésus.

Jésus se retourna, il vit qu’ils le suivaient et leur demanda : « Que cherchez-vous ? »

Ils lui dirent : « Où demeures-tu, Rabbi ? » – Ce mot signifie « Maître ». –

Il leur répondit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc et virent où il demeurait, et ils passèrent le reste de ce jour avec lui.

Il était alors environ quatre heures de l’après-midi.

L’un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et avaient suivi Jésus, était André, le frère de Simon Pierre.

La première personne que rencontra André fut son frère Simon ; il lui dit : « Nous avons trouvé le Messie. » – Ce mot signifie « Christ ». – Et il conduisit Simon auprès de Jésus.

Jésus le regarda et dit : « Tu es Simon, le fils de Jean ; on t’appellera Céphas. » – Ce nom signifie « Pierre ». – (en araméen : Kepa, «rocher») Jean 1, 35-42

 

 


Source : Pixabay

Selon l’évangile de Jean, André et le disciple qui l’accompagne furent disciples de Jean le baptiste avant de devenir disciples de Jésus de Nazareth. C’est Jean lui-même, en présentant Jésus comme « Agneau de Dieu », qui leur indique le chemin à suivre.

Attitude à saluer, dans notre monde où prévaut la rivalité, y compris dans les affaires spirituelles. Quel pasteur enverrait ses ouailles à un autre pasteur, mis à part les cas de déménagement ? Mais pourquoi la désignation de Jésus comme agneau sacrificiel pour les péchés provoque-t-elle cette réaction chez les disciples ? Ont-ils tant de choses à se faire pardonner ?

Autre surprise de cet évangile : c’est André et non Pierre qui rencontre Jésus le premier. C’est André qui le reconnaît comme Messie, et qui le nomme Christ. Il peut le faire à l’issue de cette mystérieuse rencontre de quelques heures passées avec lui. Mais c’est Simon, rebaptisé Pierre, qui recevra en ce nom la vocation de devenir pierre angulaire de l’Église.

Comment nous-même nous sentons-nous appelés ? Nommés ? Et si nous recevions un nouveau nom, lequel serait-ce ? Pour quelle mission ?

 

 


Prière d’action de grâce traditionnelle pour l’année 2017 ( Umuganuro) au Burundi (DR)

Nous prions pour notre envoyée au Burundi

Christ, tu n’as pas d’oreilles …

Tu n’as que nos oreilles
Pour entendre le cri de nos frères.

Christ, tu n’as pas d’yeux …
Tu n’as que nos yeux
Pour faire rayonner ta présence dans nos vies.

Christ, tu n’as pas de lèvres…
Tu n’as que nos lèvres
Pour parler de toi aux hommes d’aujourd’hui.

Christ, tu n’as pas de pieds…
Tu n’as que nos pieds
Pour accompagner les hommes sur ton chemin.

Christ, tu n’as pas d’aide…
Tu n’as que notre aide
Pour conduire les hommes à ton côté.

Nous sommes la seule Bible
Que les gens lisent encore
Nous sommes le dernier message de Dieu
Proféré en paroles et en actes.

Anonyme rhénan du XIV° siècle

 

 

En complément de cette méditation, retrouvez l'explication du texte biblique de Jean 1, 35-42 par Florence Taubmann, répondant aux questions d'Antoine Nouis pour Campus Protestant :

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more