Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Formation des envoyés : deux semaines qui changent une vie

Date de publication : 04/07/2018

Prévue en cette année 2018 du 9 au 20 juillet, la session de formation est l'aboutissement de toute une année : à la fois pour les futurs envoyés, dont la procédure de recrutement s'étale sur plusieurs mois, et pour le personnel du Défap, largement mobilisé en amont et pendant cette période de préparation au départ. C'est aussi un moment crucial d'échanges entre les futurs envoyés, qui ont là l'occasion de passer deux semaines ensemble, mais aussi d'interroger leurs motivations et de réfléchir à la manière dont ils se projettent dans leur future mission. Deux semaines qui annoncent un changement radical, sachant qu'on revient toujours changé de l'expérience du volontariat...
Les futurs envoyés du Défap lors de la session de formation de juillet 2016 © Défap

La formation des envoyés, c'est, chaque année, un repère et un moment-clé de la vie du Défap. Elle s'étend sur deux semaines et mobilise largement l'équipe des permanents, non seulement pendant la session elle-même, mais surtout en amont. Elle représente l'aboutissement d'une année de préparation - tout comme elle représente, pour les futurs envoyés eux-mêmes, un moment charnière entre leur vie en France et la mission pour laquelle ils pourront partir en Tunisie, en Égypte, à Madagascar, au Congo-Brazzaville, au Bénin, au Liban, au Cameroun, au Sénégal, ou encore en Haïti... Deux semaines pour se préparer à changer de vie, pour quelques mois, un an ou davantage. Deux semaines pour apprendre les bases afin de s'intégrer dans leur futur pays d'accueil.

Actuellement, les envoyés du Défap sont un peu plus d'une cinquantaine dans le monde :  35 VSI (Volontaires de Solidarité internationale), 13 services civiques, 3 pasteurs. Lors de cette session de formation 2018, prévue du 9 au 20 juillet, c'est une vingtaine de volontaires, tous statuts confondus, qui seront présents au 102 boulevard Arago. Une moitié d'entre eux se destinent à des missions dans l'enseignement ; l'autre moitié se répartit entre missions dans le domaine de la santé et projets de développement rural. Avec une grande diversité de profils, qu'il s'agisse de leur tranche d'âge, de leur expérience à l'étranger ; certains partent en célibataires, d'autres en famille ; certains partent pour une année, d'autres ont des projets d'expatriation à plus long terme, sur des missions de plusieurs années. Au Défap, où ils seront hébergés pendant toute la durée de la formation, ils auront aussi l'occasion d'apprendre à se connaître. Et aussi celle de s'entretenir avec les permanents du Défap, de manière à pouvoir mettre un nom et un visage sur une fonction... Ainsi, au-delà des thématiques abordées lors des présentations ou des ateliers, il y a dans cette période de formation brève, mais dense, un aspect d'échange et de rencontres indispensable.

Mieux se connaître, mieux connaître les autres, mieux connaître le Défap

Pour aller plus loin :

C'est aussi l'occasion de mieux connaître le Défap lui-même. La procédure de recrutement des envoyés s'étend sur plusieurs mois, avec plusieurs séries d'entretien ; mais la session de formation, organisée au sein même du Défap, est un moment privilégié pour découvrir la maison, son histoire et ses richesses, comme par exemple sa bibliothèque, qui dispose d'un fonds unique sur l'histoire des missions protestantes françaises. Cette découverte constitue d'ailleurs une bonne partie du programme de la première journée de formation, le lundi 9 juillet. Les journées suivantes étant davantage orientées vers la préparation du départ proprement dit...

Au menu : des thèmes d'ordre pratique, comme les aspects administratifs de l'envoi ou les questions de santé ; d'autres davantage consacrés à l'interculturel et à la rencontre de l'autre, au contexte de la mission (contexte culturel, géopolitique ou ecclésial) et à l'engagement citoyen et solidaire. De manière générale, cette formation vise à répondre à quatre questions : qui part ? Pour vivre quoi ? Dans quel contexte ? Qui rentre ? Sachant qu'on revient toujours changé d'une expérience de volontariat, qu'elle dure quelques mois ou plusieurs années... Pour cela, la période de formation fait appel à des associations partenaires, à Cilo, à Oikocrédit et à France Volontaires ; elle mobilise non seulement les secrétaires exécutifs du Défap, mais aussi d'anciens envoyés venant témoigner, ainsi que des intervenants extérieurs disposant d'une compétence particulière dans un domaine précis.

Un culte d'envoi ouvert au public le vendredi à 14h30

Envoyés du Défap partis en 2015 © Défap

C'est ainsi que le Défap fait régulièrement appel à la consultante Évelyne Engel pour animer un important module sur l'interculturalité. Cette année, un module «Crises et conflits en milieu interculturel» sera également confié à Michel Nodet, et la partie «Équilibre psycho-affectif» sera animée par Stéphanie Nann, spécialiste en psychologie sociale et interculturelle.

La session de formation, c'est enfin un moment crucial pour les candidats au départ, afin d'interroger leurs motivations ; et pour le Défap, afin de poser les bases de leur suivi... et préparer déjà le retour à l'issue de la mission. Voilà pourquoi la fin de la deuxième semaine comporte des modules tels que : «Ma mission et moi : où en suis-je ?», «Le retour», ainsi qu'une ultime série d'entretiens individuels. Formateurs et volontaires étant ensuite conviés à participer à un culte d'envoi, également ouvert à toute personne souhaitant y prendre part le vendredi, dernier jour de la formation, à partir de 14h30 dans la chapelle du Défap. Après quoi... rendez-vous à partir de septembre, pour les grands départs.

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more