Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

RCA : une transition sous haute tension

Date de publication : 20/01/2014

Alors que le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire) élit ce lundi un nouveau président de transition en République centrafricaine, les violences n'ont pas cessé à Bangui. Sur les 24 candidatures déposées, huit seulement ont été validées par le CNT, parmi lesquelles celle de Catherine Samba Panza, maire de Bangui, de Sylvain Patassé, fils de l'ancien président Ange-Felix Patassé, et de Désiré Kolingba, fils de l'ancien président André Kolingba. Les derniers témoignages reçus par le Défap évoquent un chaos persistant à Bangui, malgré la présence des soldats français, alors que l'UE pourrait approuver l’envoi ce lundi d'un renfort de 500 soldats européens.

FICHE PAYS
Le point sur la République centrafricaine

>> Envoyé(s) en Afrique <<

>> Appel à la paix de responsables religieux : le Communiqué de Maroua (janvier 2013) <<

>> Pourquoi la France intervient en Centrafrique : explication par les cartes sur lemonde.fr <<
>> Actualité : l'ONU redoute un génocide en Centrafrique (sur France 24) <<
>> Actualité : des musulmans se réfugient dans une église (sur fait-religieux.com) <<

>> Actualité : huit candidats en lice pour la présidence de transition (sur liberation.fr) <<

 

 

 

Voici les dernières lettres de nouvelles d'un pasteur évangélique de Bangui avec lequel le Défap est en lien. Il est également coordonnateur de l’organisation Nations en Marche Mission et Jeunesse. Il entretient aussi une correspondance suivie en France avec Jean-Jacques Puig, membre du conseil local de l'Eglise protestante unie du Nord-Médoc, qui s'efforce de donner de l'écho à ses témoignages auprès des protestants du Sud-Ouest.

 

 

 

 

16 janvier 2014 (Bangui)
 

 Des dizaines d'habitations sont incendiées

« La politique de la terre brûlée pratiquée par les Séléka et les représailles aveugles des Séléka ne font qu'envenimer la situation. Le quartier Sahara à Bangui, la commune de Mbata, le PK12, Safa à Scad... des dizaines d'habitations sont incendiées et des populations dans la nature, tel est le sort du peuple centrafricain. Nous avons signalé cette intention il y avait quelques jours.

Les discussions sur le président de la transition n'ont pas encore démarré que les anti-balaka demandent que Bobize soit remis au pouvoir ou Ngaïssona doit être élu président de la transition. Les Séléka de leur côté sont entrain de descendre à Bangui. Dans quelle optique ? Nous ne le savons pas.

Les choses ne sont pas bonnnes pour le moment. Nous vous demandons de continuer à prier pour nous.

Que Dieu vous bénisse. »

 

14 janvier 2014 (Bangui - pasteur évangélique)


Prendre un taxi devient dangereux

« Si les tirs se font de moins en moins entendre, les assassinats continuent dans la ville de Bangui d'une autre manière. Cela provoque la crispation de sorte que le centre ville est animé mais dans les quartiers la morosité est de mise.

Hier matin, un jeune homme voulant se rendre à l'aéroport pour effectuer un voyage a été sauvagement poignardé et trouvé mort. Il serait de la famille Kokassa.

Dans la même journée, un faux taximan a rempli son véhicule de clients et les a onduits tout droit chez des éléments incontrôlés qui les ont tous tués. Ainsi prendre un taxi ou une moto taxi devient dangereux.

Les maisons étaient aussi brûlées dans le même secteur. Ainsi les quartiers Ngou-ciment et Sahara sont des 'no man's land'. Et pourtant nous sommes en plein centre de Bangui. Les forces qui sont venues pacifier le pays ne vont pas désarmer ces personnes qui sèment la terreur.

Merci de continuer à prier pour la RCA.
Que Dieu vous bénisse. »

 
 
Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more