Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

 

 

Au sommaire :

En chemin vers Noël : prière pour le Proche-Orient

Date de publication : 18/12/2014

Pour ce quatrième dimanche de l'Avent, nous vous proposons une prière pour tous les accompagnateurs du programme EAPPI en mission de paix en Israël/Palestine. Le programme EAPPI (Programme œcuménique d'accompagnement en Palestine et Israël) a été initié par le Conseil Œcuménique des Eglises (COE), dont les Eglises membres représentent 550 millions de chrétiens dans le monde, en réponse à un appel de responsables chrétiens locaux. Lorsque la violence s’est répandue à travers Israël et les territoires occupés, après le déclenchement de la seconde Intifada (El Aqsa) en 2000, les responsables des Eglises de Jérusalem ont lancé un appel à soutenir leurs efforts pour une paix juste. La gestion des envois d’accompagnateurs a été reprise en 2012 par le Défap à la demande de la Fédération protestante de France.

ACTUALITÉS ET FICHE PAYS
Le point sur Israël et la Palestine

PROGRAMME EAPPI : LE DOSSIER DU DÉFAP

>> Retrouvez ici plus d’informations sur le programme EAPPI... <<
>> ... et ici, le groupe créé sur Facebook <<
>> Le programme EAPPI expliqué à celles et ceux qui veulent s’y engager <<
>> Plateforme des ONG françaises pour la Palestine <<

L’olivier, symbole de vie et d’enracinement en Israël comme en Palestine - EAPPI

 

Pour ce quatrième dimanche de l’Avent, ce 21 décembre, le texte biblique proposé est extrait du premier chapitre de l’Évangile de Luc, versets 26 à 38 : l’annonce à Marie, par l’ange Gabriel, de la naissance de Jésus.

Marie dit : « Je suis la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi comme tu l’as dit ».

Le oui de Marie à l’annonce de l’ange Gabriel a de quoi étonner et force l’admiration. Pourtant ce qui surprend premièrement, ce n’est pas l’attitude de Marie mais l’irruption de Dieu dans sa vie.

Quand Dieu s’approche, c’est une bonne nouvelle :

- « Réjouis-toi ! ». Mais Marie est troublée par ces paroles. Ce n’est pas la venue de l’ange qui la trouble mais ce qu’il annonce. Elle ne saisit pas ce que ça signifie. Comment le pourrait-elle d’ailleurs ? Qui peut saisir l’inouï de Dieu dans sa vie, sans l’intervention de Dieu lui-même ?

- « N’aie pas peur ! » La résistance de l’être humain est forte, seul Dieu peut la vaincre. Le oui de Marie est l’impossible de l’être humain devenu le possible de Dieu. S’ouvre alors le chemin de l’émerveillement et de la reconnaissance pour la joie de tous, sans exclusive.

Prière :

Un homme marche dans le désert © EAPPI

 

Donne-moi, Seigneur, aujourd’hui de nouveaux cieux et une nouvelle terre.
 

Donne-moi l’émerveillement de l’enfant qui ouvre son premier regard sur le monde la joie de l’enfant qui découvre ta splendeur en chaque chose en chaque être rencontré, un reflet de ta gloire.
 

Donne-moi la joie de celui dont les pas sont nouveaux.
 

Donne-moi le bonheur de celui dont la vie est chaque jour neuve et innocente et espérante, chaque jour pardonnée.
 

Donne-moi de reconnaître toutes choses en Christ, arbres et champs, demeures et travaux, bêtes et gens, d’être reconnaissant, ô mon Dieu !

 

 

Michel Bouttier
extrait du Livre de prières de la Société luthérienne des missions, p. 391
éditions Olivétan, 2008

Porter un témoignage de paix

Écolière palestiniennes arrêtées à un checkpoint © Bertrand Vergniol, EAPPI

« Réjouis-toi ! ». Ce que Noël nous apporte, tout comme l’ange Gabriel à Marie, c’est une bonne nouvelle. Cette naissance promise à Marie - cette venue du Sauveur que nous rappelle Noël - c’est une promesse de vie, de paix, de confiance et de joie, qui demande à être partagée... Qui nous appelle toutes et tous au partage.

Mais la résistance de l’être humain est forte... Seul Dieu Lui-même peut la vaincre.

Que faire alors pour celles et ceux qui sont si loin de cette promesse de vie, de paix, de confiance et de joie ? Qui ne connaissent que la mort, la guerre, la défiance et la détresse ? Jusque dans cette terre de Palestine qui a vu la venue du Sauveur et souffre aujourd’hui quotidiennement de la violence ?

Témoigner. Et accompagner. Là où nos mots sont trop creux pour convaincre, où nos cœurs sont trop étroits pour embrasser, nos forces et notre courage si aisément fléchis par la violence, nous pouvons apporter tellement plus en étant d’humbles témoins... mais aussi en partageant un peu de la vie de celles et ceux qui en ont le plus besoin. Cette vie, cette paix, cette confiance et cette joie que nous serions impuissants à porter par nous-mêmes, nous pouvons attester, par notre présence, qu’elles sont pourtant disponibles.

EAPPI : une mission de paix en Israël / Palestine

Hébron, départ à l’école © Bertrand Vergniol, EAPPI

En Palestine/Israël, le Défap est chargé du suivi d’un programme d’envoi de volontaires en mission de paix initié par le Conseil Œcuménique des Églises (COE) après le déclenchement de la seconde Intifada (El Aqsa) en 2000. La mise en place de ce Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et Israël (EAPPI, en anglais) répondait à un appel lancé par les responsables des Églises de Jérusalem pour soutenir leurs efforts en faveur d’une paix juste.

EAPPI a pour mission d’accompagner les Palestiniens et les Israéliens dans leurs actions non violentes et leurs efforts concertés en vue de mettre fin à l’occupation. Les participants au programme suivent et rapportent les violations des droits de la personne et du droit international humanitaire, soutiennent les actes de résistance non violente aux côtés des Palestiniens chrétiens et musulmans locaux et des militants pacifistes israéliens, offrent une protection par leur présence non violente, mènent une action de promotion au niveau politique et, de manière générale, manifestent leur solidarité aux Églises et à tous ceux qui luttent contre l’occupation. EAPPI cherche aussi à fournir des informations fiables et à jour sur la situation d’occupation.

En travaillant en lien étroit avec les communautés locales, les associations israéliennes pour les Droits de l’Homme et les instances internationales, EAPPI a maintenu une présence ininterrompue dans la région. Les accompagnateurs œcuménique viennent d’horizons différents. Le programme est enraciné dans les principes chrétiens d’amour, de paix et de justice. Mais parmi les participants, il y a eu des centaines d’hommes et de femmes de confessions différentes, voire d’aucune confession.

Pour assurer le suivi de ce programme, le Défap a constitué un comité de coordination dont la composition est, elle aussi, résolument œcuménique. Y participent, outre le Défap lui-même, l’ACO, la Mission Populaire Évangélique, la Cimade, le Secours Catholique, le CCFD-Terre Solidaire, la DCC (Direction catholique de la coopération) ainsi que deux anciennes accompagnatrices, Martine Millet et Danielle Vergniol.

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more