Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Centrafrique : des familles déchirées par les violences communautaires

Date de publication : 06/03/2014

Destructions d'habitations, barrages de groupes armés, nourriture de base de plus en plus rare et chère : les dernières lettres du pasteur de Bangui avec lequel le Défap est en correspondance témoignent de la dégradation de la situation dans la capitale centrafricaine. Ainsi que du drame vécu par des enfants dont les familles, en partie chrétiennes et en partie musulmanes, ont été divisées par les violences. C'est l'histoire de Zania.
Centrafrique : des familles déchirées par les violences communautaires

Zania, fillette centrafricaine dont la famille a été déchirée par les violences communautaires © DR

ACTUALITÉS ET FICHE PAYS
Le point sur la République centrafricaine

>> L'appel du Défap : répondre à l’urgence humanitaire en RCA <<
>> Centrafrique : avec le Défap, appel d'urgence à la solidarité de la FPF <<
 

Zania, fillette centrafricaine dont la famille a été déchirée par les violences communautaires © DR

L'auteur de ces lettres est un pasteur d'une Église évangélique de Bangui. Il est également coordonnateur de l’organisation Nations en Marche Mission et Jeunesse. Il entretient aussi une correspondance suivie en France avec Jean-Jacques Puig, membre du conseil local de l'Église protestante unie du Nord-Médoc. Si vous voulez plus de nouvelles de ce pasteur et de sa famille, vous pouvez joindre directement Jean-Jacques Puig.

5 mars

La ville ressemblera bientôt à une ville fantôme

 

 

 

« Si vous passiez tout votre temps au centre-ville de Bangui, vous penseriez que la situation s'est normalisée ; mais si vous rentriez un peu dans les quartiers et les bas-fonds, vous vous rendriez compte que tout reste à faire du point de vue sécuritaire. Les anti-balakas commettent sur la population civile braquages et extorsions, menaces et intimidations. Ils se répandent dans les quartiers, créant des bases et ne sont aucunement dérangés par les forces internationales. Les gens préfèrent souffrir dans les camps de fortune que de rentrer chez eux. Les musulmans aussi ne désarment pas, l'avenue de France à partir de l'église des Frères du camp Castor au 5ème arrondissement ne peut plus être empruntée par les véhicules, de même que l'avenue Koudoukou à partir du pont de Miskine au Km5. Pour combien de temps encore, nous ne le savons pas. Continuez à prier pour le pays.

Pour soutenir le programme d’aide à la population centrafricaine, adressez vos dons à :

 

 

 - Fondation du Protestantisme, 47 rue de Clichy – 75 311 Paris cedex 09.
 - Dons en ligne : www.fondationduprotestantisme.org
 - Les chèques ou virements doivent être libellés à l’ordre de «Fondation du protestantisme». Porter la mention «Solidarité protestante-RCA» au verso des chèques.
IBAN : FR76 3078 80010010 2078 2350 030
Banque Neuflize OBC Paris 8° (Pour les virements bancaires).
CODE BIC : NSMBFRPPXXX
Les dons versés à la Fondation du protestantisme, fondation reconnue d’utilité publique, sont déductibles des impôts. Merci d'indiquer vos coordonnées pour l'envoi du reçu fiscal.

Les destructions des maisons continuent, la ville ressemblera bientôt à une ville fantôme. Les prix des denrées ont grimpé en flèche sur le marché, accentuant la misère. Nous avons de la peine à nous procurer des sacs de riz chez les revendeurs pour assister les nécessiteux. Priez pour nous et que le Seigneur agisse miraculeusement chaque jour.

C'est dans cette atmosphère que les Églises continuent à crier à Dieu pour la délivrance de la nation. Nous continuons à nous réunir pour définir les stratégies d'aide aux enfants de Dieu. Merci de prier pour l'AEC et pour son président le pasteur Nicolas et le comité de crise que je coordonne.

J'ai ajouté à ce message la photo d'une fillette, Zania, qui est venue chez moi pour me demander de l'inscrire à l'école. Son père était musulman et sa mère chrétienne. Après la séparation de ses parents, elle a été adoptée par la famille de son père, mais parce que le grain de l'Évangile était semé dans son coeur, elle parlait de Jésus avec les autres enfants de la famille et cela n'a pas plu à ses oncles. Son père a été tué par les anti-balakas alors qu'il fuyait pour le Cameroun. Elle ne sait rien de cela. Ses oncles en quittant Bangui l'ont abandonnée. Sa mère est malade et souffre d'une sciatique qui nécessite une intervention chirurgicale et une évacuation au Cameroun ; mais elle est pauvre et marche avec des béquilles, un pied paralysé. J'ai inscrit Zania dans une école privée à Miskine puisque les écoles publiques restent toujours fermées. Telle est la tragédie de plusieurs enfants dans la ville. Priez pour elle et pour nous. Que le Seigneur continue à nous soutenir. »

25 février

La vie devient de plus en plus insupportable à Bangui

« La vie devient de plus en plus insupportable dans la capitale Bangui. Avant hier des soldats Tchadiens qui étaient chez des copines ont été pris à partie. Deux ont été tués vers le quartier Combattant, et comme toujours il y a eu des représailles : deux personnes ont été tuées au quartier Sambo.

Ces derniers jours, il est dangereux de s’aventurer au Km5, le secteur de ABC et le marché Sambo. Plusieurs personnes ont été tuées et des cadavres découverts. Il y a comme un regain d'exactions de la part des musulmans envers les autres, ce qui ne va pas contribuer à apaiser les tensions.

Ela Gladys ma cousine l'a échappé belle, grâce à l'intervention des soldats burundais qui l'ont sauvée, alors qu'un musulman avait dégoupillé et lancé une grenade vers elle. Elle est saine et sauve.

Priez pour la situation qui ne s'améliore pas toujours, et qui empêche le retour à la paix. »

23 février

Prières et rassemblements publics pour la paix à Bangui

« La situation est toujours trouble dans le pays. A Bangui, pillages, destructions de maisons et de mosquées, et exactions continuent. Les serviteurs de Dieu seront en prière du 26 au 28 février, et pendant le mois de mars, il y aura des rassemblements publics pour amener le peuple à se repentir. Priez pour que ce programme se déroule sans incident. Le frère J L K a été attaqué par la population, révoltée contre la MISCA burundaise qui a tué deux jeunes hommes entrain d'enlever les tôles de la mosquée du quartier Kina. Il est réfugié chez nous avec ses enfants. Priez pour sa protection. »

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more