Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Beyrouth : une Église en marche...

Date de publication : 11/04/2014

Nouveau site internet et, bientôt, nouveau lieu de culte : la paroisse protestante francophone de Beyrouth est face à de grands changements. Elle fait partie des engagements du Défap qui a permis, à la demande de la FPF et avec plusieurs associations protestantes françaises, l'envoi du pasteur Pierre Lacoste.
Beyrouth : une Église en marche...

La destruction de l'ancien temple des Hauts de la Colline (1957-2014) - DR

ACTUALITÉS ET FICHE PAYS
Le point sur le Liban

>> Le site de l'Église protestante française de Beyrouth <<

La destruction de l'ancien temple des Hauts de la Colline (1957-2014) - DR

Voilà plus d'un siècle et demi que le protestantisme francophone est installé au Liban. Plus précisément depuis le 23 novembre 1856, date du premier culte protestant de langue française jamais organisé au Moyen-Orient. L'histoire de la paroisse protestante de Beyrouth a retenu qu'il avait, grâce à une certaine concorde alors en vigueur en Europe, été présidé par un pasteur allemand parfaitement bilingue... Concorde que la Première Guerre mondiale avait fait voler en éclats. La guerre finie, en 1919, le Traité de Versailles, principalement dans son article 438, avait dès lors défini dans quelles conditions les biens appartenant à des missions religieuses chrétiennes allemandes devaient revenir à des missions religieuses des États alliés ayant les mêmes croyances.

Le protestantisme en France, essentiellement tourné vers les terres d’Afrique, n’était pas particulièrement préparé à assumer cette nouvelle responsabilité. La Fédération protestante de France avait toutefois, après des hésitations, choisi d'assumer cette tâche sous l'impulsion d'hommes comme le pasteur Jean Bianquis et son fils Philippe, professeur à l’université américaine à Beyrouth. De cette période datent donc les liens privilégiés entre les protestants de France et la communauté protestante francophone de Beyrouth. Il faudra encore attendre le printemps 1926 pour qu’une mission conduite par le sénateur Eccard séjourne au Liban accompagné de Jean Bianquis (ancien directeur de la Société des missions évangéliques de Paris – désormais le Défap) et de Mlle Puech, infirmière, pour prendre en charge l'héritage de la mission allemande, composé essentiellement d’une église et d’un collège de jeunes filles.

Nouveau pasteur, nouveau site internet, et bientôt, nouveau lieu de culte

Culte dans la salle de réunion du Collège Protestant Français - DR

Mais la petite communauté protestante de Beyrouth fait face aujourd'hui à des défis, notamment financiers. Un nouvel élan a été pris en août 2013 : suite au départ du pasteur Robert Sarkissian, la FPF a dépêché une mission, comme jadis elle l'avait fait avec la mission exploratoire « Eccard-Bianquis-Puech ». C’est sous son égide que cinq partenaires se sont engagés à encourager et à soutenir le témoignage protestant français au Levant : la Ceefe (Commission des Églises protestantes d’expression française à l’extérieur), la FPF, le Défap, l'ACO (Action chrétienne en Orient), en lien avec l’APFB (Association Protestante Française de Beyrouth). Ce soutien s'est manifesté à travers l'envoi par le Défap du pasteur Pierre Lacoste. Par ailleurs, la communauté protestante de Beyrouth a lancé une opération immobilière destinée à assurer ses frais de fonctionnement, à travers la vente du terrain de l'église historique de la paroisse pour mettre en œuvre un projet entièrement neuf et assurer un avenir à la communauté. L'ancien bâtiment doit faire place à un nouvel édifice, utilisant mieux tout le potentiel du terrain situé dans ce quartier sur les hauteurs de Beyrouth. Autrement dit : un nouveau pasteur pour accompagner l’Église dans son nouveau départ... Nouveau départ également symbolisé à travers un tout nouveau site internet, à découvrir ici...

C'est sur ce site que l'on trouve les dernières nouvelles de ce déménagement, dans un post du pasteur Pierre Lacoste, daté du 21 mars, sous le titre : « L’Éternel gardera ton départ et ton arrivée ».

« Nous sommes partis ! »

« Tout est prêt » pour poursuivre l’aventure

 

« Nous sommes partis ! La communauté protestante des Hauts de la Colline a quitté son temple historique inauguré en janvier 1957. L’émotion fut immense alors que l’annonce tombait en ce dimanche 23 février 2014, au moment de rompre une dernière fois le pain sur la table de Cène : "Aujourd’hui est notre dernier culte dans notre temple. Dimanche prochain, nous serons ailleurs, au Collège Protestant Français […] Nous quittons aujourd’hui un lieu de prière. Mais nous entendons l’Évangile nous rappeler que les pierres vivantes qui composent l’édifice spirituel de l’Eglise, c’est nous !" Après quarante-trois années de vie cultuelle au temple des Hauts de la Colline, une page se tourne. Que le Seigneur garde notre départ !

L’accueil au Collège a été magnifique. Monsieur le Proviseur, Bruno Jacquier, assisté par Monsieur le Directeur des affaires financières, Philippe Herriau, ont reçu le pasteur Pierre Lacoste pour étudier les besoins, rechercher les meilleures conditions d’hébergement. Un lieu de stockage des archives de l’Église a été trouvé et la salle de réunion du Conseil d’établissement, au premier étage, pouvant accueillir 40 personnes a été mise à disposition ainsi qu’un immense placard de rangement. Pour les grands cultes, nous occuperons le théâtre du Collège. Les repas d’Église se feront devant la cafétéria. »

Nouveau pasteur, nouveau site internet, et projet immobilier en cours : l'aventure se poursuit donc, en attendant qu'au temps de l'exil avec ces cultes au Collège protestant français, succède un temps du renouveau dans un édifice flambant neuf...

Franck Lefebvre-Billiez

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more