Aller au contenu. | Aller à la navigation

Qui sommes-nous ?

Service protestant de mission - Défap
102 Bd Arago - 75014 Paris
+33(0) 1 42 34 55 55

Le Défap est le service missionnaire
de trois Églises protestantes de France

Qui fait quoi ?
Vidéo de présentation

Tunisie : Victor, tantôt professeur, tantôt élève à l'école Kallaline

Date de publication : 13/11/2013

Voici les dernières nouvelles de Victor Minard, volontaire du service civique présent pour 10 mois en tant qu'assistant d'éducation à l'école Kallaline (privée protestante) de Tunis. Il enseigne le français à des enfants, l'informatique à des adultes (les plus sages n'étant pas toujours ceux que l'on croit)... et prend des cours d'arabe.
Tunisie : Victor, tantôt professeur, tantôt élève à l'école Kallaline

Victor Minard © Défap

FICHE PAYS
Le point sur la Tunisie et les actions du Défap dans ce pays

>> Envoyé(s) en Afrique <<

« Mais ceux qui espèrent en l'Éternel renouvellent leurs forces. Ils prennent leur essor comme les aigles ; ils courent et ne se fatiguent pas, ils marchent et ne s'épuisent pas » (Esaïe 40v31).

 

Chers amis, chère famille,

Décidément les mois raccourcissent depuis que je suis en Tunisie ! Dans les quelques retours que j'ai reçus pour ma précédente lettre (d'ailleurs, merci à tout ceux qui savent que ce merci leur est adressé parce qu'il n'est pas placé là innocemment...) une de mes lectrices a pointé l'aspect très descriptif de mon récit et donc l'absence de ressenti. Bon. Je vais essayer. C'est un exercice difficile pour moi, mais qui peut se révéler intéressant. Enfin je crois. Peut-être. Ou pas. Quoi qu'il en soit, bienvenue de ma nouvelle lettre de nouvelles depuis la Tunisie, dégoulinante de sentiments ! Ou pas...

Les cours, la cour, et les clubs

Dans ma précédente lettre, je vous ai parlé rapidement de ce que je fais à l'école, notamment de mon ambivalence surveillance/enseignement. Je vais essayer de vous donner plus de détails.

     La 3eB     

Vue sur Tunis, depuis le parc du Belvédère © Victor Minard

J'enseigne le français dans cette classe deux heures par semaine. C'est un remplacement à long terme. Normalement, en janvier, une personne devrait reprendre le poste. En attendant, je dois travailler en collaboration avec deux autres professeurs afin d'effectuer un travail cohérent et équivalent à ce que fait l'autre 3e. Au début, j'avais la classe entière pendant deux heures le jeudi après-midi. Je devais faire du vocabulaire, de la lecture et de l'écriture, ainsi qu'un peu de grammaire, en partant de chants. Et depuis deux semaines, je les ai en demi-groupes. Pendant qu'une moitié de la classe est en informatique, l'autre est avec moi et au bout d'une heure, on échange. Du coup, je ne fais plus que lecture et vocabulaire, toujours par le chant.

J'espère ne pas trop pénaliser les enfants, qui sont en fait mes cobayes... Je n'ai jamais travaillé avec des enfants auparavant, et le peu d'enseignement que j'ai fait était du soutien scolaire à une élève de terminale. Autant dire que mon premier cours était tres approximatif ! Heureusement, je suis bien encadré, et j'apprends au fur et à mesure. J'en ai probablement beaucoup plus appris que ce que j'ai pu enseigner à mes élèves !

Un aspect très peu agréable de l'enseignement est la discipline. A la fin de mon premier cours, j'étais aphone ! Depuis, j'essaye de développer et d'utiliser des techniques qui n'impliquent pas de se casser la voix. Je dois avouer que malgré tous les problèmes que les enfants me posent, en apprenant à les connaître, je commence à bien les aimer. Et quand je ressors d'un cours en me disant : « Ils ont appris quelque chose aujourd'hui », je suis vraiment content.

     Les cours d'informatique     

Le cap Bon, au nord-ouest de la Tunisie © Victor Minard

Là encore, j'enseigne. Mais à des adultes. Enfin, je crois... J'effectue ces cours dans le cadre de la formation continue des enseignants. J'ai essayé de répartir les enseignants en groupes de niveau. J'ai pour cela écrit un test que j'ai envoyé par mail é tous les enseignants, soit un peu plus de 20. J'ai eu 5 réponses... Alors, j'ai effectué la répartition en m'appuyant sur l'opinion de mes collègues plus anciens.

J'ai donc trois groupes, deux groupes de bas niveau et un groupe sachant ce que sélectionner veut dire... J'ai donné la priorité aux plus faibles avec, au premier trimestre, 5 cours pour le groupe 1, 4 pour le groupe 2 et un seul pour le groupe 3 (qui a eu lieu aujourd'hui). J'enseigne toutes sortes de choses : la différence entre éteindre l'écran et l'ordinateur, faire un relevé de notes sur Excel, comment utiliser un clavier, un webmail, la différence entre un cahier et un dossier, etc.

Je m'étais attendu à avoir des élèves plus sages, étant adultes... Je crois quand même réussir à leur apprendre quelque chose. Pour moi, c'est tout un travail de retour aux bases et de questionnement sur mes évidences. En effet, fermer la fenêtre n'est pas forcement inné pour des personnes nées avant 1990...

Une chose qui fait plaisir, c'est que (presque) tous mes élèves sont intéressés par le cours. Il y en
a même beaucoup qui prennent des notes (sans que je leur dise de le faire) !

     Les cours d'arabe     

Monastir, le mausolée de Habib Bourguiba © Victor Minard

Cette fois, je suis élève. Depuis un peu plus d'un mois, je prend des cours d'arabe tunisien. Je précise, parce que c'est vraiment une langue différente de l'arabe classique. Il y a même des lettres différentes !

J'ai normalement deux cours de deux heures par semaine, avec les 3 autres volontaires de Kallaline. Nous rigolons beaucoup et nous apprenons aussi pas mal. Je sais dire papa : Baba ; maman : Omi ; ma sœur : orti ; ta sœur : ortek ; mon frère : rhouya (avec un "r" qui gratte le fond de la gorge. . .). « Ena esmi Victor. Ena frrrancawia, ena asep, ena taleup », c'est-à-dire : « Je m'appelle Victor. Je suis français, je suis célibataire, je suis étudiant ». Tout est dit, n'est-il pas ?

     La cour     

Je surveille de manière aléatoire la cour. C'est toujours éprouvant. La seule bande sonore suffit à fatiguer ! Les enfants ont une énergie que je n'ai plus...(dire que je n'ai que 20 ans, qu'est-ce que ce sera à 80... ?). Ils sont capables du pire, comme frapper violemment un autre élève, sous les yeux du surveillant, et encore l'accuser tout en soutenant n'avoir rien fait ! Mais parfois aussi du meilleur : de beaucoup de gentillesse, de compassion et de tendresse. Il y a certains moments qui en rachètent beaucoup d'autres et que j'espère ne jamais oublier, comme les regards émerveillés de certains enfants quand je sors mon alto et que je commence à en faire sortir quelques sons.

Les thermes d'Antonin à Carthage © Victor Minard

     Les clubs     

En plus des cours, l'école propose aux élèves un certain nombre de clubs facultatifs. Il y en a de toutes sortes : guitare, foot, baseball, peinture... On m'a demandé d'en proposer deux. J'effectue ainsi une permanence informatique le jeudi soir pour le personnel (encore une exception victorienne...) et j'ai proposé un club de chant le mercredi midi. Mais ni l'un ni l'autre n'ont fait d'émules. Donc pour l'instant, rien... Il y a également un club le samedi, dit : « Le Club du Samedi ». Original, non ? C'est l'une des rares occasions de parler librement de la Bible au enfants, comme ils viennent sur la base du volontariat. On y raconte une histoire biblique, on chante des chants chrétiens et on joue aussi, quand même !

2 Après l'école...

... la journée est rarement finie. Entre les chorales, GBU et autres touristiques activités, il est parfois dur de se reposer !

     GBU     

La citronnade © Victor Minard

J'ai pu aller aujourd'hui pour la deuxième fois à une réunion des Groupes Bibliques Universitaires de Tunisie ! Comme à l'Église, je fais un peu pâle au milieu de tous ces étudiants sub-sahariens. Les débats sont très vivants et on peut très bien vivre la diversité du royaume de Dieu. On y expérimente aussi bien la chaleur de la communion fraternelle, à environ 20 dans 9 m²...

     2.2 L'ERT     

Je commence à bien m'intégrer dans l'Église Réformée de Tunisie. Je fais partie du GdL (Groupe de Louange) et devrais être pour la première fois sur scène dimanche !

     Le tourisme     

J'ai aussi pris le temps de faire un peu de tourisme, comme vous pouvez le voir sur les photos. Une journée à Cap Bon avec des collègues, un week-end à Monastir et Sousse avec le club des cinqs, un match de foot avec les Allemands... Tunisie-Cameroun ! ! Match nul, mais c'était bien quand même !

     La colocation     

Bien qu'il y ait parfois quelques frictions (normal), l'ambiance est souvent joyeuse, avec des éclats
de rire fréquents. La langue officielle est le franglallemand. On en perd notre latin ! Je donne une très mauvaise vision de la France, même si j'insiste, ainsi que les autres Français de l'école, pour dire que je ne suis pas un bon exemple de Français !

Pour conclure...

And last but not least, si vous croyez en Dieu, s'il vous plaît, priez ! La situation politique est très instable : priez que Dieu conduise toute chose et que la période de transition post-révolution puisse se terminer dans la paix. La Banque Africaine du Développement retourne à Abidjan, ce qui implique de grands changements pour l'Église de Tunisie : priez pour que ces changement se fassent en douceur, sous le regard de Dieu. Et comme toujours, priez pour que je puisse faire au mieux au service de Dieu.

 

« Que la paix et l'amour soient accordés aux frères avec la foi, de la part de Dieu, le Père, et du Seigneur Jésus-Christ ! Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ dans l'impérissable » (Éphésiens 6v23-24)

 

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more