Aller au contenu. | Aller à la navigation

Guinée-Conakry : le timing de Dieu

Date de publication : 08/11/2013

Après le passage à Paris des envoyés du Défap pour leur session de retour, voici le témoignage de deux d'entre eux, les époux Ansen, qui évoquent leur huit années passées en Guinée-Conakry. Etienne était administrateur et gestionnaire, tout comme sa femme Corinne ; mais leurs rôles à tous deux ont dû beaucoup évoluer au gré des circonstances. Envoyés par l'action missionnaire des assemblées de Dieu (ADD), ils ont eu à gérer successivement une école, un institut pastoral, et deux centres de santé. Ils racontent ici une de leurs plus belles victoires : la création d'une maternité.
Guinée-Conakry : le timing de Dieu

Corinne et Etienne Ansen © Défap

FICHE PAYS
Le point sur la Guinée-Conakry et les actions du Défap dans ce pays

>> Envoyé(s) en Guinée <<

La salle de repos de la nouvelle maternité de Conakry. Au centre, Virginie © C. & E. Ansen

La création d'une maternité était un projet qui tenait à cœur de plusieurs de nos prédécesseurs en Guinée-Conakry. Pourtant, il a fallu attendre des années pour qu'il aboutisse. Deux centres de santé (CDS) ont été créés par la mission des ADD à Conakry/Guinée (1988 et 1994). Nous avons travaillé dans ce pays de 2005 à juin 2013, soit 8 ans dont 5 comme VSI. De 2008 à 2010, Corinne a géré le CDS situé à Lambanyi. Nous avons fait partie du comité directeur jusqu’en 2012.

Chaque matin, avant le début des consultations, un court temps de prière était organisé entre travailleurs du CDS. Inlassablement le corps médical a prié (et prie encore) pour que le Seigneur les aide à rendre un bon témoignage, à faire de bons diagnostics et soins, et permette que la structure s’agrandisse !

Une infirmière motivée... et la rencontre de l'AHMI

Les premiers coups de pioche © C. & E. Ansen

En 2008, nous savions qu'une infirmière, Virginie, avait très à cœur de devenir sage-femme mais nous avons laissé passer le temps du fait que nous n’avions pas de projet d’extension. Pourtant, en juin 2009, par la foi, en accord avec le comité, nous avons pris la décision de mettre Virginie en disponibilité afin qu’elle suive la formation de sage-femme sur Conakry durant trois ans.

En juillet 2010, lors d’un congé missionnaire, nous avons fait connaissance de l’association AHMI (Aide Humanitaire Médicale Internationale) dont le siège est à Marseille. Celle-ci a été interpellée par notre réflexion : «La Guinée est souvent oubliée». Un échange de courriels s’est instauré et une première visite a été planifiée début juin 2011. Mais celle-ci  a été annulée au dernier moment à cause de l’agression que nous venions de subir une nuit, par une dizaine d’hommes armés.

Ce n’est que le 7 novembre 2011 que deux responsables d’AHMI ont pu se rendre sur le terrain pour démarrer le projet. Cette visite a suscité un grand élan de foi car le 12 janvier 2012 les premiers coups de pioche étaient donnés. Ce même jour, alors que nous ne faisions pas d’accouchement au sein de notre structure, un bébé est né. Les travaux se sont terminés fin avril, soit trois mois et demi plus tard, ce qui est un exploit ! Et tout cela sans aucune aide financière extérieure...

Un container qui arrive au bon moment

L'arrivée du container d'AHMI © C. & E. Ansen

Le 11 avril 2012, le matériel médical envoyé par container par l'AHMI est arrivé au port de Conakry. La crainte s’est emparée de nous car il a fallu un mois pour le dédouaner. Nous craignions que le container ne nous soit livré qu'après l’arrivée de l’équipe AHMI, annoncée le 17 mai. C'était alors une période troublée dans le pays, marquée par une forte instabilité politique, des grèves… Enfin, le 10 mai, nous avons pu récupérer le container : soit une semaine à peine avant l’arrivée de nos compatriotes, et alors même que, ce jour-là, Conakry était décrétée « ville morte » ! Quelle joie de découvrir tout son contenu. L’équipe médicale s’est attroupée autour du container et chacun a porté sur la tête, sur les épaules, ce qu’il pouvait… les affaires les plus lourdes étant  transportées en voiture.

Et le 17 mai, comme prévu, l’équipe d’AHMI arrivait. Ils ont nettoyé ; mis en place tous les appareils ; donné les recommandations nécessaires à l’équipe médicale pour leur utilisation. Le 25 mai, lors d’une petite cérémonie, la clé de la maternité a été  remise de manière symbolique par le président de l’AHMI au Dr Valentin, responsable général des deux CDS. Le lendemain, nos amis retournaient en France. Et mi-juillet, Virginie finissait avec succès sa formation de sage femme ! Le timing de Dieu !

Une cinquantaine de naissances par mois

Installation du matériel offert par l'AHMI (mai 2012) © C. & E. Ansen

Le 12 septembre, la maternité était inaugurée devant les autorités. La Directrice générale des CDS publics de Conakry avait été invitée. Elle a fait remarquer que la Mission avait commencé son travail médical dans un container en 1988 où, déjà, venaient beaucoup de malades pour bénéficier de la qualité des médicaments et des soins. Ses dernières phrases ont été : «Je suis heureuse qu’une telle maternité ait vu le jour ici à Conakry. Je peux vous assurer qu’aucune maternité en Guinée n’a à ce jour tout le matériel de qualité que je vois ici. Je remercie la Mission, AHMI et l’Eglise, pour leur travail».

Depuis, la maternité n’a cessé de fonctionner. Actuellement une cinquantaine d’enfants naissent par mois dans cet établissement. Virginie en est la sage femme chef. Les mamans repartent le sourire aux lèvres et les bras chargés d’un précieux nourrisson.

Merci au Seigneur de nous avoir inscrits dans son timing pour la réalisation de ce projet !  Oui, «Dieu fait toutes choses belles en son temps» (Ecclésiaste 3 : 11).

Corinne et Etienne Ansen

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more