Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

 

 

Au sommaire :

Plaidoyer pour une paix juste en Israël et Palestine

Date de publication : 12/11/2012

Impressions de Luc Oechsner de Conninck, observateur œcuménique français, après une quinzaine de jours de présence en Palestine dans le cadre du programme EAPPI (Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel).

Le titre du document qui présente le programme d’envoi d’observateurs chrétiens en Palestine est éloquent : « Accompagnement et espérance ».

Notre rôle d’EA (accompagnateur œcuménique, en anglais) est bien d’accompagner et de soutenir les Palestiniens et les associations israéliennes dans leurs actions non-violentes en faveur d’une paix juste entre les deux populations.
(JPG)
EAPPI

Le programme se réfère souvent au document Kairos, publié en décembre 2009 par les chrétiens d’Israël et de Palestine sur le modèle d’un document produit en Afrique du Sud en 1985, au moment de l’apartheid, par des évêques chrétiens. Ce document Kairos élaboré par des responsables chrétiens palestiniens lance un appel aux chrétiens du monde entier. (1)

Dans chacun des sept emplacements, il n’y a jamais deux accompagnateurs du même pays : un véritable‘melting pot’ chrétien

Le Groupe 45, dont je fais partie, et qui est en mission de septembre à décembre 2012,compte seize nationalités différentes, représentant les cinq continents. Dans chacun des sept emplacements, il n’y a jamais deux accompagnateurs du même pays : un véritable‘melting pot’ chrétien !

Une des particularités de ce programme est de donner des priorités légèrement différentes selon les lieux de placement : pour nous à Jérusalem-Est, l’une est d’établir des contacts avec les Églises qui nous ont demandé de les soutenir, la deuxième étant d’observer de façon très vigilante les checkpoints entre la Palestine et Israël, de compter les personnes qui passent selon un planning horaire de demi-heure en demi-heure, de différencier les enfants, les femmes, les hommes, de calculer leur temps de passage et de voir pour quelles raisons le passage leur est refusé, en posant des questions précises.

En ce qui concerne les Églises, elles ne sont pas présentes sur tous les territoires palestiniens ; par contre à Jérusalem et Ramallah, beaucoup de confessions sont représentées, nous pouvons assister aux offices tous les dimanches et, par conséquent, établir des contacts personnels et fructueux, tant pour nous que pour les chrétiens locaux.

Pour le moment, après quinze jours de présence et environ une semaine d’accomplissement de nos tâches, je n’ai pas eu encore l’impression que la Terre promise soit, selon l’expression consacrée, un Crazy Land (pays de fous). Par contre, suite à la publication du film insultant le prophète Mahomet sur internet, après la prière, à la mosquée en plein air du quartier de Silwan, les discours enflammés donnaient l’impression d’un appel à la révolte (mais aucun d’entre nous ne comprend bien l’arabe). De même, lors d’une manifestation pacifique (tous les vendredis à 16h), dans le quartier de Sheikh Jarrah où les Palestiniens sont évincés au profit des colons Israéliens, nous avons ressenti une tension très nette et beaucoup plus importante que la semaine précédente. Le jeudi 20 septembre, après l’article de Charlie Hebdo, le nombre des soldats de Tsahal dans la vieille ville a énormément augmenté, il y en avait pratiquement à toutes les intersections.

Parmi nos activités hebdomadaires, nous retrouvons chaque vendredi la manifestation des Women in Black (Femmes en noir), à un croisement majeur en plein centre-ville de Jérusalem-Ouest. Elles y sont présentes de 13h et 14hdepuis 28 ans. Ces WiB sont des femmes pour la plupart israéliennes, mais pas toutes. Elles ont souvent plus de 70 ans et elles refusent l’occupation du territoire palestinien par les colons israéliens.

A ce stade de notre programme, nous avons bien avancé en ce qui concerne les activités de présence sur le terrain, il nous reste maintenant à approfondir nos relations et être présents de façon active avec les organisations non gouvernementales des droits de l’homme tant palestiniennes qu’israéliennes ainsi qu’avec les communautés comme celle des bédouins notamment à Khan al Ahmar, à 20 km de Jérusalem.

A suivre...

Luc Oeschner de Coninck, envoyé des Églises de France Programme d’Accompagnement Œcuménique en Palestine et Israël (EAPPI)

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more