Aller au contenu. | Aller à la navigation

Liban : Soutien aux « travailleuses domestiques »

Date de publication : 02/06/2015

Pierre Lacoste est pasteur à l’Eglise Protestante française de Beyrouth (EPFB) depuis deux ans. Sa paroisse est composée en majeure partie de femmes malgaches, travailleuses domestiques dans les familles Libanaises. La situation de ces « filles », comme les appellent leur « Madame », est plus proche de l’esclavage que conforme au droit international du travail… Leur couverture sociale étant quasi inexistante, il réfléchit avec son épouse Christine à créer une caisse mutuelle de santé.
Liban : Soutien aux « travailleuses domestiques »

Manifestation du 3 mai 2015, Beyrouth

 

Une manifestation pour les droits des « travailleuses domestiques »

 

A l’occasion de la fête du travail, le 1er mai dernier, une partie des fidèles de l’EPFB ont expliqué au pasteur qu’elles ne seraient pas présentes au culte. Mais pourquoi ?


Parmi les 250 000 « travailleuses domestiques » présentes au Liban, 5 000 environ sont malgaches et, pour une partie d’entre-elles, protestantes. Elles constituent dans l’Eglise un groupe particulièrement vivant. Elles sont également très engagées socialement et se réunissent dans un syndicat non-reconnu pour travailler à la reconnaissance de leurs droits : c’est pourquoi elles ont organisé une manifestation qui a regroupé 700 à 800 personnes.


Lorsqu’elles ont annoncé qu’elles ne participeraient pas au culte, le pasteur Lacoste, par solidarité, leur a proposé de fermer l’Eglise ce jour-là et de les accompagner à la manifestation.
Le contenu de leurs revendications est publié sur le site web de l’Eglise protestante Française de Beyrouth.
Leur plus grand souhait serait d’être reconnues comme un syndicat véritable afin de faire entendre leur voix auprès du ministère du Travail.


Leurs conditions de travail ont souvent été dénoncées, des campagnes lancées, mais pour le moment les choses ne bougent pas.

 

manifestation du 3 mai 2015 à Beyrouth

Manifestation du 3 mai 2015, Beyrouth

 

Une mutuelle de santé : une question de dignité personnelle

 

C’est pourquoi Pierre Lacoste et son épouse Christine réfléchissent à la  conception d’un système qui permettrait une prise en charge sanitaire : consultations de routine, remboursement des frais médicaux et examens de santé. Etre contraint d’aller au dispensaire pour recevoir des soins gratuits, ce n’est pas la même chose que de choisir d’aller voir le médecin. Compte-tenu de leur niveau de salaire (200 dollars par mois en moyenne), ces femmes ne pourront pas cotiser beaucoup, il faut donc rechercher un autre moyen de financement. La première étape de son projet sera de mettre en place une enquête pour évaluer les besoins dans ce domaine.


Quant à l’avenir ? Il est entre les mains de Dieu comme on dit ici à chaque fin de phrase : Inch’allah !
Le sujet des « travailleuses domestiques » reste néanmoins un sujet sensible au Liban et l’acquisition de droits risque de prendre du temps. Mais est-ce une raison pour ne rien faire ?

 

 

manifestation du 3 mai 2015 à Beyrouth

Manifestation du 3 mai 2015, Beyrouth

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : , , ,