Aller au contenu. | Aller à la navigation

Formation biblique des femmes en Centrafrique

Date de publication : 11/05/2015

La Cevaa a organisé une formation en Animation biblique des femmes de l’Eglise protestante Christ-Roi de Centrafrique (EPCR) du 28 avril au 5 mai 2015 à Bangui. La pasteure Anne-Laure Danet nous en parle.
Formation biblique des femmes en Centrafrique

Anne-Laure Danet en train d'animer une formation biblique

 

La formation avait lieu tous les jours de 8h30 à 16h, sauf le dimanche, réservé au Culte.


Attentives et passionnées, les femmes de l’EPCR ont répondu en masse à l’invitation, y compris le 1er mai, jour pourtant férié. Certaines allaient travailler avant ou après la formation, mais ne l’auraient manquée pour rien au monde. Elles y avaient invité des compagnes d’autres Eglises : cinq de l'Eglise Luthérienne et cinq de l'Eglise Baptiste sur les trente présentes.


Anne-Laure Danet a été très émue de l’accueil qu’elle a reçu : avec peu de moyens, mais d’une grande chaleur humaine.


Sur le plan pratique, la demande provenant de l’Eglise était double : d’une part, apprendre à lire le texte de la Bible, d’autre part pouvoir animer soi-même un groupe d’étude biblique.


« Lire un texte biblique est quelque chose de très compliqué », explique la pasteure. « Il existe plusieurs contextes culturels, plusieurs périodes historiques et plusieurs lignes théologiques qui s’entrecroisent ». Elle compare la compréhension de ces niveaux de lecture à l’architecture d’une maison : il faut aller de la cave au grenier en passant par toutes les pièces.

 

Formation biblique des femmes - Centrafrique

Anne-Laure Danet, au milieu, en pleine formation biblique


Cette formation a donc comporté deux enjeux qui peuvent se résumer ainsi : se poser des questions à partir du texte et trouver la réponse dans le texte, avec notamment :


- Apprentissage d’une lecture individuelle et autonome, où l’on comprend de quoi parle le texte et quelle question il pose afin de le transposer dans sa  propre vie. Le but était donc d’aider chacun à aller trouver cette question et à faire le pont avec sa propre vie ;
- Apprentissage d’une lecture communautaire ou encore : apprendre les uns des autres.


Pour Anne-Laure Danet, la Parole apporte un « événement ». Si la parole humaine révèle parfois un écart entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, « la Parole biblique fait ce qu’elle dit ». A travers les témoignages des hommes et des femmes de la Bible, il y a cet événement qui est la parole que Dieu nous adresse.

 

Formation biblique des femmes - Centrafrique

La pasteure Anne-Laure Danet et le groupe de femmes venu en formation

 

Durant la formation, certaines des « étudiantes » ne comprenaient pas toujours le texte, mais à la fin de la journée, elles en avaient toutes retiré quelque chose.


« Sur la semaine, j’ai senti - et c’est cela, la force d’une lecture communautaire - cette entraide dans la lecture du texte », explique Anne-Laure Danet. Par exemple, celles qui parlaient mieux le français que d’autres traduisaient en sango, la langue nationale, ce que leurs compagnes n’avaient pas compris. « J’ai vu se dessiner un jeu de solidarité entre elles qui était extraordinaire. Les questions posées suscitaient du débat. Le texte suscitait aussi des bribes de récits de vie. C’est cela que j’appelle ‘événementiel’, ajoute-t-elle. J’étais aussi ravie car elles ont dit qu’elles allaient expérimenter ce qu’elles avaient appris dans leurs groupes. C’est à elles de susciter leur propre créativité maintenant qu’elles ont compris comment entrer dans le texte ». Elles ne veulent d’ailleurs pas enchaîner de suite avec une autre formation, mais d’abord vivre l’animation par elles-mêmes et même lancer de nouveaux groupes bibliques.


Ce séjour en Centrafrique a été, pour la formatrice, une « expérience extraordinaire ». Par ailleurs, la formation a eu un effet libérateur pour des femmes qui viennent de vivre de durs traumatismes, cela leur permet aussi de se remettre à vivre pleinement.


Enfin, les femmes présentes à la formation ne veulent pas suivre d’autre formation tout de suite, mais expérimenter d’abord elle-même, vivre l’animation par elle-même et lancer des groupes bibliques.


« Leur écoute et leur soif d’apprendre sont un cadeau fabuleux », conclut la pasteure Anne-Laure Danet.

Actions sur le document
    • facebook
    • twitter
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • favoris
    • more